AirStart: quand l’avion doit décoller

Partagez
Tweetez
Envoyez

Rob Wills, un ancien pilote et passionné d’aviation, a lancé AirStart en 2003 en rachetant des avions de Nortel qu’il a cannibalisés pour les pièces, stockant le matériel dans un entrepôt «et parfois dans notre garage et dans notre cour», raconte son épouse et directrice de marketing Anne Vinet, en entrevue à L’Express.

Aujourd’hui, AirStart, dont les installations sont à proximité de l’aéroport Pearson, dépanne des avions Bombardier, Boeing et Airbus de 80 compagnies aériennes dans une cinquantaine de pays, se targuant d’être parmi les fournisseurs de pièces d’avion les plus rapides et les plus fiables.

Anne Vinet, une ancienne journaliste à Radio-Canada, reste active dans la communauté francophone, entre autres au Club canadien de Toronto. Elle est particulièrement fière de son site internet bilingue www.flyairstart.com/fr/ «C’est quand même rare dans l’industrie d’avoir un site bilingue», dit-elle.

AirStart réalise aujourd’hui un chiffre d’affaires de 20 millions $ (dans ce secteur, c’est encore une PME) et emploie une vingtaine de personnes à Mississauga.

* * *
Aussi au Gala des PME:
Fiers de nos PME franco-ontariennes
M pour mentor

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur