Le budget ontarien redéposé tel quel

Partagez
Tweetez
Envoyez

Le gouvernement libéral de l’Ontario a représenté lundi le budget qu’il avait déposé pour la première fois le 1er mai. Les partis d’opposition l’avaient rejeté, ce qui avait déclenché les élections provinciales du 12 juin.

Le gouvernement affirme que le document a reçu l’appui du public puisqu’il a servi de programme électoral aux libéraux, qui ont remporté les élections provinciales et ont pu former un gouvernement majoritaire. Le parti a d’ailleurs indiqué qu’il n’imprimerait pas un nouveau document, mais il se garde l’option d’annexer un document additionnel au besoin.

Mais les partis d’opposition continuent d’en dénoncer le contenu, critiquant le gouvernement de Kathleen Wynne sur sa gestion de l’économie.

Le budget comprend de nombreuses dépenses. Il prévoit 29 milliards $ en 10 ans pour les transports et les infrastructures, ainsi que 2,5 milliards $ pour des subventions aux entreprises afin d’encourager la création d’emplois.

Si le gouvernement ontarien vante haut et fort ses investissements, il mentionne beaucoup moins les mesures d’austérité de son budget. Car mis à part les secteurs de la santé, de l’éducation, les services sociaux et la justice, les programmes de la province verront leurs budgets réduits en moyenne de 6% par année pour les prochains deux ans.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Nous présentons à nouveau le même budget que nous avons présenté début mai», a confirmé la première ministre Kathleen Wynne.

Mme Wynne croit qu’il faut investir pour stimuler l’économie et favoriser la création d’emploi, tout comme l’avait fait le gouvernement fédéral pour sortir le pays de la récession de 2008-2009.

Il inclut également une surtaxe pour les Ontariens dont le revenu dépasse les 150 000 $.

Le NPD qualifie le budget de cheval de Troie. Selon les néo-démocrates, il semble progressiste de l’extérieur, mais il comprend de nombreuses mesures d’austérité pour atteindre l’équilibre budgétaire.

La porte-parole du parti en matière de finances, Catherine Fife, s’inquiète de la mention de la vente possible de biens de la province, comme la Régie des alcools et Hydro One. «Ils cherchent une solution rapide pour éliminer le déficit qui aurait de lourdes conséquences à long terme», estime-t-elle.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le conservateur Monte McNaughton rappelle que les agences de notation ont lancé des avertissements au gouvernement. «Il est probable qu’il y ait un abaissement de la cote de crédit dans un avenir proche», croit-il.

Vendredi dernier, les données publiées par Statistique Canada faisaient état de la perte de 34 000 emplois en Ontario seulement pour le mois de juin – et disaient que le taux de chômage était resté inchangé en un an.

L’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) a noté la volonté du gouvernement de soutenir les célébrations du 400e anniversaire de présence française en Ontario en 2015. Le budget cible aussi des priorités francophones dans les domaines de l’accès aux programmes d’éducation postsecondaire en français et de l’accueil des immigrants francophones.

«Désormais majoritaire, le gouvernement a la capacité de faire avancer les dossiers qu’il juge prioritaire», a déclaré le président de l’AFO, Denis Vaillancourt. «Nous comprenons la situation économique, mais rappelons également que les investissements pour la communauté francophone rapportent souvent plus qu’ils ne coûtent.»

Le budget de l’Ontario

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur