Jeunes et vieux (et entre les deux) pour une université franco-ontarienne

Patrick Brown et Gila Martow au Grand Rassemblement 2015.

27 octobre 2015 à 10h35

Une floppée de mémoires et de déclarations en faveur de la création d’une université franco-ontarienne circulaient en prévision de l’adoption, au Grand Rassemblement de la francophonie ontarienne à Toronto samedi, d’un Plan stratégique communautaire qui était certain d’y inclure cette revendication.

Même le nouveau chef du Parti progressiste-conservateur de l’Ontario, Patrick Brown, accompagné de sa critique aux Affaires francophones Gila Martow (Thornhill), est venu redire son appui à l’université franco-ontarienne à la tribune du Grand Rassemblement, vendredi midi, lors d’un événement auquel participait également la libérale Marie-France Lalonde (Ottawa-Orléans), adjointe parlementaire de la ministre Madeleine Meilleur, et le député néo-démocrate Taras Natyshak (Essex), qui ont abondé dans le même sens.

Patrick Brown, qui est député de Simcoe Nord comprenant notamment la ville de Penetanguishene où a accosté l’exlorateur Samuel de Champlain en 1615, s’est dit heureux d’avoir participé cet été à Penetanguishene aux reconstitutions historiques et commémorations du 400e anniversaire de la présence francophone en Ontario.

La semaine dernière, la Fédération des aînés et des retraités francophones de l’Ontario (FARFO) a souligné son appui à la création d’une nouvelle université de langue française à Toronto, estimant que «la gouvernance des institutions postsecondaires est essentielle pour assurer la pérennité de la communauté franco-ontarienne».

Selon la présidente Élizabeth Allard, «la création d’un volet Université des Aînés à cette université de langue française serait un atout pertinent vu le vieillissement de la population». Un tel volet permettrait de suivre une formation et d’assister à des cours ou conférences tout au long de la vie, sans limite d’âge ni condition d’entrée.

On sait qu’en février dernier, suite à plusieurs mois de consultation menant à des «États généraux» sur la question, l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (organisatrice du Grand Rassemblement annuel), le Regroupement étudiant franco-ontarien (RÉFO) et de la Fédération de la jeunesse franco-ontarienne (FESFO) en ont fait la demande officielle à Queen’s Park.

La FESFO dévoilait d’ailleurs la semaine dernière «les souhaits de la jeunesse pour l’avenir de la communauté franco-ontarienne» dans un mémoire recommandant notamment une université gérée «par et pour» les Franco-Ontariens.

La FESFO propose aussi de créer des «proximités socialisantes» pour les francophones: «des espaces récréatifs en français, plus d’occasions pour apprécier du cinéma, du théâtre et de la musique en français, ainsi qu’un meilleur accès à du contenu médiatique francophone et franco-ontarien».

Enfin, les jeunes souhaitent voir d’ici 2025 «la mise en place de politiques de reconnaissance de la communauté franco-ontarienne par l’État, telles que la désignation d’Ottawa comme ville bilingue, la désignation de la province de l’Ontario comme étant officiellement bilingue, l’augmentation de l’affichage bilingue dans le paysage linguistique de l’Ontario et une augmentation de l’offre active des services en français».

* * *
À lire aussi dans L’Express:
Cap sur l’Ontario bilingue en 2025
«Le français est une arme de développement massif»
Trois grandes Franco-Ontariennes récompensées

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Autochtones et langues officielles

La Charte canadienne des droits et libertés rédigée dans une langue autochtone. (Photo: Radio-Canada)
Des juristes se demandent quelle forme doit prendre l'éventuelle loi fédérale sur les langues autochtones.
En lire plus...

25 septembre 2017 à 12h56

Du changement pour Line Boily et Jean-François Poudrier

Jean-François Poudrier animera le Téléjournal Ontario les fins de semaine.
Radio-Canada à Toronto
En lire plus...

25 septembre 2017 à 12h55

Richard Bona: de la visite rare à St. Catharines

Le bassiste et chanteur de jazz Richard Bona.
Du Cameroon aux USA... grâce à la bureaucratie française
En lire plus...

25 septembre 2017 à 12h54

Patricia Cano lance son nouvel album au Lula Lounge

La chanteuse et comédienne Patricia Cano, née à Sudbury de parents péruviens.
Madre Amiga Hermana
En lire plus...

25 septembre 2017 à 12h53

Des chansons qui resteront à jamais

Beau Dommage: Michel Rivard, Réal Desrosiers, Marie-Michèle Desrosiers, Pierre Huet, Robert Léger, Michel Hinton. Pierre Bertrand était absent. (Photo: Tom Sandler)
Le Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens intronisait samedi soir quatre auteurs-compositeurs canadiens monumentaux, Beau Dommage, Bruce Cockburn, Neil Young et Stéphane Venne, au...
En lire plus...

25 septembre 2017 à 12h52

Rêver entre ciel et mer à Samana

samana
République Dominicaine
En lire plus...

25 septembre 2017 à 12h43

Man Ray, l’un des artistes les plus originaux du 20e siècle

Man Ray, éditions Taschen, 2017, broché, couverture souple, 21x27,5 cm, 252 pages. La première de couverture reproduit la photographie Érotique voilée, 1933, et la quatrième Le Baiser, 1935.
Peintre et photographe de corps et d'objets inhabituels
En lire plus...

25 septembre 2017 à 12h42

Daniel Poliquin recevra le Prix France-Acadie

Daniel Poliquin
Après avoir fait relâche en 2016 pour redéfinir les auteurs et titres admissibles, le Prix France-Acadie revient en force et annonce que lauréat 2017,...
En lire plus...

25 septembre 2017 à 12h40

Un polar où la vérité est infréquentable

Franz Bartelt, Hôtel du Grand Cerf, roman, Paris, Éditions du Seuil, coll. Cadre noir, 2017, 352 pages, 39,95 $.
Crapuleries et coucheries dans un village belge
En lire plus...

25 septembre 2017 à 12h34

Quiz : Les champignons

champignons
Les mots eucaryotes, thallophytes et eumycètes vous sont probablement inconnus. Ils réfèrent tous aux… champignons.
En lire plus...

25 septembre 2017 à 12h29

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur