La «cabane» de Sugar Beach: longue attente pour un petit morceau de sucre

Partagez
Tweetez
Envoyez

La première «vraie cabane à sucre canadienne-française» créée à Sugar Beach par les gestionnaires du secteur riverain de Toronto, samedi et dimanche, a attiré beaucoup, beaucoup de monde.

C’était formidable pour les artistes de chez nous qui se sont succédé sur la scène principale, mais moins heureux pour les gens qui étaient venus goûter à la tire d’érable sur la neige et qui devaient faire la queue pendant parfois plus d’une heure pour atteindre l’unique «cabane», ou l’unique comptoir de vente de produits, ou les deux seuls camions de tourtière et de poutine.

Le stationnement (12$) s’est rempli très rapidement dès le début des activités. Les milliers d’hommes, femmes et enfants qui sont passés par là en ont aussi profité pour déambuler sur le bord de l’eau ou s’installer un moment sous les parasols roses.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

L’événement offrait des démonstrations d’emploi du sirop d’érable en cuisine et des démonstrations de sculptures sur glace. La programmation musicale comprenait des valeurs sûres comme Stef Paquette, Amélie et les Singes Bleus, Cindy Doire et Mélanie Brulée.

Le «parc Sugar Beach du Canada» fait partie du quartier en développement East Bayfront et sera le lieu d’un festival d’hiver annuel à venir.

La cabane à sucre de Waterfront Toronto (avec le ministère québécois du Tourisme) servait donc à créer des habitudes de visite de l’endroit, près duquel on trouve le restaurant Against The Grain dans l’édifice de Corus, ainsi qu’un campus du Collège George Brown. Vers l’Est, on accède au parc Sherbourne Common et sa patinoire et, en continuant, au quartier de boutiques, galeries et restaurants de la Distillerie. À l’ouest, on trouve la galerie Power Plant et le Centre Harbourfront.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur