Politique et religion: la démarcation s’estompe

Norman Cornett, un spécialiste des religions qui n’a jamais été aussi occupé


8 septembre 2015 à 9h42

On discute peu de religion sur la place publique, encore moins dans la campagne électorale fédérale actuelle, mais c’est redevenu une valeur importante pour bon nombre de citoyens, et nos partis politiques – certainement les Conservateurs de Stephen Harper – en prennent bonne note.

C’est ce que pense le professeur de science des religions Norman Cornett, un Américain (naturalisé Canadien) francophile basé à Montréal, mais qui est régulièrement invité dans plusieurs universités du continent, où il anime notamment des sessions «dialogiques», sa méthode d’enseignement et de discussion des grands enjeux de société, auxquelles ont participé au fil des années plusieurs politiciens et intellectuels de renom.

«Tout problème humain a une solution humaine», résume ce spécialiste de Lionel Groulx, qui aurait pu populariser le slogan «faut s’parler» si la bière Labatt ne l’avait pas fait avant lui.

«Nous vivons certainement dans une période post-chrétienne, post-religieuse», après un 19e siècle et une première moitié du 20e siècle où l’église catholique au Québec et les églises protestantes au Canada anglais contrôlaient directement des institutions comme les écoles et les hôpitaux, reconnaît le professeur en entrevue à L’Express.

«On a même annoncé la mort de Dieu» dans les années soixante. Au Québec, à la faveur de la Révolution tranquille, la pratique religieuse traditionnelle est tombée en désuétude en l’espace d’une génération.

Nouvelle adresse

Mais depuis quelques années, selon lui à cause de l’immigration (arabe, asiatique, africaine, haïtienne), mais aussi parce que le besoin de spiritualité reste un puissant ressort psychologique (comme en témoigne le succès de mouvements évangéliques et de sectes), on assiste chez nous à une renaissance religieuse/spirituelle qui menace une séparation de l’Église et de l’État que d’aucuns considéraient comme un acquis historique inviolable.

«On croyait la religion disparue, mais n’a-t-elle pas plutôt changé d’adresse?», image le professeur Cornett, qui se dit lui-même croyant et proche de l’Église unie du Canada.

Si la religion a disparu, pourquoi a-t-on senti le besoin d’instituer une commission Bouchard-Taylor sur les accommodements raisonnables, puis de proposer une Charte des valeurs?, fait-il remarquer.

C’est que bon nombre de citoyens – issus de l’immigration, mais aussi plusieurs de leurs jeunes et des Canadiens français et anglais de souche – «gravitent vers des certitudes religieuses, se reconnaissent dans ces valeurs, en sont fiers et ne voient pas pourquoi ils devraient s’en cacher». Par conséquent, ils s’intéressent aussi aux valeurs religieuses de nos politiciens.

Après la Révolution tranquille, nous assistons aujourd’hui, selon lui, à un «Renouveau spirituel tranquille», qui est également un mouvement «identitaire».

Et autant la Révolution tranquille a représenté une libération face à la domination de la religion de la génération précédente, autant ce Renouveau spirituel tranquille représenterait un ressac contre la neutralité de l’État moderne et contre la répression de l’expression religieuse ou spirituelle dans la vie démocratique et culturelle.

«De plus en plus de gens contestent l’idée que la religion/spiritualité va nous opprimer, surtout quand elle fait partie de notre identité», soutient le professeur Cornett, pour qui cette nouvelle attitude est tout à fait «post-moderne». Les Autochtones, précise-t-il, n’ont jamais accepté cette «fausse dichotomie entre le séculier et le sacré»; pour eux, «la spiritualité est liée au territoire», un peu comme Israël pour les Juifs.

Stephen Harper

Stephen Harper l’aurait compris avant ses adversaires, lui qui a notamment institué un «bureau de défense des libertés religieuses» au sein du ministère des Affaires extérieures (bureau qui sert surtout à protester contre la persécution des Chrétiens en Égypte et ailleurs).

Plusieurs commentateurs ont trouvé incongru le témoignage de l’ancien chef de cabinet du PM, Nigel Wright, qui a cité l’Évangile au procès du sénateur Mike Duffy. Mais cela témoigne de l’état d’esprit de Stephen Harper et de son entourage, selon le professeur Cornett.

Ce n’est pas non plus un hasard, selon lui, si le premier ministre a lancé sa campagne électorale à Montréal dans un centre communautaire juif, rappelant son appui inconditionnel à Israël. (Le soutien à Israël et l’accord américano-iranien sur le nucléaire sont d’ailleurs les enjeux les plus débattus par les candidats locaux dans les circonscriptions à forte population juive, comme Mont-Royal.)

Si les musulmans seraient refroidis par la participation canadienne à la guerre contre l’État islamique en Irak et en Syrie, par les ratées de l’aide aux réfugiés, et par la controverse sur le niqab dans les cérémonies de citoyenneté, ils apprécieraient chez Harper les valeurs sociales conservatrices et, autant que les hindous et les sikhs, réclament du financement pour des centres communautaires, des écoles et d’autres infrastructures qu’ils contrôleraient et qui leur ressembleraient.

Résistance futile

Norman Cornett n’est pas de ceux qui se demandent ce qu’on peut faire contre ça (limiter l’immigration, séculariser les jeunes des immigrants à l’école publique, adopter une Charte des valeurs, etc.). D’abord, on a besoin d’immigration pour des raisons économiques. Ensuite, «toutes les sociétés sont organiques et évoluent», dit-il.

Une société séculière «n’est pas de facto meilleure ou supérieure à une société où la religion occupe une place dans l’espace public». Nos élites laïques «présupposent que la société occidentale sécularisée post-chrétienne est le sommet de la civilisation humaine»: une vue «très courte», selon lui, surtout en regard de la longue histoire de l’humanité.

Pierre Elliott Trudeau avait un conseiller spirituel (catholique), rappelle M. Cornett, et Tommy Douglas, le fondateur du NPD, était lui-même pasteur protestant (apôtre du christianisme «social», qui s’apparente à la «théologie de la libération» dont s’inspirerait le nouveau pape François). Mais les Libéraux de Justin Trudeau et les Néo-Démocrates de Thomas Mulcair n’auraient pas encore pris acte de la réémergence de la religion dans la société et sur la scène politique canadiennes… ou bien ils ne sauraient pas encore quoi faire avec ça.

* * *
À lire aussi dans L’Express:
Des réactions franco-torontoises à l’élection de Justin Trudeau
Une nouvelle saison politique (François Bergeron)
Félicitons notre premier ministre franco-ontarien (Gérard Lévesque)
Trudeaumanie 2.0 (François Bergeron)
Moins d’élus francophones à l’extérieur du Québec (Paul-François Sylvestre)
Finalement, il n’y a pas que l’économie… (François Bergeron)
Trois candidatures franco-torontoises (François Bergeron)
Le gouvernement Harper a bafoué les droits linguistiques (Gérard Lévesque)
Qui a peur du niqab? (François Bergeron)
Le NPD oublie les francophones! (Paul-François Sylvestre)
Pierre Elliott Trudeau et Stephen Harper, deux fossoyeurs? (Paul-François Sylvestre)
Un enjeu en trois dimensions (François Bergeron)
L’économie des stupides (François Bergeron)
Ce Sénat que Harper aurait pu abolir (François Bergeron)
C’est quoi la droite? (François Bergeron)
Thomas Mulcair par lui-même: moi aussi, je suis un bon Jack (François Bergeron)
Rien de gagné pour personne (François Bergeron)
Une campagne originale sur un enjeu tradititionnel (François Bergeron)
Les candidats devraient se positionner sur l’accès à la justice (Gérard Lévesque)
Une longue période électorale qui va coûter cher aux contribuables (Gérard Lévesque)
«Sorry, I don’t speak French» (Paul-François Sylvestre)
Regard franco sur les prochaines élections (Paul-François Sylvestre)
La FCFA veut des engagements «simples»
Les retombées des «moments» Duceppe et Péladeau (Gérard Lévesque)
Gilles Duceppe derechef (François Bergeron)

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Plongée au cœur de Liberty Village, ancien quartier industriel

Liberty Village
Le quartier de Liberty Village, entouré par la rue King et la Gardiner Expressway à l'Est de Toronto, est un concentré d'histoire où les...
En lire plus...

12 novembre 2018 à 11h00

Quand la lumière vient de l’intérieur

galerie Thompson Landry
Ognian Zekoff, l’un des principaux peintres hyperréalistes du Québec, spécialisé dans le «clair-obscur contemporain», veut montrer que les sources de lumière ne viennent pas seulement...
En lire plus...

12 novembre 2018 à 9h00

Hommage des Torontois aux soldats de 14-18

Centenaire armistice Jour du souvenir 2018
Ce 11 novembre au matin, des milliers de Torontois se sont rassemblées pour célébrer le centenaire de l'armistice de la Première Guerre mondiale.
En lire plus...

11 novembre 2018 à 17h00

La Grande Guerre qu’on ne saurait oublier

Chaque année, le 11 novembre nous rappelle un moment important de notre histoire, celui de cet armistice signé le 11 novembre 1918 à 5 h15,...
En lire plus...

11 novembre 2018 à 11h11

Ces colonnes dressées vers le ciel

On remarque un grand nombre de colonnes imposantes dans les grandes villes d'Europe, mais il n'existe pratiquement pas de tels monuments dans nos villes...
En lire plus...

11 novembre 2018 à 11h00

Fin de vie sublime

livre
La journaliste suédoise Sofia Lundberg a autoédité Un petit carnet rouge, roman qui a connu un rare succès sur Internet avant d’être repéré par...
En lire plus...

11 novembre 2018 à 9h00

Quiz : Fin de la «Grande Guerre» 100 ans passés

quiz
Les combats de la Guerre de 1914-1918 prennent fin lorsque l’armistice est signé le 11 novembre 1918.
En lire plus...

11 novembre 2018 à 7h00

La musique a résonné en français aux quatre coins du pays

Une centaine d’artistes viennent de donner plus 200 spectacles de l’Atlantique au Pacifique dans le cadre du festival Coup de cœur.
En lire plus...

10 novembre 2018 à 15h00

Gérer le PLOE comme l’aide en santé?

La pression monte pour qu’Ottawa fasse un ménage du Programme des langues officielles dans l’enseignement (PLOE).
En lire plus...

10 novembre 2018 à 11h00

Le PLOE : un programme fédéral qui a besoin d’un grand ménage

L’année 2020 marquera le 50e anniversaire des transferts en éducation aux provinces et territoires, mais trouve-t-on dans le bilan du Programme de quoi célébrer?
En lire plus...

10 novembre 2018 à 9h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur