Moins d’acheteurs dans les magasins… mais ils achètent plus

Partagez
Tweetez
Envoyez

L’Internet révolutionne le commerce du détail. 80% des gens s’informent maintenant sur Internet avant d’acheter leurs vêtements, automobiles ou aliments – en ligne ou en magasin.

Oui, l’achat en ligne a fait baisser de 50% l’achalandage des magasins… mais ceux et celles qui s’y rendent achètent deux fois plus que dans le passé. Tout le monde y gagne.

C’est le portrait d’une industrie en pleine évolution – pas en déclin – qu’a dressé jeudi dernier Madeleine Chenette, directrice exécutive nationale des services-conseils en stratégie chez KPMG, à la tribune du Club canadien de Toronto.

On enregistre des ventes au détail de 500 milliards $ par année au Canada, soit plus de 5% du PIB de notre économie, dont la principale activité (70%) reste la consommation.

La vente au détail emploie deux millions de Canadiens dans 130 000 établissements. «Ça touche tout le monde», indique Mme Chenette, optimiste pour l’avenir de ce secteur et enthousiaste face à la valeur ajoutée par le commerce en ligne.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Selon elle, l’échec retentissant de Target, le géant américain du détail qui avait envahi le Canada il y a deux ans, est un cas très particulier, peu représentatif de ce qui se passe dans ce secteur.

«Le plaisir, la convivialité, la transparence et le partage» sont désormais les objectifs des consommateurs. En effet, le magasinage est souvent une affaire de sentiments, comme l’ont compris depuis longtemps les publicitaires.

«C’est l’approche holistique qui rapporte», indique-t-elle. Apple et Amazon ont changé les règles du jeu, mais les détaillants s’y adaptent, créant des applications pour faire connaître leurs produits et même pour orienter les consommateurs dans les centres d’achats.

«C’est clair que les détaillants qui s’adaptent et même qui embrassent la technologie, au lieu de la combattre, vont gagner et, avec eux, les consommateurs.».

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur