Les immigrants potentiels incités à faire leur demande en ligne

«Venir au Canada»

Partagez
Tweetez
Envoyez

Le ministre de la Citoyenneté, de l’Immigration et du Multiculturalisme, Jason Kenney, a lancé, vendredi 5 août, le nouvel outil Web «Venir au Canada», ayant pour objectif d’aider les immigrants éventuels et les visiteurs à déterminer s’ils sont admissibles à venir au Canada: www.cic.gc.ca/veniraucanada.

À condition, bien sûr, d’avoir accès à un ordinateur depuis l’étranger, d’être habilité à naviguer aisément sur l’Internet et de pouvoir traiter les exigences administratives en ligne de façon autonome. En outre, la raison de la demande d’entrée au Canada, doit faire partie de l’une des cinq catégories spécifiées dans le système informatisé.

Sachant que les processus de demande d’entrée au Canada peuvent être complexes, le ministre Kenney a commenté que «ce nouvel outil constitue une amélioration majeure du service en question, en permettant aux immigrants éventuels et visiteurs à naviguer plus facilement dans le processus de demande.»

Le système comprend 90 000 chemins logiques incluant de nombreuses réponses possibles selon le pays d’origine du demandeur. «Les exigences d’entrée varient d’un pays à l’autre», a mentionné Tracie LeBlanc, porte-parole de Citoyenneté Immigration Canada (CIC) pour l’Ontario, contactée par L’Express.

«Le ministère souhaite aussi que cette initiative aura pour effet de le rendre plus efficace, en réduisant le nombre d’appels acheminés vers son centre d’appels», selon Mme LeBlanc. À noter que CIC reçoit six millions d’appels par an.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

L’outil s’adresse aux immigrants potentiels, à l’exception des demandeurs d’asile à titre de réfugiés, désirant trouver l’option en matière d’immigration fédérale qui convient le mieux à leur situation particulière.

Cinq catégories

En démarrant le processus en ligne, le demandeur doit indiquer s’il fait partie de l’une des cinq catégories précisées par CIC liées à la raison de sa demande pour venir au Canada: étudier, visiter, s’y installer, travailler, ou en transit seulement. Aucune définition n’est apportée pour clarifier ces catégories.

Par exemple, qu’en est-il des voyageurs d’affaires, qui, depuis le 18 juillet 2011, sont admissibles à l’obtention d’un visa à entrées multiples pour dix ans?

«Venir au Canada aide les immigrants potentiels et les visiteurs à déterminer s’ils sont admissibles à travailler ou étudier au Canada, ou à y immigrer, ce qui comprend les voyageurs d’affaires qui souhaitent entrer au Canada dans le cadre du programme de visa de résident temporaire», explique Mme LeBlanc.

«L’outil dirigera les utilisateurs à une page Web de CIC qui fournit un lien à l’information sur la façon d’obtenir un visa de résident temporaire. Le visa pour entrées multiples fait partie de ce programme; les utilisateurs y trouveront des renseignements supplémentaires sur l’option des entrées multiples.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Notons que les exigences pour l’admissibilité aux visas pour entrée unique et aux visas pour entrées multiples sont les mêmes:
www.cic.gc.ca/francais/information/faq/visiter/visiter-faq01.asp

Demandes simples

«Venir au Canada» répond aux demandes simples, «par exemple un jeune adulte qui veut venir étudier au Canada: l’outil pose au demandeur une série de questions et, en fonction des réponses fournies, lui indique la meilleure option», a souligné la porte-parole de CIC.

«Les demandeurs sont dirigés vers une page de résultats où sont énumérées les étapes à suivre pour présenter une demande et où sont fournis les directives et formulaires pertinents.»

Le site mentionne qu’on a besoin de 10 à 15 minutes pour répondre au questionnaire; en conclusion, le demandeur obtient une liste de possibilités offertes et les étapes à franchir pour présenter une demande.

On pourrait penser que cette nouvelle stratégie fédérale permettra aux agents de CIC de gagner du temps pour se concentrer sur les dossiers des demandes plus complexes, alors que les demandes simples se règleront toutes plus rapidement via le Web. À suivre!

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Désélection involontaire

Rappelons que «Venir au Canada», ne remplace pas les conseils juridiques valables.

«Par ailleurs, les demandeurs ayant besoin d’aide pour effectuer le processus, peuvent s’adresser aux missions canadiennes», a fait remarquer Mme LeBlanc.

On pourrait percevoir «Venir au Canada» tel un système informatisé de désélection involontaire de certains immigrants, c’est-à-dire tous ceux et celles qui ne réussiront pas à compléter le processus proposé via l’outil Web.

Dépendant où l’on vit sur la planète, on a accès ou non à l’électricité, on peut facilement ou non se rendre auprès d’une mission canadienne.

«Venir au Canada» pourrait vraisemblablement permettre à certains demandeurs privilégiés d’entrer au Canada; ce qui correspondrait aux souhaits du gouvernement Harper, plutôt favorable à l’admission d’immigrants à potentiel économique.

Pour connaître la liste des bureaux canadiens des visas à l’étranger, on peut consulter le lien
www.cic.gc.ca/francais/information/bureaux/missions.asp

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur