Élections des députés des Français de l’étranger: la droite accuse le coup

Partagez
Tweetez
Envoyez

On pourrait être qualifié de mauvaise langue en pensant que l’ancien président de la République française Nicolas Sarkozy avait créé les postes de députés des Français à l’étranger pour asseoir un peu plus sa majorité à l’Assemblée nationale de quelque 11 sièges, facilement récupérables par la droite. Pourtant, depuis plusieurs élections, on voit la gauche revenir, ce qui se concrétise aujourd’hui par une avance de la gauche sur la droite aux élections législatives de France et pour les places de députés des Français de l’étranger. L’Express a rencontré Corinne Narrassiguin, la candidate du PS, et Frédéric Lefebvre, candidat de l’UMP et ancien secrétaire d’État sous Nicolas Sarkozy.

En tête dans sept des 11 nouvelles circonscriptions, dont la première qui regroupe les États-Unis et le Canada, le PS est à la fête. La candidate Corinne Narrassiguin a récolté près de 40% des voix, loin devant Frédéric Lefebvre qui dépasse de peu les 20%. Membre du Parti socialiste depuis les années 2000, la New-Yorkaise d’adoption s’est rapprochée de la politique par besoin de se reconnecter avec la France.

Élue de l’Assemblée des Français de l’étranger, elle promet de se concentrer exclusivement à son rôle de députée si elle rejoint les rangs de l’Assemblée nationale après le deuxième tour du 17 juin.

La participation a connu des records d’abstention en France, mais aussi pour les Français de l’étranger qui sont entre 13 et 34% à avoir fait leur devoir civique, bien qu’il était possible de le faire par Internet. Espérons que ce taux de participation augmente pour le second tour!

Dans ce combat politique pour un poste dont on ne connaît pas encore tout à fait comment il servira les Français de l’étranger, Corinne Narrassiguin est opposée à un politicien de métier, un professionnel, en la personne de Frédéric Lefebvre. Déjà député, conseiller, secrétaire d’État, Frédéric Lefebvre a eu une longue carrière politique derrière lui, qu’il espère pouvoir «faire rimer» avec sa «deuxième passion» qu’il explique être l’Amérique du Nord. Il explique qu’une partie de sa famille vit en Amérique du Nord depuis très longtemps, dont son frère, en Californie. Très proche de la vision sarkozyste de la politique, avec une réelle volonté de rassembler et de convaincre, Frédéric Lefebvre veut créer «une diaspora française en Amérique du Nord».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Son projet, baptisé Âme Nord, veut mettre en lumière «le supplément d’âme» qu’apportent «les Français de l’étranger à ces territoires». Bon orateur, même si cette facilité au discours lui a joué quelques tours par le passé, Frédéric Lefebvre se tient dans la droite lignée de Nicolas Sarkozy dans le style de politique qu’il espère mettre en place s’il est élu.

Candidat «officiel» de l’UMP, ses résultats ont largement été affectés par les dissidences à droite, où plusieurs candidats se présentaient sous des programmes idéologiquement assez proches.

Pourtant, selon lui, le deuxième tour va être une autre paire de manches. «Ce qui compte c’est après le premier tour. Tous les candidats sont appelés à voter pour moi, ou contre la socialiste.» Il a d’ailleurs déjà prévu des accords avec d’autres candidats de la droite.

«Je suis très clairement en tête de la droite et du centre. J’appelle à l’unité. J’aime convaincre, j’aime le consensus.»

Il semble pouvoir bénéficier d’un réservoir de voix assez large, contrairement à la candidate socialiste, mais peut redouter le choix des électeurs qui avaient déjà fait entendre leur mécontentement à l’UMP d’avoir «parachuté» un candidat du système dans une circonscription censée revenir facilement à la droite.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

La candidate PS-EELV avait d’ailleurs exprimé sa joie de devoir affronter ce candidat officiel plutôt qu’un candidat de la droite bien implanté ici, parlant un bon anglais et connaissant les problèmes des Français de l’étranger.

Les résultats des élections législatives devraient être connus peu après le 17 juin.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur