Jeux PanAm 2015: des opportunités d’affaires pour les entrepreneurs locaux

Partagez
Tweetez
Envoyez

Les entrepreneurs francophones peuvent tirer profit des futurs Jeux Panaméricains de 2015 qui seront organisés à Toronto. C’est en tout cas ce que le comité organisateur a tenu à leur dire mercredi soir dernier. Différents marchés totalisant près de 250 millions de $ seront accessibles aux francophones dans les domaines de la construction, des services, de la technologie ou encore de la restauration.

Dans les locaux de Heenan Blaikie, au 333 rue Bay, le comité organisateur de Toronto2015, en partenariat avec le RDÉE, le Club canadien et le Bureau du Québec à Toronto, avait invité les entrepreneurs francophones à venir prendre note des possibilités d’affaires offertes par les Jeux panaméricains.

Mais l’événement a aussi convaincu une vingtaine d’entreprises québécoises de faire le déplacement. Comme le précisait Bill Zakarow, directeur des acquisitions de Toronto2015, le comité organisateur favorise les entrepreneurs de l’Ontario puis du Canada et ensuite du reste du monde.

10 000 athlètes et entraîneurs

L’activité de présentation des opportunités et de réseautage a permis à la centaine de personnes présentes de mieux comprendre l’ampleur des Jeux PanAm. 10 000 athlètes et entraîneurs de 41 pays poseront leurs valises à Toronto. Cela sera autant de bouches à nourrir, à loger et à servir.

Si la majorité des dépenses auront lieu de 2014-2015, Toronto2015 commence d’ores et déjà à rechercher ses partenaires privilégiés et invite les entreprises à s’enregistrer sur le site de l’organisme, qui utilisera cette banque de données en priorité au moment d’octroyer des contrats.

Trois types de contrats

Les contrats seront divisés en trois catégories (- 10 000 $ / 10 000 à 100 000 $ / et + 100 000 $) avec chacune des conditions spécifiques de soumission. Travailler avec des entreprises représentant des minorités visibles (autochtone, femmes, minorité visible ou communauté LGBTQ) est un objectif de Toronto 2015.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

D’un autre côté, les francophones n’auront pas un avantage spécifique par rapport aux entreprises anglophones. «On a le mandat d’engager les communautés de langues officielles en situation minoritaire au niveau culturel, mais aussi des affaires et de la communauté. On voulait s’assurer que la francophonie soit au courant des opportunités d’affaires», indiquait Louise Gauvreau, gestionnaire principale aux langues officielles au comité organisateur de Toronto2015. «C’est une opération de relations publiques et une centaine de personnes se sont déplacées. On est dans nos espérances», poursuit-elle.

Créer des synergies

La présentation faite par Louise Gauvreau et Bill Zakarow a aussi mis en avant la volonté de création de synergies entre les différents entrepreneurs du Comité organisateur de Toronto2015.

Les travaux de la gare Union, la liaison directe vers l’aéroport Pearson… le comité souhaite que les Jeux PanAm laissent un legs à la ville de Toronto, mais aussi à différents acteurs, culturels, communautaires et bien sûr sportifs.

On a pu croiser au Salon des fournisseurs des représentants du Labo d’Art, de l’Association des musées de l’Ontario, de nombreux artistes francophones dont Bernard Dionne, plusieurs organismes communautaires comme La Passerelle I.D.É ou encore des représentants d’organismes favorisant le bilinguisme et finalement des entreprises de restauration comme Crêpes à GoGo.

Après la présentation, l’espoir était de mise de participer activement à l’organisation des Jeux, mais de nombreuses questions restaient tout de même en suspens. Toutefois Bill Zakarow et Louise Gauvreau on bien précisé qu’il restait encore pas mal de temps pour les entrepreneurs ou organismes francophones pour prendre contact avec le Comité organisateur et tisser des liens plus solides.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur