Incursion danoise à la Toronto French School

Partagez
Tweetez
Envoyez

Ce début du mois a été enrichissant pour la Toronto French School (TFS) qui, en plus des élèves du Collège Saint Erembert de Saint-Germain-en-Laye (France), a accueilli un groupe d’enseignants et d’élèves originaires du Royaume du Danemark.

Si les relations avec la France font partie d’une tradition établie, le séjour des Danois est une première. C’est lors d’un récent séjour de M. Bent Gangelhof, directeur de l’école secondaire danoise Nyborg Friskole, située à une quarantaine de minutes de voiture de la capitale danoise, Copenhague, que tout a commencé.

Visitant les écoles de Toronto, M. Gangelhof a eu l’occasion d’apprécier la Toronto French School. Son école avait un partenariat d’échanges avec une école publique de Caroline du Nord.

Les objectifs de l’école Nyborg Friskole sont, entre autres, «de faire acquérir les connaissances, les compétences, les qualifications, les méthodes de travail et le mode d’expression, ce qui contribue à l’épanouissement personnel des élèves polyvalents, de les familiariser avec la culture danoise, de contribuer à leur compréhension des autres cultures et de l’interaction de l’homme avec la nature».

Le voyage de cette année aux États-Unis ayant été annulé à la dernière minute, M. Gangelhof avait discuté avec Mme Judith Gorry, directrice-adjointe à la TFS, de la possibilité de réorienter les vingt-trois élèves et trois adultes vers Toronto. Les parents d’élèves de la TFS, approchés, ont gracieusement accepté d’héberger le groupe. Mme Gorry aura été sans doute l’architecte du succès de ce séjour.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Séjour académique

Les jeunes Danois ont passé une partie de leur matinée du lundi 7 avril dans les classes, notamment de chimie, de biologie, d’art, d’économie, de mathématiques et d’anglais.

Incontestablement, c’est l’intermède du laboratoire de langues qui a marqué le plus les hôtes de la TFS. Ce laboratoire est nouvellement équipé d’une technologie de pointe et les visiteurs de M. Guillermo Goo, responsable du centre, disent avoir été impressionnés par la qualité multifonctionnelle des équipements, un véritable atout pour l’apprentissage.

Une activité de simulation d’apprentissage de la langue française a été organisée pour les élèves qui ont hautement apprécié l’exercice.

Un jeu avait, pour la circonstance, été créé pour faire découvrir le Canada à travers sa géographie, ses provinces et ses diverses originalités.

Tourisme

Les responsables de Toronto French School et les parents ont tout mis en œuvre pour rendre ce séjour agréable.
Les deux premiers jours ont été consacrés à la visite de la Ville-Reine, avec l’arrêt obligatoire à la Tour CN, puis l’incontournable virée aux chutes Niagara.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

La troisième journée, les élèves et leurs accompagnateurs ont visité le Musée Royal de l’Ontario et la Galérie des Arts de l’Ontario.

Le clou de cette journée aura été certainement la soirée au Centre Air Canada où les Danois ont pu assister à la rencontre de ballon-panier opposant les Raptors de Toronto aux Pacers d’Indiana!

Enfin, les hôtes la TFS ont été éblouis par leur visite à l’une des grandes merveilles de Toronto, le Centre des Sciences. «Extraordinaire!», s’est exclamé l’un des enseignants!

Une expérience à poursuivre

Les jeunes Danois ont découvert la diversité ethnique et linguistique qui se reflète très bien à la TFS, tant chez les élèves que dans le corps enseignant. C’est l’image de la mondialisation, a fait remarquer un élève danois.

Ils ont passé une semaine avec leurs collègues canadiens, vécu dans des familles d’accueil, rencontré probablement les amis de leurs hôtes. Ce sont des choses qui, au-delà la formule «le voyage forme la jeunesse» auront un effet durable : des relations ont été tissées et, à l’ère des courriels, des Facebook et autres Twitter, nul ne doutera qu’elles se poursuivront au quotidien.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Une mère torontoise disait, à propos du jeune homme hébergé par sa famille, avoir fait la connaissance d’un jeune homme merveilleux, très mûr, intéressant et engageant. «Nous avons appris un peu plus sur une autre partie du monde et je pense que mes enfants en ont fait un ami pour la vie», a-t-elle conclu.

La TFS au Danemark l’année prochaine? Pourquoi pas?

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur