Le Centre francophone renforce son administration

Partagez
Tweetez
Envoyez

Le Centre francophone de Toronto, qui opère une clinique de santé et qui s’occupe notamment d’aide juridique, d’intégration des nouveaux arrivants, d’emploi et de petite enfance avec une centaine d’employés et un budget de 10 millions $, va bientôt afficher un poste de direction adjointe et un autre de direction des immobilisations.

Cela devrait permettre à la directrice générale Lise Marie Baudry de se consacrer à son mandat stratégique récemment élargi «et qui m’allume énormément», indique la première intéressée en entrevue à L’Express.

Mme Baudry a besoin d’un adjoint ou d’une adjointe pour s’occuper de tâches administratives quasi-quotidiennes comme les demandes de subventions et la gestion des ressources humaines, ce qui la libérerait pour développer d’autres volets, en santé mentale par exemple.

«Je me dois d’être plus présente dans la communauté», indique-t-elle, «mais aussi de rencontrer des futurs partenaires dans de nouveaux secteurs.»

Ce ne sera pas une surprise pour le conseil d’administration, présidé par Claire Francoeur, qui a adopté tout récemment un plan stratégique prônant notamment un renforcement de la capacité administrative du Centre.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Avec les années, on accumule les mandats, mais ça ne correspond pas toujours à une augmentation des effectifs au sein de la direction», explique Mme Baudry.

Pour les immobilisations, par exemple, le CFT, dont les principales activités ont déménagé cet été dans les nouveaux locaux du 555 ouest rue Richmond, gère encore la maison du 20 Lower Spadina, deux antennes à North York et deux autres dans des écoles. «Les employés de ces services finissaient par s’occuper des lieux, mais ça nous prend maintenant un coordonnateur ou une coordonatrice.»

Le CFT doit également combler le poste de direction des communications et des relations communautaires, suite au récent départ de Sabine Raboteur, recrutée par le bureau de la ministre Madeleine Meilleur. Sophie Bernier, la coordonnatrice culturelle, assure cet intérim.

Le CFT va donc «très bien», confirme Lise Marie Baudry, non sans fierté. «On ne doit jamais rien prendre pour acquis», dit-elle, «mais jusqu’à maintenant nous continuons de développer nos services à la francophonie torontoise.»

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur