La Caisse vise «l’économie réelle» et le long terme

Partagez
Tweetez
Envoyez

Au Canadian Club de Toronto, mercredi passé, Michael Sabia, le président-directeur général de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ), a présenté les biens fondés par les millions de salariés, retraités et investisseurs du second fonds de pension en importance au Canada.

En exposant certains placements clés du groupe québécois aux décideurs financiers et investisseurs présents à ce déjeuner d’affaires, il souligne sa volonté de démarquer sa politique des investissements spéculatifs.

Le dirigeant de la CDPQ connaît les raisons de sa nomination à la tête du groupe en 2009 en plein coeur de la dernière crise financière. En déclarant «les marchés sont dominés par des investisseurs focalisés par les résultats trimestriels», Michael Sabia dénonce les approches «court-termistes» et signifie qu’elles nuisent aux développements économiques.

Il explique que les décideurs sur des marchés volatils ne peuvent pas  déterminer leurs stratégies sur les seuls «ajustements de taux d’intérêt» de banques centrales.

«Nous sommes des bâtisseurs et non des marchands», proclame Michael Sabia. La Caisse veut en finir avec les produits dérivés et autres titres boursiers sans adossement à des actifs réels. Son chef affirme accorder sa confiance aux dirigeants d’entreprises mondiales de «première qualité» en ayant réorienté stratégiquement 50 milliards $ de cette réserve publique.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Les entrepreneurs ont une profonde compréhension des actifs dans lesquels ils investissent», signale le patron de la Caisse, précisant que le portefeuille de titres du groupe comprend désormais au Canada les entreprises Couche Tard,  Canadian National ou Manulife.

Michael Sabia s’est dit intéressé à bâtir des économies durables dans des régions du globe où le risque est modéré en accompagnant de grands projets d’infrastructures. Il évalue le besoin en investissements des grandes villes entre 4 000 et 5 000 milliards $. Port maritime de Brisbane en Australie, Aéroport d’Heathrow à Londres au Royaume-Uni et Keolis du groupe ferroviaire français SNCF (5e au monde dans les transports publics) figurent parmi les derniers placements réalisés par l’institution financière basée à Montréal et il rappelle que les infrastructures sont «par définition des investissements sur le long terme».

Ivanhoe Cambridge Inc, la branche immobilière de la Caisse de dépôt et placement du Québec aux actifs de 40 milliards $, a particulièrement investi ces derniers temps les marchés américains en faisant l’acquisition d’immeubles à Seattle, dans la Silicon Valley et dans Manhattan à New York.

En spécifiant que les retours sur investissements immobiliers de 6 à 7% sont plus performants que les 2 à 3% d’intérêts fixes, Michael Sabia ne laisse pas être en reste le marché immobilier canadien. Leurs dernières propriétés se situent: Place Ville-Marie à Montréal, 8e Avenue à Calgary. À Toronto, la CDPQ a rejoint Metrolinx en achetant un immeuble de bureaux au 45 Bay Street pour «explorer les nouvelles architectures» de la Ville Reine.

Michael Sabia dit souhaiter accélérer ses investissements dans les infrastructures torontoises. La Caisse en détiendrait déjà pour 10 milliards $.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur