La mairesse de Brampton dans l’eau chaude

Partagez
Tweetez
Envoyez

La mairesse de Brampton, qui a violé les règles municipales en matière de dépenses à plus de 250 reprises selon une vérification comptable, a assuré cette semaine qu’elle n’a «rien fait de mal».

En entrevue à la CBC, Susan Fennell ajoute qu’elle n’a «rien à craindre», après que le conseil municipal eut demandé hier à la police d’enquêter.

Mme Fennell veut que l’enquête policière soit terminée avant les élections municipales d’octobre, pour que le public puisse voter en pleine connaissance des faits.

La mairesse se défend au sujet de vols en classe affaires auxquels elle avait eu accès, grâce à des passes de vol.

Selon Mme Fennell, son personnel et elle ont jugé à l’époque que ces laissez-passer prépayés étaient l’option «la plus économique», parce qu’ils permettaient des changements de dernière minute par exemple. «Si quelqu’un nous avait dit que ça ne respectait pas les règles, dit-elle, évidemment on aurait agi différemment.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Selon la vérification comptable de la firme Deloitte, la mairesse a accumulé des dépenses non autorisées de 131 000 $ depuis 2007, sans compter 150 000 $ en réclamations sans justification adéquate.

Susan Fennell, qui est en poste depuis 2000, sollicitera un autre mandat le 27 octobre prochain.

L’une de ses adversaires à la mairie, l’ancienne ministre des Affaires municipales Linda Jeffrey, a qualifié les conclusions de l’audit de «troublantes», une «distraction» pour la Ville.

«Notre communauté mérite un gouvernement municipal qui est ouvert et transparent», a-t-elle affirmé, «et dont les dirigeants mettent l’accent sur les enjeux importants comme la création d’emplois, le développement économique et l’amélioration du transport en commun.»

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur