Les enjeux de l’évolution démographique pour la communauté franco-ontarienne

Élection partielle fédérale dans Ottawa-Vanier le 3 avril

Mona Fortier (libérale) et Émilie Taman (néo-démocrate) sont candidates dans Ottawa-Vanier.

Mona Fortier (libérale) et Émilie Taman (néo-démocrate) sont candidates dans Ottawa-Vanier.


21 mars 2017 à 0h28

Affirmer que la circonscription d’Ottawa-Vanier est un bastion libéral n’a rien d’exagéré. Au fédéral, les libéraux sont les seuls à avoir détenu la circonscription depuis sa création en 1935. Au provincial, où elle existe depuis 1908, la circonscription a presque toujours été représentée par un député libéral, exception faite de quelques courtes périodes pendant lesquelles des conservateurs ont détenu le siège.

Voter libéral n’est pas la seule constante dans cette circonscription du centre-ville d’Ottawa. Les élus fédéraux et provinciaux d’Ottawa-Vanier ont tous été des Franco-Ontariens, sauf pour le tout premier en 1908. Leduc, Chevrier, Morin, Racine, Côté, Pinard, Chartrand, Gauthier, Roy, Grandmaître, Boyer… les noms des anciens élus et élues se lisent comme un répertoire généalogique de la communauté franco-ontarienne.

La tradition libérale de la circonscription s’est de nouveau confirmée le 15 novembre dernier lorsque Nathalie DesRosiers a remporté l’élection partielle provinciale pour combler le siège laissé vacant par la démission de Madeleine Meilleur.

Tout indique que la tradition sera également maintenue lors de l’élection partielle fédérale du 3 avril prochain. Compte tenu de la popularité actuelle du gouvernement Trudeau et du passé libéral de la circonscription, la candidate libérale Mona Fortier est à toute fin pratique assurée de succéder à feu Mauril Bélanger.

30%

Mais ce n’est là qu’une partie de l’histoire. Si Vanier compte depuis longtemps une importante population francophone, la taille de ce groupe linguistique a diminué de plus de la moitié depuis 1992. Les francophones ne représentent plus que 30% de la population de la circonscription.

Pas surprenant alors que deux des quatre partis en lice pour l’élection partielle semblent avoir conclu que le facteur francophone n’est qu’un facteur parmi d’autres dans le choix d’un candidat ou d’une candidate. En effet, tant le Parti conservateur que le Parti vert présentent des candidats qui ne parlent pas français.

De son côté, la candidate Émilie Taman du NPD ne semble pas avoir de liens très profonds dans la communauté francophone d’Ottawa, mais elle est au moins parfaitement bilingue.

Néo-Canadiens

Revenons maintenant à la course récente pour l’investiture libérale. Huit candidats et candidates étaient en lice, tous et toutes bilingues. Quatre d’entre eux étaient plus étroitement associés à la communauté franco-ontarienne dite «de souche». Trois des quatre autres provenaient de nouvelles collectivités canadiennes qui forment une part grandissante de l’électorat dans Ottawa-Vanier.

Khatera Akbari
Khatera Akbari

Ce qui est intéressant, c’est que tous les candidats et candidates ont fait valoir, tant dans leurs documents que leurs discours, l’importance de maintenir l’héritage francophone d’Ottawa-Vanier et se sont engagés à promouvoir le bilinguisme et à défendre les droits de la minorité de langue française.

La course a été très serrée. Malgré ses solides antécédents et son engagement de longue date dans la circonscription, au sein de l’association libérale locale et dans la communauté francophone, Mona Fortier a terminé tout juste devant sa plus proche adversaire après sept tours de scrutin.

Cette rivale était Khatera Akbari, une employée fédérale qui est arrivée au Canada de l’Afghanistan en tant que jeune fille et qui a recueilli beaucoup de soutien parmi la population néo-canadienne croissante d’Ottawa-Vanier.

Certains analystes ont fait valoir qu’en ne se ralliant pas derrière un seul candidat ou une seule candidate dit « de souche», la communauté franco-ontarienne était passée à deux cheveux de perdre l’un des rares sièges au pays qui donne une voix à la communauté francophone minoritaire. Je m’inscris en faux contre cette analyse pour plusieurs raisons.

Tout d’abord, il est sain pour la communauté francophone et pour le processus démocratique que plusieurs candidats et candidates de valeur se soient lancés dans la course. D’autre part, l’ensemble des candidats et candidates accordait beaucoup d’importance à la question francophone, tous par exemple s’étant prononcés en faveur du bilinguisme officiel à Ottawa.

Évolution

J’en tire donc quelques conclusions. La première, c’est que la démographie continuera d’évoluer, affectant le poids relatif de la communauté francophone dans Ottawa-Vanier. Il serait donc avantageux pour la communauté francophone d’accueillir en son sein plus de nouveaux arrivants. C’est d’autant plus vrai que, selon les sondages, les personnes dont la langue maternelle n’est ni l’anglais ni le français sont plus nombreuses que les anglophones à appuyer le bilinguisme et à favoriser l’offre de services dans les deux langues.

Deuxièmement, pour le moment, le Parti libéral est le plus susceptible d’attirer des candidats et candidates qui valorisent le bilinguisme et les droits des minorités. Traditionnellement, c’est également ce parti qui a le mieux réussi à rallier les communautés néo-canadiennes.

Au cours de la campagne à l’investiture libérale, Khatera Akbari a témoigné avec éloquence de son attachement à la communauté francophone de Vanier à cause de l’accueil que celle-ci a offert à sa famille à son arrivée au Canada. Cet attachement l’a poussée à apprendre le français.

Un jour, une Khatera Akbari pourrait très bien maintenir la tradition libérale dans Ottawa-Vanier et être également une porte-parole convaincante pour la communauté francophone.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Employé a la vente au detail – MEPHISTO

MEPHISTO
La boutique de chaussures « MEPHISTO confort de France » recherche un collaborateur à la vente au 1177  Yonge St à Toronto (centre ville), au Nord de Bloor St Summerhill station...
En lire plus...

Il y en a pour tous les goûts: les concerts gratuits des 23 et 24 septembre

Francophonie en fete
Un véritable tour du monde de la musique francophone
En lire plus...

21 septembre 2017 à 9h11

Les Voix du cœur recherchent de nouveaux talents

Une scène du spectacle des Voix du Coeur au théâtre Bluma Appel en mai 2016.
Le spectacle du printemps portera sur les cinq sens...
En lire plus...

20 septembre 2017 à 16h57

Didier Leclair se dit «écrivain de la marge»

Didier Leclair à la bibliothèque de Toronto le 18 septembre.
Écrire en français hors Québec: tout un défi
En lire plus...

20 septembre 2017 à 16h03

Six Franco-Ontariens à la rencontre d’une Première Nation

Les Franco-Ontariens participent à une cérémonie autochtone.
Au pays des Wahgoshigs
En lire plus...

20 septembre 2017 à 13h31

Nouveau conseil d’administration pour le CFT

Le nouveau conseil d'administration du Centre francophone de Toronto. À gauche: le président Jean-Luc Bernard.
Le CFT a reçu le titre d’«organisation phare» de la part de Centraide/United Way
En lire plus...

19 septembre 2017 à 17h35

Des wraps pour les adeptes de l’alimentation crue

WrapItUpRAW-taco-web-79f4912ff1dacc222fd91b2b6532550aacd9e3fb
La production exige beaucoup de travail, mais la commercialisation se fait en un tour de main.
En lire plus...

19 septembre 2017 à 15h21

Les finalistes du prix Christine-Dumitriu-van-Saanen

Paul-François Sylvestre, Gabriel Osson, Claude Guilmain
Tous Torontois
En lire plus...

19 septembre 2017 à 11h22

Rentrée télé: des champions… et un point de saturation

La série de six épisodes Comment devenir adulte, de Wookie Films (Winnipeg), est diffusée cet automne sur la chaîne Unis. Dans la photo, Rémi, Vanessa, Simon et Bréanne préparent la rentrée au Collège Louis-Riel. (Photo: Wookie Films)
L’offre télévisuelle de l’automne est lancée dans l’inquiétude. Les producteurs se mobilisent pour défendre la clause d’exception culturelle attaquée par Washington dans les pourparlers...
En lire plus...

18 septembre 2017 à 16h01

Des Gémeaux pour l’Ontario

L’émission Cochon Dingue, réalisée par le Franco-Ontarien Mathieu Pichette (à gauche), a remporté plusieurs prix dimanche  au gala des Gémeaux. Mathieu Pichet, Stéfany Brulier, Julie Lavalée, Sébastien Hurtubise, Carlos Soldevila, Micheline Sylvestre, Pascal Morissette, Pascal Barriault, Marie-Lou Morin. (Photo: Paul Ducharme)
Des producteurs et des artisans franco-ontariens se sont illustrés au gala de la télévision et des médias numériques.
En lire plus...

18 septembre 2017 à 14h45

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur