Les négociations se poursuivent pour les enseignants franco-ontariens

Partagez
Tweetez
Envoyez

L’association des enseignants franco-ontariens poursuivait, vendredi, une troisième journée consécutive de négociations avec le gouvernement et les associations de conseils scolaires.

En entrevue à Radio-Canada, le président de l’AEFO, Carol Jolin, se montre optimiste pour la rentrée et laisse entendre qu’il y a «des choses qui bougent».

«L’atmosphère est bonne. Il y a une volonté qui est plus forte des deux côtés [que le printemps dernier, pour en arriver à une entente]», dit-il. Il semble écarter la possibilité d’une grève à la rentrée: «Aussi longtemps qu’on continuera à négocier, on n’ira pas de ce côté-là.»

Déjà, deux autres syndicats se sont entendus avec la province.

La semaine dernière la Fédération des enseignantes-enseignantes des écoles secondaires de l’Ontario (FEESO) a annoncé qu’elle était parvenue à une entente de principe. Quelques jours plus tard c’était au tour des enseignants des écoles catholiques anglophones de conclure une entente de principe avec le gouvernement ontarien. 

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Qu’il y ait eu des ententes, c’est un signe encourageant, mais l’AEFO a ses priorités et ses objectifs», avait commenté M. Jolin jeudi.

En juin, l’AEFO a obtenu un mandat de grève à 93%. Les moyens de pression pourraient s’articuler autour de grèves rotatives ou partielles, mais avant cela les membres seront consultés. 

Les enseignants franco-ontariens sont sans contrat de travail depuis un an. L’AEFO représente du personnel des conseils scolaires francophones laïcs (ACÉPO, dont le conseil scolaire Viamonde à Toronto) et catholiques (AFOCSC, comme le CSDCCS à Toronto).

Les négociations doivent se poursuivre la semaine prochaine.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur