La collection virtuelle de l’Ontario français prend forme

Partagez
Tweetez
Envoyez

Depuis le début de cette année du 400e anniversaire de l’arrivée de Samuel de Champlain en Huronie, l’Association des musées de l’Ontario participe aux divers événements célébrant ces origines de la francophonie ontarienne pour y mousser deux projets d’envergure: une récolte de photos-témoignages sur les médias sociaux et une collection virtuelle d’images d’artefacts sur notre histoire, provenant d’une cinquantaine de petits et grands musées à travers la province.

Dans le site bilingue mon400.com créé par l’AMO, l’onglet #mON400 donne accès à une foule de photos de gens participants à diverses activités du 400e, dont plusieurs dans des kiosques de l’AMO montés lors de ces événements, et affichées sur Twitter, Facebook et Instagram.

«Nous nous sommes servis d’un nouveau logiciel utilisé par le Musée Royal de l’Ontario pour glaner des partages sur les médias sociaux», explique la directrice générale de l’AMO, Marie Lalonde, en entrevue à L’Express. «Tout est donc automatisé.»

Artefacts et personnages

C’est toutefois la collection virtuelle d’artefacts historiques qui est appelée à devenir un leg important pour la francophonie et pour tous les Ontariens qui s’intéressent à l’histoire.

Comportant présentement près de 150 images présentées dans un ordre aléatoire, avec, pour chacune, une très brève description mentionnant notamment la provenance de l’artefact (un musée, une association ou une collection privée), la collection virtuelle s’enrichira au cours des prochains mois de fiches d’information bilingues racontant plus en détail l’histoire du personnage, de la scène ou de l’objet.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Et d’autres photos continuent de s’ajouter à la collection, à mesure que les musées et les sociétés historiques sont sensibilisés à son existence.

Éventuellement, le contenu des fiches descriptives sera associé au moteur de recherche du site et un index permettra peut-être de s’y retrouver.

Selon Marie Lalonde, «on ne voulait pas présenter quelque chose de linéaire pour faire plus ludique», mais à mesure que la collection s’accroîtra, ça deviendra problématique que les photos ne soient pas classées par thèmes ou chronologiquement, bien que déjà plusieurs photos associées à un même personnage ou événement historique sont regroupées au même endroit (ayant sans doute été reçues et téléchargées ensemble).

«Il est intéressant et émouvant», résume Marie Lalonde, «de constater que cette collection dépasse déjà la visite de Champlain et couvre toute l’histoire en marche de l’Ontario français.»

En parcourant la collection, on découvre d’ailleurs une foule de Franco-Ontariens plus grands que nature: du légendaire bûcheron Joe Montferrand à l’environnementaliste torontois Charles Sauriol, qui a oeuvré à la protection de la vallée de la rivière Don, en passant par le pilote d’avion Roméo Vachon et la prospectrice Diane Loranger, tous deux associés à la ruée vers l’or de Red Lake.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Plusieurs clichés immortalisant des scènes de vie quotidienne dans les années 1920 ont été prises par Raoul Guibord, que Marie Lalonde n’hésite pas à qualifier de «Robert Doisneau du Nord de l’Ontario»…

Saint-Firmin Monestine

On trouve aussi une affiche électorale de Saint-Firmin Monestine, un médecin haïtien immigré au Québec qui, de passage à Mattawa, a décidé de s’y établir et en est devenu maire en 1964 – le premier maire noir de l’histoire du Canada!

Monestime épousa une immigrante russe, Zena Petschersky, avec qui il a fondé une maison de retraite pour les Algonquins de la région. Leur fille Vala Monestime Belter continue de diriger cet hospice aujourd’hui.

Lors des funérailles du docteur Monestime, le service religieux fut mené par des représentants de l’Église catholique, de l’Église unie et de l’Église anglicane. Des politiciens de tous les niveaux, des membres de la profession médicale et l’ambassadeur d’Haïti s’y sont rendus pour reconnaître la contribution de Saint-Firmin Monestine à la qualité de vie dans le Nouvel-Ontario.

Ces informations viennent du musée de Mattawa et se retrouveront éventuellement dans la fiche accompagnant la photo de l’affiche électorale et d’autres photos de Monestine dans la collection virtuelle de l’AMO.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le site mon400.com comporte aussi une douzaine de «blogues», des témoignages vidéo de plusieurs personnalités franco-ontariennes sur leur amour des musées: de la ministre Madeleine Meilleur au directeur du TfT, Guy Mignault, en passant par le principal de Glendon, Donald Ipperciel, et le comédien Nicolas Van Burek.

On y trouve aussi un lien vers le calendrier des musées de l’Ontario.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur