Les Improbables: une seconde saison s’achève en feu d’artifice

Partagez
Tweetez
Envoyez

Mardi dernier, la ligue des Improbables a offert à son public un dénouement épique et mirifique, mettant un terme à une année d’improvisation faste et aboutie.

La finale de cette seconde saison a couronné l’équipe des Verts de Guillaume Touzel-Bond, victorieuse en prolongation, à la dernière confrontation. Les rouges menés par une Sonia d’Amico déchainée comme à son habitude auront donc échoué tout près d’un second succès en autant de saisons.

Une finale à la hauteur

C’est encore une fois dans le bar Supermarket, comble, que Les Verts et les Rouges se sont livrés un combat féroce et nous ont offert quelques joutes verbales croustillantes et de haute volée.

Les sourires sur toutes les lèvres, le silence rare puisque comblé par des fous rires permanents, nous avons assisté à une soirée peu ordinaire comme nous a si souvent habitué la ligue des Improbables cette année.

On peut notamment tirer un grand coup de chapeau aux deux capitaines, irrésistibles et brillantissimes pour cette dernière, notamment lors de leur jeu d’impro sur le thème de «La Vengeance du Torontois».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Prolongations

Ce n’est d’ailleurs pas par hasard que nous avons vu cette finale départagée aux prolongations, étant donné le haut niveau atteint par les deux groupes. Pourtant, malgré cette lutte farouche et cette victoire des Verts à l’arrachée, le plaisir du jeu a pris une nouvelle fois le dessus sur l’idée de compétition véhiculée par cette finale.

«Pour moi l’impro, c’est le vrai jeu. On ne peut pas se préparer, on ne peut rien contrôler, nous sommes exactement comme des enfants et le but est de retrouver constamment le fil du jeu» nous confie Thomas Gallezot, un des leaders de l’équipe vainqueur.

Rien que de voir les deux équipes se congratuler et s’embrasser à chaque fin d’impro et même lors de l’annonce des vainqueurs prouve que cette famille des Improbables n’est pas prête de se dissoudre et rayonnera encore de milles couleurs la saison prochaine.

Une passion éternelle

Alban Ferrieu, exceptionnel mardi dernier dans l’équipe des Rouges, nous répond de façon univoque à la question de savoir s’il compte poursuivre avec la ligue des Improbables l’an prochain: «Je continue clairement! Pas l’ombre d’un doute!», dit-il.

Thomas Gallezot, nous offre le même son de cloche: «Je poursuis évidemment!»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Malheureusement, la réalité surpasse parfois la volonté. Guillaume Touzel-Bond, co-fondateur de la ligue il y a deux ans, a fait ses adieux mardi dernier non sans émotions à tout un public, toute une équipe, toute une famille. En effet, il s’en retourne à Montréal où l’autre ligue qu’il a fondé là-bas l’attend. Il admet qu’il a reçu littéralement «une piqûre de l’improvisation il y a 8 ans, séduit par ce mélange expérimental entre hockey et théâtre. C’est devenu très vite [sa] passion.»

Mais ce n’est pas parce que le doyen de la troupe s’en va que tout s’arrête, lui qui se dit «fasciné et flatté» par le succès inouï que connaissent Les Improbables, depuis deux ans. Il s’avoue même surpris qu’un tel engouement puisse exister davantage à Toronto qu’à Montréal, pourtant un des berceaux de l’improvisation.

Recrutement

Concernant, le futur de la ligue, le capitaine sait qu’il laisse le groupe entre de bonnes mains (Barbara-Audrey Bergeron et Sonia d’Amico).

«Concrètement, il est possible qu’on change de bar car il devient trop petit, mais on verra. Le format va, en tout cas, de ce que je sais, rester le même. On ne change pas une formule qui marche», savoure-t-il.

Les camps de recrutement auront donc lieu dès septembre, la saison débutera en octobre et s’étendra jusque juin 2014. Donc rassurez-vous, Les Improbables seront de nouveau au rendez-vous l’an prochain pour vous faire rire. Ils seront encore là pour nous faire partager leurs délires loufoques et passionnés.

Ils seront encore là pour se donner la réplique, pour s’affronter dans un combat familial et convivial. Ils seront là sans aucun doute pour encore et toujours tutoyer les sommets.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur