L’Iran à civiliser

Partagez
Tweetez
Envoyez

L’Iran est entouré de puissances nucléaires, amies et ennemies: le Pakistan et l’Inde à l’Est, la Russie au Nord, Israël à l’Ouest, la France, la Grande-Bretagne et la Chine pas très loin, et bien sûr les États-Unis à ses frontières en Irak, en Afghanistan, dans l’espace et dans l’océan Indien!

Que le régime de Téhéran soit un peu parano n’a rien de surprenant. D’autres le sont davantage pour moins que ça. Que la république islamique cherche à s’équiper en conséquence est l’une des rares décisions rationnelles à en émaner. D’autres nations sont sur-équipées en regard des menaces réelles auxquelles elles font face, auxquelles elles croient qu’elles font face, ou auxquelles elles veulent nous faire croire qu’elles font face.

Les autorités iraniennes – dont le représentant le plus visible, le président Mahmoud Ahmadinejad, n’est pas nécessairement le plus influent – se souviennent aussi du régime du Chah, soutenu par les Américains, mais surtout de la guerre que leur a livrée l’Irak de Saddam Hussein, armé, financé et encouragé par les Américains, de 1980 à 1988, dans laquelle des centaines de milliers d’hommes ont péri.

Bien sûr c’était avant que Washington ne perde le contrôle de Saddam ou décide de le sacrifier pour d’obscures raisons stratégiques que les fiascos irakien et afghan rendent encore plus inavouables.

Les alliés occidentaux ont dévoilé récemment que l’Iran construisait une nouvelle usine d’enrichissement d’uranium près de sa «ville sainte» de Qom, ce qu’a immédiatement reconnu Téhéran.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Officiellement, cette usine, qui sera ouverte comme les autres aux inspecteurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique, doit servir uniquement à produire de l’électricité. Mais elle permettra de développer le savoir-faire iranien et, éventuellement, d’y trouver des applications militaires.

Israël se prétend menacé par le programme nucléaire iranien. Et quand Israël s’énerve, nos gouvernements se croient obligés de réagir et de tout faire pour le rassurer. C’est un jeu qui devient lassant.

À l’heure actuelle, selon le consensus des agences américaines de renseignement, l’Iran est encore très loin de pouvoir se doter d’armes nucléaires et aurait abandonné cette idée. De fait, construire des bombes atomiques en mesure d’être installées sur des fusées, de résister aux pressions du lancement et d’être guidées sur une cible avec un minimum de précision n’est pas simple.

Personne ne veut voir l’arme nucléaire tomber entre les mains de fanatiques qui ont hâte de mourir pour rejoindre un harem au paradis. Mais il y a fort à parier qu’aucun dirigeant de pays à majorité musulmane, même ceux dont les sociétés sont les plus primitives, ne croit à ces fantasmes de bédouin qui a passé trop de temps seul dans le désert. Le Coran n’est que l’un des instruments dont se servent les dictateurs du Moyen-Orient pour conserver le pouvoir.

Pour l’instant, les États dangereux qui ont développé ou acquis l’arme nucléaire – Corée du Nord, Pakistan, Chine, Russie – sont tous motivés par leur propre survie et réagissent comme prévu face à la puissance militaire occidentale. La dissuasion fonctionne à merveille.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Tant que l’Irak et l’Afghanistan restent occupés par l’armée américaine ou les troupes de l’OTAN, les menaces proférées contre l’Iran à Jérusalem, Washington, Ottawa, Londres ou Paris auront l’effet inverse de celui qui est recherché: le régime iranien mâtera plus facilement toute dissidence démocrate et poursuivra plus activement ses préparatifs militaires.

Ces dernières années, c’est Washington qui se comportait en «État voyou» dont on redoutait les sautes d’humeurs.

Le départ des Américains de la région signalerait aux sociétés musulmanes que leur avenir leur appartient. Les Occidentaux devraient même afficher une certaine indifférence face aux événements qui continueront de secouer ces pays. S’ils veulent s’entretuer, bon débarras! S’ils choisissent de rejoindre la civilisation du 21e siècle, bravo!

Depuis deux siècles, on essaie de leur imposer nos valeurs et nos systèmes. Ce qu’on n’a pas encore essayé, c’est de leur permettre de les découvrir et de les adopter librement.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur