Le quartier «intelligent» Google de Toronto: «connecté» à n’importe quel prix?

Le projet Quayside

La création d'un campus innovant est programmé. Photo: Sidewalk Labs
Partagez
Tweetez
Envoyez

Un quartier où règnent les piétons et les cyclistes? Des bâtiments en bois, accessibles et alimentés en énergies renouvelables? C’est le projet de Sidewalk Labs, filiale du conglomérat Alphabet (Google) pour Quayside, ce futur quartier «intelligent» situé aux environs de l’intersection Queen’s Quay et Parliament…

Le projet n’est pas sans susciter certaines controverses, notamment sur l’aspect envahissant de la connexion à l’Internet.

Le quartier du futur

Le 24 juin dernier, le projet de Sidewalk Labs pour le quartier Quayside a enfin été publié, «après 18 mois de consultation publique».

C’est dans un dossier d’un peu plus de 1500 pages qu’est détaillée la proposition de Sidewalk Labs pour ce secteur de Toronto: un projet en adéquation avec les «normes de développement urbain au 21e siècle».

Les piétons seront au cœur de projet avec la réalisation de grandes allées.

Sidewalk Labs prévoit de développer ce quartier, où vivront des dizaines de milliers de personnes, autour de grandes thématiques telles la mobilité, la technologie et la durabilité.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Des logements, dont le coût se situerait 40% en dessous de celui du marché, seront développés.

La filiale de Google prévoit de mettre l’accent sur le «vivre ensemble» avec la mise en place de parcs et autres espaces ouverts qui «encourageront les gens à passer plus de temps à l’extérieur, ensemble».

On mise aussi sur un système de transport qui réduirait l’utilisation de la voiture.

Plan pour le quartier Quayside. Photo: Sidewalk Labs

Ce quartier sera surtout complètement connecté à ses habitants. Il est notamment question d’une carte mise à jour en temps réel sur l’utilisation des bancs publics et des jardins, ce qui permettrait selon Google de «maintenir les espaces en bon état».

On envisage aussi des feux pour piétons intelligents, laissant à ceux qui en ont besoin davantage de temps pour traverser la rue.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Revitaliser le bord du lac

Ce plan fait écho à la volonté de Waterfront Toronto de développer judicieusement la zone riveraine de Toronto. En mars 2017, ce conseil qui réunit les instances fédérale, provinciale et municipale décide en effet de lancer une requête de propositions concernant l’avenir du quartier Quayside.

Le quartier Quayside aujourd’hui. Photo: Sidewalk Labs

L’objectif était alors de réfléchir à un aménagement innovant de ce quartier largement inoccupé situé au bord du lac Ontario.

En octobre 2017 et après avoir reçu de nombreuses propositions, Waterfront Toronto choisit Sidewalk Labs en tant que «partenaire de financement et d’innovation» pour réaliser Quayside.

Un plan plus ambitieux que prévu

Or, le quartier Quayside n’est pas la seule partie du secteur riverain torontois dans le viseur de Sidewalk Labs.

En plus de proposer un projet de développement pour ce quartier large de 4,9 hectares, le projet de développement de la filiale du géant de l’internet contient d’autres étapes: le «River District», incluant Quayside et large de 62 hectares, pour à terme atteindre le «IDEA District» (Innovative Développement and Economic Acceleration) de 77 hectares.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
La quartier IDEA, projet final de Sidewalk Labs, large de 77 hectares. Photo: Sidewalk Labs

C’est un projet gigantesque pour ce qui ne devait être simplement le développement d’une petite portion de la zone au bord du lac.

Le président de Toronto Waterfront, Steve Diamond, tente de rassurer: «L’idée du IDEA District est prématurée. Il faut voir d’abord comment fonctionne le quartier Quayside avant de décider de travailler ensemble ailleurs», a-t-il dit aux médias.

Une aubaine économique

Ce tout nouveau quartier «connecté» aurait, selon les données dévoilées par Sidewalk Labs récemment, un grand potentiel en termes de retombées économiques.

D’ici 2040, 93 000 emplois seraient créés «dont 44 000 de manière directe» et 14,2 milliards $ d’activité économique seraient générés chaque année: telles pourraient être les perspectives développées par le projet selon une analyse indépendante d’UrbanMetrics.

La quartier Quayside compterait une dizaine d’immeubles multi-usages. Photo: Sidewalk Labs

C’est également là que Google envisage d’installer son siège social canadien, accompagné d’un incubateur permettant à des entreprises et idées innovantes de se développer.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

#BlockSidewalk

Les avis concernant ce quartier futuriste sont loin d’être unanimes. Un mot-dièse est notamment né sur les réseaux sociaux: #BlockSidewalk, à l’instar d’un mouvement du même nom.

Projection pour la ville de Toronto et son secteur riverain d’ici 2050, selon Sidewalk Labs et son projet de «croissance inclusive». Photo: Sidewalk Labs

«Nous avons plusieurs craintes, à commencer par celle du territoire concerné», explique à L’Express l’un des 30 membres fondateurs du collectif, Thorben Wieditz. «Sidewalk Labs a un projet pour un quartier qui s’étend bien au-delà du périmètre de Quayside, alors même que ce territoire est l’un des plus précieux en Amérique du Nord.»

«Nous avons aussi une autre crainte, celle de l’utilisation des données collectées par Google.»

«Pas besoin des Américains»

Si la filiale de Google se targue des possibles retours que cet investissement pourrait avoir sur le court et le long terme (dont la création de 44 000 emplois directs ou la création de logements abordables), le collectif fait remarquer que «Sidewalk Labs demande à Waterfront Toronto de vendre les terrains publics concernés à rabais, ce qui leur permettrait évidemment de créer des logements abordables à moindre coût. Ce n’est pas du tout innovant. Nous n’avons pas besoin d’une compagnie américaine pour atteindre cet objectif.»

Photo: Sidewalk labs

La Ville et Waterfront Toronto prévoient mener des consultations publiques sur le projet dévoilé en juin dernier. Les décisions et votes adoptant, modifiant ou annulant le plan de Sidewalk Labs devraient survenir fin 2019 ou début 2020.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur