Le chef conservateur ontarien élu à l’Assemblée législative

Partagez
Tweetez
Envoyez

Le chef conservateur ontarien, Patrick Brown, qui a été élu dans la circonscription provinciale de Simcoe-Nord jeudi soir lors d’une élection partielle, dit que l’une de ses priorités lors de la rentrée parlementaire le 14 septembre sera de se pencher sur le sort de l’Hôpital général de Penetanguishene.

L’établissement, qui offre des services en français, doit fermer ses portes l’an prochain. «Je suis fâché que le gouvernement a coupé le service en français».

Il aussi martelé le thème de la création d’emplois et de la réduction de l’endettement provincial, lors d’une entrevue à Radio-Canada vendredi matin.

Pour sa part, la première ministre, Kathleen Wynne, félicite son adversaire de son élection, tout en disant qu’elle a hâte d’en découdre avec lui: «Patrick Brown et moi ne sommes pas du même avis quant aux enjeux auxquels fait face notre province. Maintenant qu’il siégera à l’Assemblée législative, je suis impatiente de débattre de ces enjeux avec M. Brown.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

M. Brown a facilement gagné l’élection partielle avec plus de 50% des voix, après que le conservateur Garfield Dunlop eut accepté de quitter son siège pour lui laisser la chance de se faire élire. Le taux de participation était d’un peu moins de 41%, selon des données préliminares d’Élections Ontario.

M. Brown, un ancien député conservateur fédéral, dans la région de Barrie, l’avait emporté dans la course à la direction du parti provincial en mai dernier. Son adversaire défaite, Christine Elliott, la veuve de l’ancien ministre fédéral des Finances Jim Flaherty, a annoncé récemment qu’elle démissionnait de son siège d’Oshawa à Queen’s Park.

Le chef conservateur a vivement déploré la campagne «négative» des libéraux pendant cette élection partielle. Plusieurs ministres avaient été dépêchés dans la région pour lui mettre des bâtons dans les roues, l’accusant notamment de vouloir secrètement limiter le droit des femmes à l’avortement s’il est élu, ce que M. Brown a toujours nié.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur