Le journaliste du Star abandonne sa poursuite après de nouvelles excuses de Rob Ford

Partagez
Tweetez
Envoyez

Le maire de Toronto, Rob Ford, a réitéré ses excuses, mercredi en fin de journée, au journaliste du Toronto Star Daniel Dale.

«Je retire tout ce que j’ai dit et je m’excuse pour ces propos auprès de M. Dale», a déclaré le maire.

Cette déclaration a été suivie quelques minutes plus tard par un message du journaliste sur son compte Twitter, affirmant qu’il laisse tomber sa poursuite en diffamation contre Rob Ford.

«Je ne poursuivrai pas le maire et j’ai hâte de retourner au travail», a-t-il écrit en précisant qu’il maintient cependant la poursuite contre Vision TV, la chaîne qui a diffusé les propos controversés du maire de Toronto.

Le reporter municipal avait envoyé un avis de diffamation au maire jeudi dernier, à la suite de propos tenus par Rob Ford lors d’une entrevue avec l’ex-magnat de la presse Conrad Black.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Durant l’interview, le maire avait affirmé que le journaliste «prenait des photos de petits enfants [les siens]». Il avait ajouté: «Je ne veux pas prononcer le mot, mais ça soulève des questions sur l’individu.»

Le maire s’est excusé une première fois au conseil municipal, mardi, mais le journaliste estimait cette déclaration insuffisante.

Le maire Ford avait pris la parole sur le sujet, à la surprise générale. Il avait assuré qu’il n’avait jamais voulu insinuer que le journaliste Daniel Dale était un pédophile. «C’est dommage que le mot [pédophile] que je n’ai pas utilisé m’a été attribué dans les médias», a-t-il soutenu. «Je m’excuse sincèrement si mes paroles ont pu le blesser.»

Ces allégations portaient sur un événement survenu en mai 2012. Le maire avait alors surpris Daniel Dale derrière sa propriété, alors que le journaliste disait faire de la recherche pour un article sur une parcelle adjacente que Rob Ford voulait acheter. Le maire avait accusé le reporter de chercher à photographier sa cour arrière où ses enfants jouent parfois (selon le journaliste, ils n’y étaient pas).

Même si une enquête policière n’avait mené à l’époque à aucune accusation ou amende contre le journaliste, le maire a répété ce récit à plusieurs reprises par la suite. Dans le cadre de ses excuses mardi, il a affirmé qu’il s’était fié aux dires de son voisin et qu’il n’avait jamais vu Daniel Dale regarder au-dessus de sa clôture.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le maire adjoint Norm Kelly, à qui le Conseil municipal a confié le mois dernier l’essentiel des pouvoirs et des budgets du maire, a dit que Rob Ford «avait l’air sincère», mais qu’il revenait à Daniel Dale de décider si ces excuses étaient suffisantes.

Dans un éditorial mardi, le Toronto Star rappelait que le maire Ford n’en finit plus de s’excuser pour divers déclarations et comportements indignes de sa fonction, et que ces excuses ne sont plus crédibles.

Recherche de l’année sur Google

Par ailleurs, apprès avoir recensé les quelque 40 milliards de recherches effectuées sur son site en 2013, Google Canada a déclaré que le controversé maire de Toronto, Rob Ford, était le terme de recherche de l’année au pays.

Alors que, comme c’est le cas depuis plusieurs années, Facebook a été le véritable numéro un de l’année, Rob Ford a dominé la liste des tendances du web de Google, qui présente les termes de recherche qui ressortent le plus en comparaison avec les années précédentes.

M. Ford était suivi de près par le défunt acteur de Glee, le Canadien Cory Monteith, mort d’une surdose en juillet dernier; l’acteur de Fast and Furious récemment décédé Paul Walker; la victime d’un meurtre Tim Bosma; et le marathon de Boston.

Nelson Mandela, le bébé royal, la Corée du Nord, la danse virale Harlem Shake et Lac-Mégantic complétaient le top 10.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur