La Librairie Champlain ferme (1960-2009)


24 mars 2009 à 15h34

Fondée en 1960 par Charles et Berthe Arsenault, la Librairie Champlain de leurs fils Marcel et Paul mettra fin à ses opérations dès le 30 avril, suite à la perte de plusieurs acheteurs institutionnels.

C’est un Marcel Arsenault relativement serein qui a confirmé la nouvelle à L’Express la semaine dernière. «La décision est prise depuis un mois environ», dit-il. «Nous avons retourné la situation dans tous les sens, mais, rien n’y fait, le village de 50 000 francophones de Toronto ne peut pas à lui seul faire vivre une librairie comme Champlain.»

Selon M. Arsenault, les gros acheteurs comme les bibliothèques et les conseils scolaires passent désormais directement par les maisons d’édition, et ceux qui ont encore le choix exigent un escompte qui dévore tout le profit.

Sous Charles Arsenault (décédé), qui a aussi été conseiller scolaire catholique élu pendant plusieurs années, la Librairie Champlain a opéré d’un édifice de trois étages à l’angle de Church et Richmond avant de déménager au 468 rue Queen, à l’est de Parliament. De plus, la Librairie allait parfois à la rencontre d’autres communautés du centre-sud de la province avec de petits comptoirs.

Au fil des années, quelques autres chaînes (Garneau, rue Bay, Renaud-Bray, rue Yonge) ont brièvement tenté d’opérer une succursale dans la capitale ontarienne mais sans succès. La Librairie Champlain aura donc vécu 49 ans.

Une succursale de la Maison de la presse internationale, dans le quartier Yorkville, offre des magazines et quelques livres en français. Quelques librairies Indigo ont aussi un petit rayon francophone, mais la disparition de Champlain laisse un vide énorme.

Pourrait-elle renaître ailleurs au centre-ville, au sein d’une éventuelle Maison de la francophonie? «Ça fait 20 ans qu’on en parle…», remarque Marcel Arsenault, sceptique.

Coïncidence, ce même samedi matin, l’ACFO-Toronto organisait un forum de discussion à quelques rues de là, dans la salle paroissiale du Sacré-Coeur, sur son projet de Village francophone et sur celui, impliquant le Centre francophone, le Théâtre français et d’autres, d’une Maison de la francophonie.

Champlain occupait toujours l’un des espaces les plus importants au Salon du livre de Toronto, avec lequel il aurait pu être en compétition mais où, finalement, il réalisait un bon chiffre d’affaires, selon M. Arsenault, qui reste d’ailleurs membre du conseil d’administration du Salon.

Valéry Vlad, le président du Salon, se dit «triste et choqué qu’une ville comme Toronto ne puisse pas se permettre d’avoir une librairie francophone». Il dit aussi avoir «peur des conséquences pour l’avenir: les parents et les jeunes doivent pouvoir toucher les livres. Ce n’est pas vrai que l’Internet va remplacer ça.»

Le Salon du livre de Toronto est un événement ponctuel (annuel), «Champlain c’était une source qui coulait tous les jours», commente M. Vlad.

La Librairie a déjà employé une quinzaine de personnes mais ce nombre était tombé à une demi-douzaine depuis quelques temps.

Marcel Arsenault ne sait pas encore ce qu’il fera après le 30 avril, remarquant en riant que le poste de directeur général du Salon du livre de Toronto est ouvert depuis peu…

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

La pénurie d’enseignants freine le bilinguisme

Photo: Francopresse, Lucas Pilleri
Après des décennies de croissance exponentielle, les programmes de français langue seconde des conseils scolaires du pays peinent à trouver un nombre suffisant d’enseignants...
En lire plus...

16 février 2019 à 9h00

Le lait au chocolat ne fait rien de spécial pour la récupération des sportifs

santé, sport
Les médias, la publicité et bien des athlètes rapportent régulièrement que le lait au chocolat améliore la récupération chez les sportifs après un effort...
En lire plus...

La France s’anime au TAAFI

TAAFI
Du 15 au 17 février, les films sont de retour au Festival international d’art d’animation de Toronto (TAAFI) et plusieurs oeuvres françaises émergent du...
En lire plus...

15 février 2019 à 16h28

Adieu, Opportunity

La NASA a officiellement «déplogué» le 12 février sa sonde martienne Opportunity, qui ne répondait plus depuis juin dernier. Sa mission a duré beaucoup...
En lire plus...

15 février 2019 à 15h15

Abel Maxwell veut inspirer les jeunes

Abel Maxwell sera omniprésent à la célébration du Mois de l'Histoire des Noirs organisée par le Centre Francophone de Toronto le samedi 23 février....
En lire plus...

15 février 2019 à 11h00

Deux photographes, deux univers

Expo alliance française
Geneviève Thauvette et Kathleen Hearn, deux artistes torontoises, exposent leurs photographies à l’Alliance française de Toronto jusqu'au 28 mars.
En lire plus...

15 février 2019 à 9h00

Netflix, nouvelle plateforme des bizarreries de Gwyneth Paltrow

pseudoscience
Netflix ne se fera pas de nouveaux amis parmi les amateurs de vulgarisation scientifique et d’information véridiques: l’actrice Gwyneth Paltrow vient d’y obtenir une...
En lire plus...

15 février 2019 à 7h00

Réforme du système de santé: n’oubliez pas les services en français

santé
La décision attendue du gouvernement de l’Ontario de procéder à une réforme structurelle du système de santé serait «une opportunité d’améliorer l’accès aux services...
En lire plus...

14 février 2019 à 16h16

Cybersécurité: quelques clés pour protéger votre vie privée

vie privée
La radio communautaire franco-torontoise CHOQ-FM lance une nouvelle série de capsules vidéos pour sensibiliser les utilisateurs d’internet aux dangers qu’il peut représenter pour leur...
En lire plus...

14 février 2019 à 15h00

Les langues officielles enfin inscrites dans la Loi sur le divorce

La nouvelle Loi canadienne sur le divorce, dont l'ébauche a été adoptée en troisième lecture par la Chambre des communes le 6 février, confirme...
En lire plus...

14 février 2019 à 13h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur