Plus de 100 000 fonctionnaires ontariens font plus de 100 000 $

Sunshine List 2014

Partagez
Tweetez
Envoyez

La liste des employés des secteurs public et parapublic en Ontario dont le salaire dépasse 100 000 $ (avant impôts) compte 111 438 noms cette année.

Il s’agit d’une augmentation de 14% par rapport à l’année dernière. La «Sunshine List» dévoilée vendredi remplit six cartables.

«La population ontarienne a le droit de savoir comment ses dollars sont dépensés», a indiqué Deb Matthews, présidente du Conseil du Trésor de l’Ontario.

La publication annuelle de la liste avait commencé sous le gouvernement conservateur de Mike Harris en 1996.

La liste contient les noms et la rémunération des membres du Cabinet provincial et des élus municipaux, mais aussi de hauts fonctionnaires, de dirigeants des hôpitaux et des conseils scolaires, ainsi que de pompiers et de policiers.

Encore en 2014, le titre du plus haut salarié revient à Tom Mitchell, l’administrateur général de la société publique de production d’électricité Ontario Power Generation. Son salaire de 1,55 million $ est, toutefois, en baisse d’environ 200 000 $ par rapport à 2013.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Carmine Marcello, le pdf d’Hydro One, a fait plus de 740 000 $ l’an dernier. Andrew McCallum, le directeur du service d’ambulances-santé Ornge, est à 418 000 $. Le médecin-chef d’Horizon Santé-Nord, Chris Bourdon, et le pdg de Metrolinx, Bruce McCuaig, récolte plus de 360 000 $. Dominic Giroux, le recteur de l’Université Laurentienne, frôle les 300 000 $, soit presque 100 000 $ de plus que la première ministre Kathleen Wynne.

Dans nos conseils scolaires, les directeurs de l’Éducation sont généralement rémunérés à hauteur de 200 000 $, les surintendants à 150 000 $ et les directions d’école autour de 120 000 $. Un bon nombre de vice-principaux et d’enseignants font plus de 100 000 $.

De son côté, la police de Toronto révélait récemment que trois de ses agents sur quatre gagnaient plus de 100 000 $ par an.

La Loi sur la divulgation des traitements dans le secteur public oblige les organisations recevant du financement provincial à divulguer chaque année le nom, le titre, le salaire et la valeur des avantages sociaux imposables d’un employé, si le total dépasse 100 000 $.

Certains affirment que ce seuil est trop bas de nos jours, étant donné que s’il avait été indexé annuellement depuis 1996, il serait maintenant d’environ 145 000 $. D’autres soutiennent, au contraire, qu’une rémunération de 100 000 $ demeure élevée pour la majorité des Ontariens.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur