La TTC se met en valeur

Partagez
Tweetez
Envoyez

Depuis quelques mois, la compagnie des transports publics de Toronto est au centre des débats, entre les lignes qui devraient voir le jour, celles que l’on enterre (au propre et au figuré), les hausses des tarifs, les coupures dans les services, sans oublier une efficacité toute relative qui ne fait pas toujours le bonheur des Torontois. Alors elle se vend, se met en valeur et s’affiche dans les streetcars, métros et autres bus pour demander un meilleur financement et parler des projets d’avenir.

S’il est vrai que les services de la TTC peuvent parfois ressembler à ceux d’un autre temps, il faut reconnaître qu’elle fait avec les moyens du bord, c’est-à-dire pas grand-chose.

Son financement public est bien en deçà de la plupart des autres grands réseaux nord-américains comme Montréal et Chicago, informent les publicités.

Seulement 84¢ par utilisateur et par trajet proviennent de subventions publiques alors qu’elles s’élèvent à 1,28¢ pour Montréal et 2,64¢ à Chicago. Il ne faut donc pas s’étonner que les prix augmentent sans cesse, comme cela vient encore d’arriver.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

La crise financière, la prise de conscience, mais aussi l’habitude que les Torontois ont prise d’utiliser les transports en commun, augmentent régulièrement le nombre de passagers que la TTC transporte, et augmente en même temps les coûts de fonctionnement. Plus de 500 millions d’utilisateurs sont attendus pour 2012. Entre les nouveaux métros, les nouveaux streetcars qui devraient arriver en 2013, l’extension de la ligne de Spadina, la rénovation de la gare Union, la mise en place de la carte Presto, la TTC tente tout de même d’offrir le maximum de services à ses usagers.

La critique est facile, mais il faudrait reconnaître qu’un meilleur financement des transports en commun de Toronto permettrait certainement d’améliorer beaucoup de choses. Une hausse des taxes, ou la création d’une taxe spéciale ne ferait pas plaisir à tout le monde; pourtant, la mise en place d’un système de transport en commun efficace est à ce prix.

Cela doit résulter d’une volonté politique de mettre en avant ce genre de transport. Les embouteillages dans la grande région de Toronto représentent une perte, c’est bien sûr une estimation, de près de 6 milliards $ par an.

La TTC n’est pas totalement responsable de la situation dans laquelle est plongé Toronto pour les transports en commun, mais les politiques le sont pour sûr.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur