En marge de la campagne


30 septembre 2008 à 0h00

Au Canada, on dit «les élections» fédérales, et non «l’élection» au singulier comme pour une élection présidentielle, parce que dans notre système parlementaire, ce sont 308 élections, une dans chaque circonscription, qui sont organisées à travers le pays le 14 octobre.

C’est ainsi qu’on peut souhaiter la victoire nationale d’un parti ou de son chef, tout en votant localement pour le candidat d’un autre parti pour des raisons «stratégiques» ou simplement parce qu’on préfère cette personne comme député.

Le mot «national» n’a pas le même sens pour tout le monde, surtout depuis l’adoption en 2006 de la résolution reconnaissant que les Québécois forment une «nation», une idée de Michael Ignatieff, soumise au Parlement par Gilles Duceppe et amendée par Stephen Harper.

Pour les anglophones, c’est le Canada qui représente la nation: Ottawa est la capitale «nationale» et les institutions fédérales sont souvent appelées «nationales». Nos Forces armées dépendent du ministère de la «Défense nationale». En France, les écoles relèvent du ministère de «l’Éducation nationale», alors qu’elles sont de juridiction provinciale chez nous.

Pour les Québécois, l’Assemblée «nationale» est le parlement provincial, et la région de la capitale «nationale», c’est celle de Québec! Évidemment, en bon français et en droit international, le gouvernement «national» c’est celui du pays, pas de la province. C’est pour ça que Gilles Vigneault chante encore «Mon pays, ce n’est pas un pays»…

* * *

À Toronto, où la moitié de la population vient d’autres horizons, le NPD appuie l’idée d’accorder le droit de vote aux immigrants reçus qui ne sont pas encore citoyens canadiens. Le maire David Miller succombe lui aussi à cette tentation démagogique. La citoyenneté canadienne, déjà très (trop?) facile à obtenir après quelques années de résidence au pays, en serait appauvrie.

* * *

Les femmes ne sont pas tendres envers Stéphane Dion. «Plus faible que ça, il aurait besoin d’une transfusion», écrit Margaret Wente dans le Globe and Mail. Dans le Toronto Star, Chantal Hébert blâme Gerard Kennedy pour les malheurs du Parti libéral, car c’est lui qui a appuyé Stéphane Dion avant le troisième tour de scrutin du congrès au leadership en 2006, lui permettant de devancer Bob Rae et battre Michael Ignatieff au quatrième tour.

Au lieu de se retrouver avec un chef susceptible de stopper Harper au Québec et en Ontario, dit-elle, on a un leader sans appuis dans sa province natale et incompris au Canada anglais. Mais que dire des partisans de Bob Rae, plus nombreux que ceux de Kennedy, qui auraient pu se ranger derrière Ignatieff plutôt que Dion, si c’est uniquement un chef charismatique qu’on voulait?

Ignatieff avait deux problèmes majeurs en 2006: il ne s’était pas encore repenti d’avoir appuyé l’invasion américaine de l’Irak et il avait relancé le débat constitutionnel en proposant de reconnaître la «nation» québécoise, deux obstacles qui ont disparu aujourd’hui: Ignatieff s’est finalement excusé de son manque de jugement sur l’Irak et Harper a fait adopter la résolution sur la nation québécoise (purement symbolique, «vide», selon une pub du Bloc).

* * *

La culture, le talon d’Achille de Harper? titrait L’Express la semaine dernière. Réponse: non. Premièrement, des coupures de 45 millions $ dans quelques programmes, alors qu’une foule d’autres agences culturelles n’ont pas été touchées, il n’y a pas de quoi s’énerver.

Deuxièmement, de quoi se plaint le Bloc québécois? lui qui veut rapatrier tous les pouvoirs au Québec, d’abord et surtout en matière de culture! Les gouvernements provinciaux – de qui relève la culture, selon la Constitution – sont parfaitement capables de compenser tout manque à gagner qui résulterait de compressions fédérales aussi minimes. La publicité du NPD contre les «Conservatueurs» («tueurs de culture») va trop loin.

On dénonce aussi les velléités de «censure» des Conservateurs parce qu’ils souhaiteraient pouvoir refuser de subventionner ou même retirer des subventions à des productions artistiques qui ne respectent pas certaines valeurs. Mais faut-il vraiment subventionner n’importe quoi, la pornographie comme l’extrême violence? Quiconque demande du financement public doit s’attendre à devoir rendre des comptes aux responsables du trésor public, non?

* * *

Depuis quelques années, les sondages prétendent que l’environnement est l’une des principales préoccupations des Canadiens, ce qui justifierait le Tournant vert de Stéphane Dion ou l’attention portée au Parti vert. Fumisterie: dès que le coût de l’essence ou de l’électricité augmente, c’est la grogne.

Les préoccupations des électeurs évoluent mais tiennent toujours à leur niveau et à leur qualité de vie, mesurés par les temps d’attente dans les hôpitaux ou la valeur de l’enseignement dans les écoles publiques, la sécurité de leur quartier ou dans les avions, les taxes ou l’emploi, etc..

Bien sûr, 100% des Canadiens veulent de l’air pur, de l’eau propre et des aliments non-contaminés. C’est toujours une «priorité» pour tous les candidats.

Or, justement, de plus en plus d’industries deviennent «vertes»; un grand nombre de problèmes liés au développement, déjà moins graves qu’aux siècles où on chauffait au bois, sont en voie de se résorber; un jour nous roulerons en véhicule non-polluant et nos maisons auront des panneaux solaires sur le toit; même le spectre de la surpopulation s’évanouit, la prospérité favorisant une baisse de la natalité partout où elle s’installe.

Loin de s’autodétruire, l’humanité continue donc de progresser. La majorité des électeurs le savent ou le sentent. Les politiciens qui fondent leur programme sur la peur d’une catastrophe – climatique ou autre – ne font pas long feu.

* * *

Stéphane Dion – et d’autres – accusent souvent Stephen Harper d’être motivé par son «idéologie»… Parfois, on précise: «de droite»…
Entendons-nous d’abord qu’on utilise des étiquettes comme la droite et la gauche à tort et à travers, et qu’on devrait bannir ces deux termes du vocabulaire politique.

Pour ce qui est d’être motivé par une «idéologie», voilà qui serait plutôt rafraîchissant! Le programme des Conservateurs, comme celui des Libéraux et des autres partis, tente de paraître cohérent, c’est-à-dire de respecter certaines valeurs, qui ne sont pas les mêmes d’un parti à l’autre – c’est pour ça qu’on a des partis et des élections. On peut légitimement critiquer ces valeurs, mais tout de même pas le fait d’en avoir!

On peut aussi considérer que le programme conservateur n’est pas assez «idéologique», trop pragmatique, avec son mélange contradictoires de subventions ici et de coupures là, de réductions d’impôts et d’interventions pour ses clientèles-cibles. C’est plutôt le Tournant vert des Libéraux qui trahit une «idéologie»… et c’est très bien ainsi.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Le marathon, c’est dans nos gènes

coureurs
Des changements anatomiques ont sans doute permis à nos ancêtres de devenir de bons coureurs d’endurance: un avantage évolutif.
En lire plus...

18 septembre 2018 à 7h00

Balade à Toronto : Gémeaux pour la meilleure composante numérique

Balade à Toronto
Au récent gala des prix de la télévision francophones du pays, 6 émissions sur 150 provenaient de l'extérieur du Québec...
En lire plus...

17 septembre 2018 à 16h55

Le Toronto Wolfpack sort victorieux d’une rencontre historique

Toronto Wolfpack - Toulouse Olympique
Le Toronto Wolfpack a battu 13-12 le Toulouse Olympique lors d'une rencontre de rugby à treize historique ce samedi au stade Lamport.
En lire plus...

17 septembre 2018 à 15h00

La démocratie pour de vrai… ou presque!

PFJA
Deuxième édition du Parlement francophone des jeunes des Amériques
En lire plus...

17 septembre 2018 à 13h10

Une nouvelle saison pour Oasis sous les meilleurs auspices

AGA Oasis membres
Bilan annuel plutôt favorable et encourageant à l'assemblée générale d'Oasis Centre des femmes.
En lire plus...

17 septembre 2018 à 13h00

Vins jurassiens et plats gourmets au Notre Bistro

Le Notre Bistro
Une fois par mois, Le Notre Bistro organise une soirée dégustation de vin accompagnée de plats raffinés. Cette semaine, L'Express a eu la chance de...
En lire plus...

17 septembre 2018 à 11h00

Le scénariste d’une série culte en France s’installe à Toronto

Scènes de ménages
Yannick Hervieu, scénariste pour Scènes de ménages en France, s'est installé à Toronto depuis quelques semaines
En lire plus...

17 septembre 2018 à 11h00

À la découverte du village de Blue Mountain

Après les plages de Wasaga, L’express de Toronto vous emmène pour une Visites Express estivale au village de Blue Mountain.
En lire plus...

17 septembre 2018 à 10h00

C’est mon opinion : fromages et vin rouge ne font pas bon ménage

Vin et fromage
Pourquoi ne pas marier un vin blanc sec dont l’acidité tranchera le gras du fromage?
En lire plus...

17 septembre 2018 à 9h00

Connaissez-vous Rudolf Steiner ?

anthroposophie
Des fermiers travaillent en biodynamie, sous-discipline de l'anthroposophie: une pseudo-science.
En lire plus...

17 septembre 2018 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur