L’intégrisme: un choix personnel, mais…


3 février 2015 à 0h00

Depuis les récents attentats islamistes de Paris et, quelques semaines auparavant, ceux d’Ottawa et de Saint-Jean-sur-Richelieu, nos gouvernements sont en mode lutte au fanatisme et prévention du terrorisme.

Au Québec, au moins un des candidats à la direction du Parti québécois (Bernard Drainville) souhaite remettre à l’ordre du jour sa fameuse «charte de la laïcité» à la fois populaire et controversée, ce que le nouveau gouvernement libéral n’a pas exclu.

C’est quoi le rapport entre la laïcité et le terrorisme? Plutôt indirect: une corrélation est observée entre terrorisme et religion; on pense limiter l’un en décourageant l’autre…

Le premier ministre Philippe Couillard ne voulait pas prioriser une telle initiative, après avoir promis de s’occuper des «vraies affaires»: les finances publiques, l’économie, la santé, l’éducation… pas les questions identitaires et la souveraineté. Surtout que la charte péquiste heurtait de front certaines clientèles du Parti libéral.

Mais l’actualité le force à prendre position, ce que son gouvernement ferait en juin en déposant des mesures garantissant la «neutralité religieuse» de l’État.

* * *

Du même souffle, M. Couillard a cependant rappelé que l’intégrisme est un choix personnel. «L’intégrisme, c’est une pratique religieuse poussée à l’extrême qui, tant qu’elle n’enfreint pas les droits des autres — exemple, les femmes — bien sûr fait partie des choix personnels de chacun.»

Le premier ministre du Québec n’a pas fait cette déclaration à une tribune prestigieuse après l’avoir mûrement réfléchie. Il répondait aux questions de journalistes dans un corridor de l’Assemblée nationale avant un caucus de ses députés.

Son commentaire a provoqué des remous. Le chroniqueur Mathieu Bock-Côté (l’un des intellectuels québécois les plus prolifiques et les plus stimulants) a vertement critiqué cette vision en vertu de laquelle «l’intégrisme est un mode de vie comme les autres et il ne cause pas vraiment problème. L’individu fait ce qu’il veut, et s’il veut devenir un intégriste, grand bien lui fasse»…

Ce qui fait tiquer MBC, c’est que pour Philippe Couillard, «il y a l’individu, blindé dans ses droits, et rien d’autre. Dès qu’on évoque le Nous, il clame sa foi au Je et suggère que l’identité collective serait inévitablement écrasante.»

«Cela ne tient plus», dénonce MBC, «si cette philosophie pousse à un aveuglement qui peut mettre une société en danger.»

Cette même dernière semaine de janvier, une enquête du Journal de Montréal a trouvé à la Mosquée de Montréal, qui administre aussi une école primaire, de la propagande faisant l’apologie de la Charia, du terrorisme palestinien et des attentats suicides.

Le quotidien La Presse, lui, rapportait qu’un imam prêchant que l’Islam et la démocratie sont incompatibles («parce qu’un homosexuel ou un athée peut devenir député») veut ouvrir un centre communautaire islamique pour les jeunes dans l’est de Montréal. «Hamza Chaoui prône une vision rigoriste de l’Islam selon laquelle les femmes doivent avoir un tuteur, les hommes doivent porter la barbe et la musique doit être interdite.»

La société québécoise est-elle «en danger» ici, comme le craindrait probablement MBC?

«Devons-nous lutter pour que de telles institutions d’endoctrinement ne puissent élire domicile au Québec?», se demande une autre bonne blogueuse, Joanne Marcotte, en répondant: «Absolument. J’ose espérer que c’est l’objectif derrière le Plan de lutte à la radicalisation du gouvernement.»

Car le même Philippe Couillard, que l’intégrisme ne semble pas émouvoir, a aussi indiqué à une autre occasion: «À ceux qui viennent chez nous pour profiter de nos libertés et de notre démocratie pour ensuite s’y attaquer et ultimement les détruire, nous disons haut et fort: vous n’êtes pas les bienvenus chez nous, nous vous combattrons, nous vous poursuivrons sans relâche.»

Ça prend un permis de la ville pour ouvrir un centre communautaire, une église, un commerce, même pour bâtir une maison. L’imam intégriste ne l’obtiendra pas.

* * *

Comme on le voit, un vigoureux et nécessaire débat est bien engagé au Québec. En Ontario, mère-patrie du multiculturalisme de carpette et de la rectitude politique qui aseptise tout, on est plus poli.

D’aucuns s’inquiètent des projets fédéraux de surveillance accrue de l’Internet et des activités subversives, ainsi que de l’expansion du rôle de nos militaires dans la guerre en Irak et en Syrie. Mais au Parlement, l’opposition est bien consciente que Stephen Harper marque des points chaque fois qu’il en parle. Ça va passer facilement.

Je ne sais pas de quels nouveaux pouvoirs ou ressources ont besoin nos services de renseignement pour analyser les communications des Canadiens ou des étrangers qu’ils soupçonnent de fomenter une attaque terroriste. Plusieurs arrestations et procès démontrent que ça se fait depuis longtemps. J’espère que toutes les mosquées, associations et «centres communautaires» musulmans sont infiltrés.

J’espère que d’autres sectes bizarres ou groupuscules politiques agités sont surveillés, mais jusqu’à maintenant ce ne sont pas les Témoins de Jéhovah ou les militants de Greenpeace qui prennent les armes. Tout au plus, quelques anarchistes cassent des vitrines lors des réunions du G20, et des étudiants en sociologie tapent sur des casseroles à la moindre mention du mot «austérité». On peut donc se concentrer sur les islamistes radicaux. C’est du «profilage»! Eh oui, revenez-en.

Je suis toutefois d’accord avec le premier ministre du Québec: tant qu’on ne menace pas d’attaquer physiquement des ennemis réels ou imaginaires, ou de brimer les libertés d’autrui, on a le droit d’être «intégriste», d’entretenir des opinions très minoritaires et même de vouloir vivre en marge de la société… en continuant d’en respecter les lois, les feux rouges, les taxes, etc.

* * *

Le plus dérangeant, dans ce débat sur la «laïcité» de la société ou sur la «neutralité religieuse» de l’État, télescopé plus ou moins judicieusement dans la problématique du terrorisme, est d’avoir à le tenir en 2015.

Les immigrants musulmans ont débarqué chez nous, avec leurs minorités d’intégristes rétrogrades, puis leurs convertis encore plus dangereux, juste comme on venait de s’affranchir de nos églises chrétiennes, de leur influence politique et culturelle étouffante, de leurs superstitions ridicules et de leurs courbettes débilitantes.

De nouvelles pratiques spirituelles plus ou moins sérieuses se sont répandues, mais à l’échelle de nos sociétés occidentales, la «religion» a été reléguée au niveau de l’action communautaire ou de la méditation. Les Canadiens qui se disent «sans religion», agnostiques ou athées sont de plus en plus nombreux, peut-être déjà majoritaires.

Personnellement, je serai toujours étonné que la religion ait survécu au «Siècle des Lumières», puis à la Révolution industrielle, et je ne comprendrai jamais comment elle est restée si forte aux États-Unis, phare de la modernité depuis 200 ans, après la «contre-culture» des années 1960 (probablement la liberté d’expression, la prospérité et une masse critique).

Face à l’islamisme militant qui s’installe chez nous (un échec de nos politiques d’immigration: on devrait tout revoir ça), on a envie de rager comme Michael Corleone dans le troisième Parrain: «Au moment où je croyais que j’en étais sorti… ils me ramènent dedans!»

* * *

À LIRE AUSSI DANS L’EXPRESS:

Trois rassemblements torontois en solidarité avec la France

L’humour sans peur et sans reproche

La liberté d’expression pour tous

Cher 2015

Charlie: French bashing et faux musulmans

D’autres commentaires sur les attentats de Paris…

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Entre culture et aventure au Honduras

Honduras
le Honduras se niche entre mer et forêt, déroulant des palettes de bleu dans la mer des Caraïbes et l’Océan Pacifique et d’émeraude...
En lire plus...

17 janvier 2019 à 9h00

Un effet Trump dans la cour d’école?

Trump
Deux chercheurs viennent de publier des résultats inquiétants sur le harcèlement et les insultes à l’école, avant et après la dernière élection américaine.
En lire plus...

17 janvier 2019 à 7h00

Daniel Mayer, nouveau président de Franco-Fête

Franco-Fête de Toronto
Le président de la Franco-Fête de Toronto, Richard Kempler, a passé le flambeau mercredi soir. C'est Daniel Mayer, secrétaire du CA depuis deux ans,...
En lire plus...

16 janvier 2019 à 16h59

Qui devrait se préoccuper du statut du français à l’ONU?

Six mois après l’adoption, par le Comité des droits de l’homme de l'ONU, de constatations impliquant le Canada, les 18 pages du document ne...
En lire plus...

16 janvier 2019 à 13h05

Des sculptures asymétriques pour des réponses humaines inédites

sculpteur
Le nouveau musée The Modern.Toronto met en vedette des artistes de l’abstrait, comme le sculpteur ontarien André Fauteux jusqu'au 9 février.
En lire plus...

16 janvier 2019 à 9h00

Comment les écrivains parlent-ils des animaux?

À vos déguisements: l'émission radiophonique littéraire Quatrième de Couverture revient avec le «carnaval des animaux», le 19 janvier prochain à 14h30 au Collège Boréal.
En lire plus...

16 janvier 2019 à 7h00

10 nominations pour Damien Robitaille au 10e Gala Trille Or

Damien Robitaille est en lice pour le Prix Trille Or de l'«Artiste solo» de l'année et dans neuf autres catégories non genrées de l'APCM,...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 19h31

Contestation judiciaire : les premières demandes de financement sont attendues

Programme de contestation judiciaire
Près de deux ans après la fermeture du Programme d’appui aux droits linguistiques (PADL) et 12 ans après l’abolition du Programme de contestation judiciaire...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 16h00

Haro sur le gaspillage des aliments

Un tiers de la nourriture produite dans le monde finirait à la poubelle. Au Canada, plus de 60% de cette nourriture serait encore consommable....
En lire plus...

15 janvier 2019 à 14h25

La santé mentale dans le domaine de l’emploi: il faut en parler

C’est bien, pour une entreprise, d’avoir une approche définie sur papier pour traiter les problèmes de santé mentale – mais sa mise en pratique...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 9h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur