Des archéologues cherchent les secrets des Acadiens d’avant la Déportation

Fouilles au centre-ville de Fredericton

Les travaux d’archéologie à la place des officiers, au centre-ville de Fredericton, pourraient permettre d’en connaitre davantage sur la présence des Acadiens dans la capitale provinciale avant la déportation. Photos: Mathieu Roy-Comeau, Acadie Nouvelle
Partagez
Tweetez
Envoyez

Des fouilles archéologiques au centre-ville de Fredericton pourraient permettre d’en apprendre davantage sur la présence des Acadiens dans la capitale provinciale du Nouveau-Brunswick avant la Déportation.

Une quinzaine d’archéologues s’affairent ces jours-ci à déterrer les secrets enfouis sous la place des Officiers avant que la municipalité n’y effectue d’importants travaux de revitalisation.

Brent Suttie est le directeur de l’archéologie et du patrimoine au ministère du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture du Nouveau-Brunswick.

Riche histoire

Ce coin très achalandé du centre-ville, qui renferme une riche histoire militaire datant de la période britannique, pourrait aussi receler certains signes du quotidien des Acadiens et des Premières Nations.

«Nous essayons de faire une évaluation de l’histoire militaire de cette zone, mais aussi de répondre à certaines questions que nous nous posons pour savoir s’il y avait quelque chose d’important ici avant l’occupation militaire», explique le directeur de l’Archéologie et du Patrimoine au ministre du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture du Nouveau-Brunswick, Brent Suttie.

«Il y a certaines preuves qu’il y a eu de l’agriculture ici avant l’occupation militaire», dit-il.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
Les travaux d’archéologie à la place des officiers, au centre-ville de Fredericton, pourraient permettre d’en connaitre davantage sur la présence des Acadiens dans la capitale provinciale avant la Déportation.

Sainte-Anne

En 1739, environ une centaine d’Acadiens vivaient dans la région de Fredericton, qu’ils appelaient alors Sainte-Anne.

Leur histoire a tourné au drame en 1759 lorsqu’une bande de Rangers de la Nouvelle-Angleterre les ont attaqués et ont brûlé leur village dans le sillage de la Déportation.

«Lorsque les Britanniques ont brûlé Sainte-Anne, il est mentionné que tout le centre-ville a été rasé. Nous savons donc que le centre-ville était occupé. Mais, malheureusement, il n’y a pas de plan pour nous indiquer si cette zone en particulier était occupée. C’est ici que l’archéologie peut nous aider à répondre à la question», indique M. Suttie.

Une cabane

Depuis le début de leurs recherches sur le site, les archéologues ont notamment trouvé les traces d’un bâtiment qui n’apparaît sur aucune carte.

La cabane semble avoir servi entre autres à la réparation d’équipement de l’armée britannique.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Nous avons trouvé pas mal de morceaux d’équipement militaire, certains brisés et d’autres qui semblent avoir fait l’objet de réparations», indique M. Suttie.

Des archéologues ont trouvé les traces d’une cabane construite il y a plusieurs centaines d’années à la place des officiers au centre-ville de Fredericton.

Une pièce de monnaie espagnole

Les archéologues ont aussi trouvé ce qui semble être une pièce de monnaie espagnole qui aurait pu appartenir aux Acadiens de Sainte-Anne.

«La monnaie qui était utilisée durant la période française venait vraiment d’un peu partout. Nous n’avons pas encore de date, mais ça date presque certainement du début ou du milieu des années 1700», avance Brent Suttie.

Lee Nicholas étudie les traces d’une cabane construite il y a plusieurs centaines d’années.

Présence autochtone

Puisque des humains vivaient déjà dans la région il y a 9000 ans, les archéologues risquent aussi de tomber sur des artéfacts autochtones.

«Malgré beaucoup d’efforts, nous n’avons toujours rien trouvé (relativement aux Premières Nations), mais il reste beaucoup à faire», note M. Suttie.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

En 2016, une équipe dirigée par Brent Suttie a trouvé des traces d’un campement autochtone vieux de 12 000 ans dans le secteur nord de Fredericton.

Lee Nicholas étudie les traces d’une cabane construite il y a plusieurs centaines d’années.

Si des artéfacts de valeur sont trouvés à la place des Officiers, ils seront préservés par les experts du ministère du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture. Ils pourraient se retrouver par la suite dans un musée de la région.

Nouvelle place publique

Arrivée il y a trois semaines, l’équipe de M. Suttie devrait passer encore environ sept semaines sur le site.

La première phase du plan de revitalisation de la place des Officiers est évaluée à 8,9 millions $ et comprend notamment la reconstruction du mur de pierre qui sépare la place des rues Queen et Regent.

À long terme, la Ville de Fredericton souhaite y installer une nouvelle scène de spectacle, des jeux d’eau, une plaza et une patinoire en hiver.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur