La gouvernance intercommunale: un modèle inédit pour Haïti

Soutien technique de la Fédération canadienne des municipalités

Assemblée générale du Comité de citoyens et citoyennes le 21 septembre 2018 à Gressier. (Photo Claire Binet)
Partagez
Tweetez
Envoyez

Malgré la crise actuelle en Haïti, une gouvernance intermunicipale en émergence dans la région des Palmes (département de l’Ouest) détient le potentiel de devenir un modèle inédit pour ce pays.

En 2011-2012 les communes de Petit-Goâve, Grand Goâve, Léogane et Gressier ont créé une première expérience intercommunale sous une entité unique de gestion locale: la Communauté des municipalités de la région des Palmes (CMRP).

La CMRP aspire à implanter une meilleure offre de services aux citoyens, une gestion efficace de leur territoire, tout en rationalisant les ressources financières et humaines limitées, en vue d’atteindre une socio-économie durable dans la région des Palmes.

Depuis 2011 la Fédération canadienne des municipalités (FCM) procure un soutien technique à la CMRP par le biais d’un programme de coopération municipale financé par Affaires mondiales Canada, réalisé en partenariat avec l’Union des municipalités du Québec (UMQ) et la Ville de Montréal.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour mieux comprendre le rôle et l’impact socio-politique de la CMRP, L’Express a interviewé Mme Yolène Jean Baptiste, présidente du Comité intercommunal des citoyens.nes de la région des Palmes, et M. Jean Maxau Pinchinat, maire de Grand-Goâve et président de la CMRP.

Depuis huit ans les quatre communes des Palmes collaborent ensemble pour encourager les citoyens à s’impliquer dans la gestion de leurs collectivités. Quelles en sont les retombées positives?

Yolène Jean Baptiste: «Depuis la création de notre Comité interrégional des citoyens et citoyennes en 2018, nous servons d’interface entre les mairies et les communautés. On participe aux réunions avec les autorités locales, par exemple les séances de reddition des comptes. Du jamais vu au pays!»

«Notre rôle nous permet de rehausser et maintenir la participation citoyenne active dans la gouvernance de nos communautés.»

«D’autres communes veulent se joindre à notre initiative. Par exemple Carrefour (banlieue de Port-au-Prince) veut intégrer la CMRP. Un avantage à considérer pour la région, compte tenu des ressources de Carrefour qui possède de nombreux équipements de nettoyage. Un plus pour la protection de notre environnement.»

Yolène Jean Baptiste. (Photo: FCM)

Jean Maxau Pinchinat: «La CMRP vise à améliorer la livraison des services aux citoyens par les communes tout en les impliquant activement dans la gouvernance de leurs communautés. Entre autres par la mobilisation fiscale. Dans la commune de Grand-Goâve où je suis le maire, l’an dernier on a récolté 800 000 gourdes. Cette année notre objectif est d’amasser un million en continuant de progresser annuellement.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Nous voulons aussi miser sur les atouts économiques de notre région pour le développement durable des Palmes en collaboration avec les citoyens. Nous jouissons de la proximité de la mer (baie des Palmes) et d’une abondance de produits agricoles et de la pêche. Nos multiples zones de plages le long des côtes sont des attraits indéniables pour le tourisme local, national, et international.»

Le maire Jean Maxau Pinchinat. (Photo: FCM)

Quels sont les moyens dont vous disposez pour encourager les citoyens à défendre leurs intérêts auprès du gouvernement haïtien?

Yolène Jean Baptiste: «Nous avons bénéficié de nombreuses séances de formation en gestion de proximité en collaboration avec la FCM. La gestion de proximité vise l’engagement des citoyens dans la gouvernance de leurs communautés. Elle s’appuie sur deux concepts: la reddition des comptes et la transparence.»

«Plus de 400 citoyens ont participé à ces formations dédiées aux différentes associations de notre société civile. Par exemple nos leaders communautaires: les pasteurs, directeurs d’écoles, propriétaires des plages (acteurs économiques) de Gressier, aussi les groupes de femmes, les jeunes, la Croix-Rouge.»

«C’est une mobilisation sans précédent de la participation citoyenne. Avant, ces formations avec FCM, les autorités ne s’asseyaient pas avec la société civile. Aujourd’hui le dialogue se poursuit dans la culture haïtienne. Plus de 600 personnes ont assisté aux séances de reddition des comptes. C’est ce qui va amener le pays à changer – entre autres motiver les gens à payer les taxes.»

«C’est une première en Haïti, un exercice fondamental, où l’on assiste et participe à l’ouverture des citoyens vers les municipalités et vice-versa.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Jean Maxau Pinchinat: «Grâce à la collaboration avec la FCM, nous avons pu sensibiliser les citoyens face à l’importance de la fiscalité au bénéfice de tous. La création des comités de citoyens qui représentent les divers secteurs de notre société civile, nous a permis de renforcer la capacité de la participation citoyenne»

«Notre collaboration avec la FCM a rendu possible de former les citoyens en matière de gouvernance locale, leur faire comprendre l’importance de la mobilisation fiscale et de l’implication sociale dans la prise des décisions concernant le progrès de nos communautés.»

Les quatre communes formant la CMRP.

La CMRP se penche aussi sur une stratégie d’implication des femmes en matière de gouvernance municipale et territoriale. Quelles sont les opportunités de participation citoyenne pour les femmes de votre région?

Yolène Jean Baptiste: «Nous avons créé le Collectif des associations des femmes de la région des Palmes. Les femmes ont participé aux formations en gestion de proximité. Nous voulons encourager les femmes à participer à la vie politique, à s’impliquer activement comme citoyenne, à œuvrer comme entrepreneures à part entière dans le milieu de travail haïtien.»

«Peu de femmes sont présentes sur les scènes économiques et politiques. Elles sont trop souvent reléguées aux tâches familiales et dépendantes financièrement. Le 8 mars dernier, nous avons organisé une marche à Petit-Goâve, pour dire non à la violence faite aux femmes et les impliquer dans la participation citoyenne.»

Jean Maxau Pinchinat: «Les femmes sont le pivot de la famille, mais elles sont aussi très présentes dans nos activités liées à la production, la transformation et la commercialisation de nos produits locaux. Nous visons l’égalité entre hommes et femmes, en donnant aux femmes le pouvoir d’agir.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Nous invitons les femmes à s’impliquer dans la CMRP, à prendre part aux séances de formations, de reddition des comptes, aux réunions et prises de décisions concernant l’évolution de nos communautés. Plusieurs groupes de femmes ont été créés dans ce but, incluant des élues et des citoyennes.»

Formation en Gestion de proximité le 22 septembre 2018 à Petit-Goâve. (Photo Claire Binet)

À votre avis, en quoi le rôle de la CMRP permet de croire dans la relève d’Haïti?

Yolène Jean Baptiste: «Dorénavant les autorités s’assoient avec les citoyens pour discuter de ce qu’on doit faire et comment le faire pour le progrès de nos communautés. On prend en mains notre destin solidairement et démocratiquement.»

Jean Maxau Pinchinat: «La CMRP est devenue un modèle de gouvernance locale à suivre dans le pays. Nous innovons en proposant une gestion collective axée sur le partage de l’utilisation de nos ressources environnementales, humaines et matérielles, pour le bien-être commun.»


Ces entrevues réalisées à distance par L’Express ont été rendues possibles grâce à l’appui de la Fédération canadienne des municipalités (FCM).

La FCM poursuivra sa mission de coopération municipale dans la région des Palmes jusqu’en octobre 2019. Les prochains événements clés incluent un accompagnement des comités de citoyens, des formations aux femmes élues en collaboration avec l’UMQ, le Ministère de l’Intérieur et des Collectivités territoriales et les fédérations haïtiennes d’élus.es locaux.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur