La francophonie en photos à La Passerelle

Ateliers gratuits pour les jeunes

Jenny Ho pose à côté de sa photographie "La mare aux canards"
Partagez
Tweetez
Envoyez

Vendredi dernier se tenait l’exposition du concours L’Ontario français en couleurs, aux locaux de La Passerelle I.D.É., au 2 rue Carlton, qui présentait les photographies des lauréats.

Lancé en octobre dernier, le concours était ouvert aux jeunes étudiants francophones du grand Toronto, qui se sont vus offrir des ateliers de photographies par l’organisme d’intégration des immigrants francophones.

«C’est pas toujours évident pour les jeunes de participer à de telles activités extra-scolaires, souvent onéreuses», indique à L’Express Camille Morand, responsable de projet à La Passerelle I.D.É.

Les jeunes âgés de 15 à 18 ans ont ainsi pu participer à des ateliers sur le «Light Painting», une technique de photographie qui consiste à étendre le temps d’exposition de l’appareil afin de pouvoir «peindre en lumière», pour un rendu artistique.

A droite, une photo prise lors d'un atelier de Light Painting
À droite, une photo prise lors d’un atelier de Light Painting

«Un atelier consistait à alerter les jeunes sur les médias sociaux, et sur les affichages qu’on peut ou non y faire, notamment en terme de photographie, et les dangers que ça peut entraîner», ajoute la jeune femme.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Au total, l’organisme a retenu les photographies d’une dizaine de jeunes, prises pendant ou en dehors des ateliers, et censées être en lien avec la francophonie.

«On a sélectionné les photos de l’exposition selon leur qualité, mais aussi ce qu’elles représentaient pour l’élève. Leur explications nous ont parfois surprises, le lien avec la francophonie n’étant pas toujours évident», explique Camille Morand.

Exposition La francophonie en couleurs aux locaux de La Passerelle I.D.E
Exposition La francophonie en couleurs aux locaux de La Passerelle I.D.É.

L’une des photographes en herbe, présente lors de la soirée, a réalisé une capture d’une mare aux canards, à moitié éclairée par un ciel bleu et ombragée par un immeuble et des arbres.

«Ces ateliers m’ont permis d’apprendre beaucoup de nouvelles choses sur la francophonie et l’Ontario», indique la jeune fille, Jenny Ho, originaire de Montréal. «Ça m’a poussée à prendre plus de photos, et ça a éveillé mon intérêt pour la nature et les couleurs, les contrastes, comme on le voit sur la photo que j’ai prise.»

«J’ai appris des techniques dont je n’avais jamais entendu parlé comme la loi du tiers.» Cela consiste à ne pas placer le sujet de la photographie au centre de l’image, mais au premier ou dernier tiers. C’est ce qu’a fait Jenny avec ses canards, capturés à l’aide de son téléphone portable.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur