Andrea Lindsay et Luc De Larochellière amoureux en musique

Semaine de la francophonie

Partagez
Tweetez
Envoyez

Ensemble sur scène comme à la ville, Andrea Lindsay et Luc De Larochellière illumineront la Semaine de la francophonie en présentant les chansons de leur album C’est de d’l’amour ou c’est comme et certains de leurs succès respectifs. Tombés amoureux musicalement avant de tomber amoureux tout court, Andrea et Luc nous racontent leur aventure par téléphone, avec le haut-parleur, pour pouvoir parler à deux en même temps!

«On s’est rencontré au Festival de la Petite vallée, en Gaspésie. J’étais juge et Andrea donnait un atelier. C’est une rencontre qui s’est faite dans une ambiance musicale. À l’époque je connaissais une des chansons d’Andrea, mais je ne savais pas que c’était elle qui chantait», se souvient le chanteur québécois.

Un projet ludique

Côté Andrea, ce n’est pas beaucoup mieux. Elle ne sait pas qui est Luc, pourtant une grosse vedette au Québec! Elle se souvient avoir étudié une chanson de lui à l’école, mais ne connaît pas son répertoire.

«Je ne connaissais pas Luc avant et quand j’ai découvert son nom, j’étais très impressionnée par la qualité de sa musique. Il était très accessible et met des mots sur les émotions», dit Andrea.

Pour la petite histoire, Luc et Andrea ont fini par habiter ensemble et la musique n’a jamais été très loin. «On jouait à la maison, pour le plaisir», explique Luc De Larochellière.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Mais c’est le gérant de Luc qui a eu l’idée de nous réunir pour un album. Ça prenait quelqu’un qui avait du recul», ajoute Andrea. «Au début on voyait ça comme un projet ludique. On avait tous les deux sorti des albums qui avaient marché. On s’est dit que ça pourrait être le fun de partir ensemble en tournée, avec moins de pression. Et au niveau de la musique, plus on avançait plus on aimait ça.»

Trop d’amour

Amoureux et mignons, Andrea et Luc le sont sur les photos et cela transparait dans les chansons. Ils sont tombés amoureux l’un de l’autre, et de la musique qui vient avec. L’histoire est quasiment trop belle pour être vraie! Le célèbre chanteur québécois plein d’expérience tombe amoureux de la belle Ontarienne qui chante en français parce qu’elle est tombée amoureuse de la langue de Molière.

Stop, il y a beaucoup trop d’amour là-dedans!

Mais puisque l’histoire est belle et qu’elle continue, on ne peut s’empêcher de savourer leur bonheur.

«Chez Andrea, j’aime la simplicité de la mélodie. C’est toujours très accrocheur. Il y a des éléments mélodiques, mais qui restent accessibles. On a voulu faire l’album sans se trahir. On a pensé à l’autre au moment d’écrire», avance Luc.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Certaines chansons ont donc été écrites par Luc ou Andrea, seuls devant leur feuille de papier et d’autres ont été composées à quatre mains. «Le plus dur c’est de s’ouvrir et de se lancer sans filets», se rappelle Andrea. «Il faut s’ouvrir et laisser l’ego à la porte. Mais finalement c’est l’fun!»

Chansons accrocheuses

Le produit fini offre un mélange pop folk onctueux sans tomber dans le nian-nian, avec des chansons très accrocheuses comme Le problème avec toi, qui est d’ailleurs passé sur toutes radios. «Dans nos salles, il y a des gens qui viennent me voir, il y a aussi des fans d’Andrea, et il y a aussi des gens qui ont entendu ça sur les radios commerciales et qui viennent au show», explique le chanteur de Cash City et Si fragile, entre autres.

En spectacle au Studio Glenn Gould, Andrea et Luc joueront tous les deux de la guitare et seront accompagnés par trois autres musiciens multi-instrumentistes.

«L’ambiance de l’album est très présente dans le spectacle», conclut Luc De Larochellière.

Le 21 mars à 20h au Studio Glenn Gould: www.semainefrancotoronto.com

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur