Le pacifiste de l’année s’en va-t-en guerre

Partagez
Tweetez
Envoyez

Est-il encore temps d’attribuer à quelqu’un d’autre le Prix Nobel de la Paix 2009? Le président Barack Obama va aller chercher son prix à Oslo le 9 décembre, stoppant aussi à Copenhague, juste à côté, pour saluer la conférence internationale sur l’Apocalypse et y présenter des cibles de réductions des gaz à effet de serre encore plus modestes que celles de Stephen Harper.

Obama, qui a été élu en raison, entre autres, de son opposition de la première heure à l’invasion de l’Irak et de sa volonté de mener autrement la «guerre au terrorisme», a annoncé la semaine dernière l’envoi en Afghanistan de 30 000 soldats supplémentaires censé éradiquer les talibans, al-Qaìda (Oussama ben Laden?) et sécuriser ce pays (et le Pakistan voisin) d’ici l’été 2011.

Ces objectifs officiels sont si fantaisistes qu’on en cherche d’autres, secrets ou inavouables. Peut-être le président américain a-t-il repoussé la vraie décision à 2011 pour donner à ses alliés et aux nations de cette région une vingtaine de mois pour s’organiser avant l’inévitable retrait, dont les modalités restent à déterminer.

Sinon, la lucidité dont il faisait preuve jusqu’à maintenant – qui ne justifiait pas encore le Nobel mais qui était encourageante – l’a déserté. Il céderait bêtement aux pressions du lobby militaire et laisserait passer une occasion en or de retirer toutes les troupes américaines de ce bourbier dont la valeur stratégique a toujours été douteuse.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Rappelons que l’intervention américaine en Afghanistan avait été motivée, en 2001, par le refus du gouvernement taliban de permettre aux Américains d’attaquer les camps d’entraînement d’al-Qaïda après les attentats du 11 septembre. Ces camps étaient symboliques puisque les auteurs des attentats ont préparé leur coup en Allemagne et aux États-Unis, pas en Afghanistan. On aurait très bien pu s’en tenir à une destruction punitive de ces sites et du gouvernement taliban sans se mêler d’occuper tout le territoire et de vouloir y instaurer la démocratie.

La menace de représailles ponctuelles aurait pu et pourrait encore dissuader tout gouvernement ennemi d’abriter des terroristes.

Mentionnons que l’envoi de ces renforts coûtera 30 milliards $, soit 1 million $ par soldat. Ce n’est peut-être qu’une petite dépense s’ajoutant à la dette américaine de 10 ou 12 trillions $… Mais pour commencer un jour à soulager les finances publiques et rembourser ces dettes périlleuses, le budget de la Défense, déjà insensé avant 2001, hors de contrôle aujourd’hui, devra être mis à contribution.

Sinon, 30 milliards $ par ci, 40 milliards $ par là (la récente augmentation des prestations d’assurance-chômage), des dizaines ou des centaines d’autres milliards coulés dans l’arnaque climatique, sans compter le trillion (ou deux) pour un nouveau système d’assurance-santé, ça va continuer de s’additionner jusqu’à ce que les créanciers des Américains perdent patience.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur