Exportations: quand ça va aux États-Unis, ça va en Ontario

Partagez
Tweetez
Envoyez

Le retour des États-Unis, le plus gros client de l’Ontario (78%), loin devant le Royaume-Uni (6%), Hong Kong (2%), la Chine (1%) et le Mexique (1%), pousse en avant l’économie de la province.

Le chiffre d’affaires à l’exportation de 164 milliards $ s’accroîtrait de 7% en 2014 et de 10% en 2015; un «bol d’air frais» pour les industriels et les 18 000 exportateurs ontariens.

La reprise économique américaine, couplée à la baisse du dollar canadien (à cause de la baisse du prix du pétrole), sont les deux facteurs de cette croissance: + 3,5% des exportations ce troisième trimestre.

Peter Hall, économiste en chef de l’agence Exportation et développement Canada (EDC), prévoit que les ventes du secteur automobile et ses pièces détachées, qui composent 35% des exportations de l’Ontario, progresseront de 8%.

La profusion de crédits associés aux solutions de financement tire la demande en véhicules des consommateurs américains. La bonne santé de l’emploi et la réduction de l’endettement des ménages de nos voisins du Sud procurent un avantage prépondérant au secteur automobile de l’Ontario (92,5% de la production canadienne).

«Compte tenu des facteurs de compétitivité et des contraintes de capacité, le secteur continuera de faire belle figure», a expliqué M. Hall. Il précise que l’industrie devrait bénéficier de meilleurs investissements de production pour maintenir ce niveau de développement l’an prochain.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le constructeur Ford va investir 800 millions $ pour rénover son usine d’assemblage à Oakville. General Motors et Toyota investissent 250 et 100 millions $ respectivement dans leurs productions au Canada. Cependant, Chevy a décidé de transférer sa production du modèle Camaro de l’usine d’Oshawa vers le Michigan pour 2015.

Produites à 51,2% en Ontario, les machines industrielles canadiennes bénéficient du dynamisme des industries des États-Unis avec des ventes supérieures de 10% en 2014 et 17% en 2015.  

La hausse des cours des matières premières dans le monde «booste» la demande américaine en machines et équipements agricoles. La reconstruction de résidences immobilières aux États-Unis, elle, va profiter à la machinerie du bois et des métaux de la province.

L’impulsion des commandes américaines (+12%) stimule les 80% des exportations à destination des États-Unis de l’industrie chimique et plastique de l’Ontario. Les ventes de produits pétrochimiques connaissent une embellie en 2014, mais devraient être concurrencées par l’émergence de la production de gaz de schiste aux États-Unis dans les prochaines années.

Les industries métallurgiques et minières, deuxième ressource des exportations de l’Ontario (21,8%) voient relever leurs ventes export de 3 et 6% en 2014 et 2015 par les effets de la remontée américaine.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur