Extension de l’Alliance française de Toronto

Un bâtiment plutôt qu'un stationnement!

Partagez
Tweetez
Envoyez

Si tout se passe pour le mieux du monde, la première pierre du futur bâtiment de l’Alliance française de Toronto devrait être posée en 2011. L’édifice actuel ne sera pas touché dans le but de protéger le patrimoine de l’Annexe.

L’AFT, institut spécialisé dans l’enseignement du français comme langue seconde se devait de réagir pour rester compétitif sur le marché.

«Le bâtiment est arrivé à saturation, on loue des salles le soir et le samedi pour pouvoir donner nos cours. Les salles ne répondent plus aux critères de qualité», explique Jean-Claude Duthion, directeur de l’AFT.

Le crédit sur l’édifice actuel ayant été remboursé l’an passé, l’AFT est en mesure de réinvestir.

L’emprunt courait depuis 1986 et le remboursement intégral offre à l’AFT la possibilité de se lancer dans l’acquisition d’un nouveau bâtiment par le service d’emprunt sur hypothèque.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le projet s’est vraiment concrétisé, l’an dernier nous dévoile Jean-Claude Duthion, dans son bureau, situé au dernier étage de l’ancien bâtiment.

«On a engagé un cabinet d’étude, c’était le premier engagement financier dans ce projet. Il y avait déjà eu l’idée d’agrandir l’AFT mais c’était resté à l’échelle de vision, avec un concours d’architecture au sein des étudiants de l’Université de Toronto», avance le directeur de l’AFT.

En juin 2009 le conseil d’administration, présidé par James Doak a voté la décision de procéder à un appel à concourir pour s’attacher les services d’un cabinet d’architectes. «On les a choisis en novembre dernier, il s’agit de la firme Hariri Pontarini», dévoile Jean-Claude Duthion.

Cette compagnie est connue pour avoir réalisé plusieurs édifices dont l’édifice McKinsey & Company sur la rue Charles et le Département d’économie de l’Université de Toronto sur la rue Saint-Georges qui est une construction très similaire à ce que l’AFT veut bâtir, c’est-à-dire un édifice contemporain accolé à l’ancien et bien intégré dans le paysage.

La direction de l’Alliance française de Toronto doit maintenant entreprendre toutes les démarches administratives auprès de la ville, des différents comités de riverains de l’Annexe. Elle est aidée dans ces papiers par un cabinet d’experts-conseils.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le vote du budget pour ces démarches et l’élaboration des plans d’architectures est prévu pour avril.

Dans ces nouveaux locaux, l’AFT compte installer des salles de cours nouvelle génération avec «smartboards», banque de données accessible à partir de chaque salle, mais aussi une sorte de salle polyvalente pour organiser ses activités culturelles.

Le gros événement sera le lancement d’un bistrot francophone, chose qui n’existe pas à Toronto. Même si plusieurs associations en parlent régulièrement, comme l’ACFO-
Toronto, rien n’a jusqu’alors abouti.

Ce bistrot, qui serait ouvert toute la journée plus le soir lors des activités culturelles, pourrait faire un grand bien à la communauté francophone qui attend toujours sa maison de la francophonie…

Jean-Claude Duthion rappelle que «l’Alliance française ne demande pas mieux que d’être un lieu d’accueil pour d’autres associations», comme elle l’a fait avec la Société d’Histoire de Toronto et Oasis Centre des femmes.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

La réputation de l’agenda culturel de l’AFT grandit de jour en jour et avec près de 10 événements par an est capable d’attirer plus de 100 personnes, le nouveau bâtiment est essentiel à l’expansion et au rayonnement de l’AFT dans Toronto.

Quant aux cours, les profs ne chôment pas et ont donné 260 000 heures de cours en 2009, auprès de 6000 étudiants.
Manque un bistrot pour se requinquer! Vivement 2011!

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur