Jean Malavoy ne dirigera pas le Salon du livre: «Un commun accord»

Partagez
Tweetez
Envoyez

Alors que tout indiquait que Jean Malavoy allait occuper seul la direction du Salon du livre de Toronto, après un semestre passé à travailler conjointement avec Paul Savoie, un communiqué annonçait il y a deux semaines son départ prématuré pour raisons personnelles et le retour de Paul Savoie en tant que DG.

«Ça s’est fait d’un commun accord. On discutait depuis un moment et s’était mieux de s’arrêter là, avant d’avoir commencé à rentrer dans le vif du sujet», explique Valéry Vlad, le président du C.A.

«La direction bicéphale avec Paul Savoir devait prendre fin le 13 mars. On n’avait pas de contrat qui courrait après ça. Paul Savoie va reprendre la direction générale le temps qu’on trouve quelquy’un d’autre.»

Quand le Salon du livre a ouvert le poste l’an passé, de nombreuses «candidatures sérieuses» sont arrivées sur le bureau du C.A. «Mais il y avait la candidature de Jean Malavoy, que tout le monde connaît. C’était une candidature piège. Il fallait le prendre lui. C’était un choix qui s’imposait, son CV s’imposait», explique Valéry Vlad.

Après cette expérience infructueuse, le C.A. va prendre son temps de trouver un autre DG. «Avec la présence de Jean Malavoy, on commençait à s’imaginer le Salon dans quelques années», dit le président du C.A.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Les candidats non retenus la première fois réitéreront certainement leur offre et comme le soulignait M. Vlad, «il y avait beaucoup de candidats sérieux».

Déçu mais contents de ne pas trop avoir avancé avant que ça s’arrête brusquement, le C.A. du Salon du livre rouvrira bientôt le poste de directeur du Salon du livre de Toronto.

Jean Malavoy vit à Jakarta pour le moment, sa conjointe travaillant pour l’Agence canadienne de développement international, et ne sait pas de quoi serait fait son futur. Il risque de devoir déménager encore à l’avenir.

«À bien y penser, il était impossible de diriger le Salon du livre de Toronto d’Ottawa. J’ai toujours été un fidèle partisan du Salon et cela depuis le début. Je le serai encore mais différemment, notre Francophonie étant un petit monde où nous sommes tous un peu cousins. À mon retour au Canada, je prendrai un poste à Ottawa», écrit-il par courriel.

Le Salon du livre de Toronto peut compter sur Paul Savoie pour tenir les rênes encore un peu mais ce n’est pas un secret que l’auteur aimerait vraiment passer le flambeau.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur