Éducation sexuelle: où en sommes-nous?

Partagez
Tweetez
Envoyez

Il y a quelques jours je conversais avec une voisine à propos de sujets d’actualité, dont la récente révision du curriculum d’éducation sexuelle du ministère de l’Éducation qui entrera en vigueur dès septembre 2015.

Elle s’est dite soucieuse face au contenu de ce nouveau curriculum qu’elle estime inapproprié pour son fils qui sera en 3e année l’an prochain. On se souvient que la révision de ce curriculum avait été abandonnée il y a 5 ans sous McGuinty, suite aux pressions de groupes religieux et de parents inquiets, refusant qu’on aborde avec des enfants de 8 ans des thèmes tels que l’homosexualité ou la masturbation.

Aujourd’hui, certains politiciens sont d’avis que les parents doivent être consultés davantage tandis que d’autres craignent que la révision du curriculum ait été influencée par Ben Levin (ancien sous-ministre de l’Éducation du gouvernement Wynne) qui vient de plaider coupable de possession de pornographie juvénile, alors que d’aucuns évoquent un lien entre le curriculum révisé et l’orientation sexuelle de la première ministre…

D’un autre côté, nos Conseils scolaires francophones publics semblent d’accord avec le contenu dudit curriculum.
Reste à voir si certains parents décideront de se mobiliser pour tenter de contrecarrer son application. J’ai ouï-dire que des pétitions circulaient. Entre-temps la ministre Liz Sandals a décrété que le gouvernement ne se laissera pas intimider par les groupes de pression. La première ministre, elle, a affirmé qu’il était temps de s’aligner avec ce qu’on enseigne déjà dans les autres provinces.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

L’école élémentaire du Conseil scolaire Viamonde, que fréquentent mes deux petits-fils, est très multiculturelle.
Bien que j’accepte que mes petits-enfants reçoivent une éducation sexuelle adéquate plus tôt que trop tard – pour leur bien-être et leur sécurité, compte tenu de la réalité dans laquelle nous évoluons – je me demande comment cet apprentissage s’exercera dans leurs classes multiculturelles?

Toute culture détient ses propres valeurs en matière de sexualité. Comment va-t-on gérer la relation enseignants-parents-nouveaux immigrants, déjà sensible à plusieurs égards, au sujet du nouveau curriculum?
Peut-être que la présence croissante d’enseignants de toutes origines – du moins à Toronto – contribuera à alléger la situation.

Peut-être aussi pourra-t-on se rassurer en lisant dans le curriculum révisé que «c’est à l’enseignant(e) qu’incombe au premier chef la responsabilité de proposer à l’élève des référents de la culture francophone d’ici et d’ailleurs comme objets d’études dans toutes les matières du curriculum pour soutenir les apprentissages prescrits». Et que «l’enseignant(e) a toute la latitude voulue pour recourir à diverses stratégies d’enseignement et d’apprentissage».

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur