À propos de la Saint-Jean-Baptiste


17 juin 2014 à 9h15

Le début de l’été est étroitement associé à la Saint-Jean-Baptiste, que l’on célèbre le 24 juin. C’est le début des grandes vacances, le retour du temps chaud. Pour les Québécois, c’est aussi le temps de la Fête nationale. Mais la Saint-Jean-Baptiste, c’est bien plus encore. C’est une fête célébrée partout dans le monde et particulièrement chez les francophones d’ailleurs au Canada.

Le Québec a fait du 24 juin la journée officielle de sa Fête nationale. La Loi sur la Fête nationale a été sanctionnée le 8 juin 1978 après que René Lévesque eut signé un décret à cet effet, un an plus tôt. C’est à ce moment que le 24 juin, jour de la Saint-Jean-Baptiste, est devenu officiellement le jour de la Fête nationale du Québec.
Mais les Québécois célébraient déjà depuis longtemps cette fête. Cette journée avait d’ailleurs été déclarée «jour férié» en 1925.

Mais bien avant que cette journée ne devienne la fête nationale des Québécois, la Saint-Jean-Baptiste était une fête païenne qui célébrait davantage le solstice d’été, arrivé trois jours plus tôt, par un grand feu de joie. En France, cette tradition a longtemps été conservée pour célébrer la naissance de saint Jean le Baptiste.

Des feux

Au Canada, il semble bien qu’on allumait des feux de la Saint-Jean dès les premières années de la Nouvelle-France. La tradition des feux aurait été perpétuée dès 1636 le long du fleuve Saint-Laurent.

Les Relations des Jésuites mentionnent même qu’en 1646, «le 23 juin se fit le feu de la Saint-Jean sur les huit heures et demie du soir. On tira cinq coups de canon et on fit deux ou trois fois la décharge des mousquets».
En 1834, peu avant les rébellions des Patriotes, Ludger Duvernay fit de la Saint-Jean-Baptiste un symbole national autant qu’une fête religieuse. Il donna d’ailleurs le nom de Société Saint-Jean-Baptiste à l’organisation patriotique qu’il fonda, justement le 24 juin 1834.

Si au temps de la Nouvelle-France les coups de canon et les tirs de mousquets marquaient la fête, on peut dire sans se tromper que ces pétarades ont été remplacées par les feux d’artifice, indissociables des célébrations de la Fête nationale du Québec. Ou de quelque fête nationale que ce soit.

Patron des Canadiens-Français

Mais pourquoi dit-on que la Saint-Jean-Baptiste est la fête de tous les francophones du Canada? Cela vient probablement du fait que saint Jean-Baptiste a été désigné, par le pape Pie X en 1908, comme saint patron des Canadiens français.

La Saint-Jean-Baptiste est donc célébrée dans de nombreuses communautés francophones au Canada, y compris dans les provinces de l’Atlantique, même si les Acadiens ont déjà leur propre Fête nationale le 15 août.

Au Québec, puisqu’on en a fait une Fête nationale en bonne et due forme, il va sans dire que la fête a pris des airs hautement patriotiques au fil des ans. Les grands rassemblements de la Fête nationale devenaient des tribunes privilégiées pour les souverainistes passionnés.

Mais l’essence même de la Saint-Jean-Baptiste, c’est de se rassembler et de festoyer en groupe, en famille ou en communauté. Et au Québec, puisque c’est un jour férié et chômé, c’est un petit congé de plus pour profiter des belles journées de juin.

Usage répandu

De nos jours, donc, on parle davantage – au Québec, cela va de soi – de la Fête nationale plutôt que de la Saint-Jean-Baptiste dans les documents et les appellations officiels. Mais Monsieur et Madame Tout-le-Monde disent encore «la Saint-Jean-Baptiste» ou «la Saint-Jean».

Dans une capsule linguistique de l’Office québécois de la langue française (OQLF), on mentionne que «la Fête nationale du Québec, ou la Fête nationale, ne doit toutefois pas faire disparaître l’appellation ‘la Saint-Jean-Baptiste’ ni sa forme abrégée, plus courante, ‘la Saint-Jean’.»

Après tout, on ne parle pas d’un «feu de la Fête nationale» mais bien plus souvent d’un «feu de la Saint-Jean». L’usage garde toujours une place de choix pour l’appellation «Saint-Jean-Baptiste» pour désigner cette journée.

Puisque c’est la fête de tous les francophones du Canada, je vous souhaite une bonne Saint-Jean-Baptiste et un très bel été!

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

On est de plus en plus «connecté» sur notre santé

Les médecins se méfient encore des bidules permettant à leurs patients de mesurer eux-mêmes leur état de santé. (Photo: Hamza Butt / Flickr / Creative Commons)
Applications capables de surveiller poids, tension, glycémie, alimentation, exercice...
En lire plus...

17 octobre 2017 à 14h44

Ateliers de théâtre

1-1
Amoureux du théâtre bonjour, Vous êtes francophone ou francophile? Ekin Agency Arts offre des ateliers de théâtre intensifs en francais Coprs, espace et voix: – prise de parole en...
En lire plus...

ONU: on attend beaucoup du Canada

L'ambassadeur du Canada à l'ONU, Marc-André Blanchard.
Des objectifs de développement durable ambitieux
En lire plus...

16 octobre 2017 à 18h54

Un jardin de plantes médicinales cérémoniales chez Manuvie

Devant le jardin au QG de Manuvie: le sous-ministre adjointy Shawn Batise;  Peter Wilkinson, vice-président principal des Affaires réglementaires et publiques à la Financière Manuvie; l'ainé Gary Sault de la Première Nation mississauga de New Credit; David Zimmer, le ministre ontarien des Relations avec les Autochtones et de la Réconciliation; la sous-ministre Deborah Richardson.
Réconciliation avec les Premières Nations
En lire plus...

16 octobre 2017 à 18h06

Un «happening» sur l’enracinement de la francophonie à Toronto

Marie-Claire Marcotte et Maxime Robin (Photo:Manuel Verreydt)
Pour les 50 ans du TfT
En lire plus...

16 octobre 2017 à 9h00

Profitez de votre soirée dans Yorkville

Le Heliconian Hall: la seule église en bois encore debout à Toronto.
Avant et après le concert de Benoît LeBlanc au Heliconian
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h55

Lisa Simone: 1000 vies pour atteindre la sérénité

Lisa Simone (Photo: Alexandre Lacombe)
À la place des arts de St. Catharines le 26 octobre
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h53

Un mystérieux portrait de la princesse Anastasia

Jim Watt et Veronica Kvassetskaia-Tsyglan tenant le portrait d'Anastasia.
Bientôt dévoilé au Arts and Letters Club de Toronto
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h52

Protéger l’environnement de/pour l’humanité

Plastic China, de Wang Jiuliang
Des films percutants au festival Planet In Focus du 19 au 22 octobre
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h50

Les réalisatrices autochtones veulent casser les clichés

Six femmes autochtones du court-métrage Creatura Dada.
18e édition du festival du film autochtone ImagiNATIVE
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h45

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur