Le voyage dans la Lune vu par les enfants


18 décembre 2012 à 10h49

Comme l’a si bien rappelé Sébastien de Dianous lors de la soirée Lunanimation, Le voyage dans la Lune, de Georges Méliès restera à jamais le premier «blockbuster» de l’histoire du cinéma. Réalisé en 1902, le film raconte le voyage sur la Lune de plusieurs scientifiques, qui échappent de peu à des petits lutins maléfiques avant de revenir sur la terre. Le Lycée français de Toronto et l’Alliance française ont profité des 110 ans de l’œuvre pour la faire renaître dans les petites mains expertes d’élèves de 5e année.

À mi-chemin entre Jules Verne (De la Terre à la Lune, 1865) et Hergé (Tintin: Objectif Lune, 1953), l’éternelle fascination pour l’astre lunaire a produit l’une des premières oeuvres clés de l’histoire du cinéma: Le voyage dans la Lune, de Georges Méliès, réalisé en 1902.

«C’est le Avatar des années 1900. Les gens se précipitaient pour voir ça», expliquait Sébastien de Dianous, lors de sa présentation du film.

Il faut savoir que le film est composé de 14 000 images et que Georges Méliès a embauché une entreprise pour coloriser les 14 000 négatifs, afin de faire un film en couleur, au moment où la pellicule couleur n’existait pas encore.

Après avoir visionné une version noir et blanc et une version recolorisée du Voyage dans la lune, le public de l’Alliance française a pu découvrir, vendredi dernier, le travail des élèves du LFT.

Les classes de 5e année de Thomas Morey et Fabien Marconi ont travaillé avec l’artiste visuel Paul Walty pour créer deux minifilms d’animation en stopmotion autour de l’univers du film «Le voyage dans la lune». On y retrouve la notion de l’espace, de la lune, de l’aventure et de l’inconnu cher à Méliès.

Après avoir écrit le scénario en classe avec leurs professeurs respectifs, les élèves ont eu cinq sessions avec Paul Walty pour fabriquer leur film d’animation. Présent lors de la soirée Lunanimation, l’artiste s’est dit ravi de travailler avec de jeunes enfants si imaginatifs.

Toutes les projections se déroulaient au son de la musique de John Williams (clarinette) et Emilyn Stam (violon, piano), qui ont improvisé toute la soirée. Ils ont même offert aux jeunes enfants deux impros musicales pour chaque film dans le but de montrer l’importance de la trame musicale dans le ressenti de l’image.

Dans une galerie Pierre-Léon saupoudrée de poussière d’étoiles, l’univers lunaire de Georges Méliès a emporté grands et petits vers le monde du rêve.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Sur la route de la diaspora francophone nord-américaine

Musée de l'Amérique francophone
La petite mais riche exposition PARTIR au Musée de l'Amérique francophone à Québec
En lire plus...

20 juillet 2018 à 12h00

D’un océan à l’autre en Citroën 1923

Christian Darrosé
Parti de Vancouver, Christian Darrosé est en route pour Terre-Neuve
En lire plus...

20 juillet 2018 à 10h00

Une étoile avalée par un trou noir

trou noir avale étoile
À 150 millions d’années-lumière de la Terre
En lire plus...

Des animaux nuisibles, mais intelligents

écureuil
Rats, écureuils et corbeaux apprennent au contact des humains
En lire plus...

Effet placébo : ça marche même en dormant !

médecine
Moins de douleur, d’anxiété et de troubles du sommeil après l'application d'une fausse crème anti-douleur
En lire plus...

19 juillet 2018 à 12h30

Utilise-t-on trop de pesticides ?

environnement
Il importe de mieux contrôler les organismes nuisibles, mais il n’est peut-être pas nécessaire d’épandre à tous les coups
En lire plus...

19 juillet 2018 à 7h00

Les langues officielles ont leur ministère

Mélanie Joly s'occupera aussi de la Francophonie et du Tourisme
En lire plus...

18 juillet 2018 à 17h37

Défi démographique «alarmant» pour les Franco-Ontariens

Commissariar aux services en français de l'Ontario
François Boileau se projette dans l’avenir
En lire plus...

18 juillet 2018 à 15h00

Des portraits d’écrivains qui juxtaposent le réel et le surréaliste

Face à face
Face à face avec Mathieu Laca à la galerie Thompson Landry
En lire plus...

18 juillet 2018 à 12h00

Les araignées utilisent l’électricité de l’air pour voler

Ça intriguait déjà le jeune Darwin
En lire plus...

18 juillet 2018 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur