Le CSDCCS et Viamonde s’accorderaient sur un centre scolaire communautaire à Hamilton

Partagez
Tweetez
Envoyez

Nos deux conseils scolaires catholique (CSDCCS) et public (Viamonde) accepteraient une proposition du ministère de l’Éducation de financer à Hamilton un centre scolaire communautaire francophone.

La nouvelle a été annoncée ce jeudi 3 mars par le Conseil scolaire de district catholique Centre-Sud, qui, jusqu’à tout récemment, menaçait de poursuivre le gouvernement en justice pour obtenir des installations modernes pour remplacer son Académie Mère-Teresa, trop petite et sous-équipée.

Depuis un an, le ministère proposait de financer la construction d’une école partagée entre le CSDCCS et Viamonde, comme celle que les deux conseils gèrent dans le quartier Landsdowne et College au centre-ville de Toronto.

Cette option, acceptée par Viamonde, également à la recherche d’une nouvelle école secondaire à Hamilton pour reloger ses élèves de Georges-P.-Vanier, était toutefois combattue par le CSDCCS.

«La nouvelle option proposée est très différente», soutient en entrevue à L’Express le nouveau directeur de l’Éducation du CSDCCS, André Blais, «car un design approprié pourrait nous permettre de préserver notre identité catholique».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le CSDCCS ambitionne d’accueillir 475 élèves dans sa nouvelle école. Mère-Teresa en a aujourd’hui autour de 300 et Vanier 200, mais plusieurs familles francophones passeraient au système anglophone après le primaire, face à l’infériorité des installations secondaires francophones.

Du côté de Viamonde, dont le directeur de l’Éducation Martin Bertrand est relativement nouveau lui aussi à ce poste, on se réjouit des récents développements et de «l’ouverture» démontrée par le CSDCCS en vue de la création d’un centre scolaire communautaire à Hamilton.

MM. Blais et Bertrand rencontreront sous peu les représentants du ministère pour mettre le projet sur les rails. Il serait encore trop tôt pour savoir quel financement est offert. «Une seule école secondaire moderne comme celle que nous demandions coûte environ 15 millions $», avance M. Blais.

Parmi les sujets de discussion figurera certainement l’avenir du terrain au 16, avenue Broughton, à Hamilton, acheté récemment par le CSDCCS pour y construire l’école pour laquelle on lui refusait le financement.

Le modèle du centre scolaire communautaire n’est pas nouveau. À Mississauga, l’école secondaire et l’église catholique Sainte-Famille ont aussi un centre communautaire, où des activités sont organisées par le Cercle de l’amitié, entre autres. Mais il n’y a pas encore de modèle de centre scolaire communautaire catholique laïc.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le Centre français de Hamilton est le principal organisme culturel de la région pour les francophones et les francophiles. Le Centre de santé communautaire de Hamilton/Niagara pourrait également compter parmi les partenaires potentiels du CSDCCS et de Viamonde dans cette aventure.

«Nous cherchons justement à nous rapprocher des écoles», indique à L’Express la directrice générale du Centre français, Lisa Breton, qui accueille avec enthousiasme la volonté du CSDCCS et de Viamonde de travailler ensemble.

Le Centre français a accès, avec d’autres groupes culturels, à une petite salle de spectacle au Spice Factory, mais «c’est sûr que si le nouveau centre scolaire communautaire des deux écoles secondaires offrait une plus grande salle, on s’en servirait».

Comme d’autres dirigeants d’organismes francophones de Hamilton, Mme Breton attend de connaître les détails de l’entente entre les deux systèmes scolaires. Le Centre français vient de déménager dans de nouveaux locaux. Le Centre de santé vient d’acheter les siens. Mais les deux organismes pourraient organiser des activités au nouvel endroit.

«C’est avec beaucoup d’enthousiasme et d’espoir que le CSDCCS envisage l’avancement de ces discussions», a déclaré la présidente Melinda Chartrand.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Ce projet permettra de dénouer l’impasse qui retardait la construction d’écoles secondaires à la fine pointe de la technologie pour desservir la communauté francophone de la région», confirme le président de Viamonde, Jean-François L’Heureux.

Celui-ci loue le «leadership positif» du ministère dans ce dossier. «Ce sont les élèves qui sortent gagnants de l’ouverture manifestée aujourd’hui.»

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur