Un mammouth cloné? Ça fait plusieurs années que c’est «dans deux ans»

mammouth

28 février 2017 à 10h03

Si la perspective de voir naître en 2019 un mammouth cloné a fait pousser beaucoup de «wow» cette semaine, la réalité est tout autre: les obstacles sont énormes… et la percée technologique qui serait nécessaire n’est pas celle à laquelle on pense.

«Notre objectif est de créer un embryon éléphant-mammouth», a déclaré le 16 février le généticien George Church, de l’Université Harvard, dans le cadre du congrès de l’Association américaine pour l’avancement des sciences (AAAS), à Boston. Une percée qui pourrait se produire dans deux ans, ont rapporté plusieurs médias.

Le premier problème, a aussitôt souligné l’anthropologue John Hawks sur son blogue, c’est que George Church a fait des déclarations similaires en 2015 et en 2014. Et que chaque fois qu’il annonce cette «percée scientifique» pour bientôt, c’est toujours pour… dans deux ans.

Par ailleurs, d’autres que Church ont fait miroiter le clonage du mammouth dès 2008, lorsqu’un premier décodage de son génome a été publié. En 2013, un congrès tenu sous l’égide du National Geographic a exploré la possibilité de faire un jour renaître des espèces disparues — la «désextinction» — grâce aux progrès de la génétique et du clonage.

Le mammouth est une espèce dont les derniers représentants sont disparus il y a environ 4000 ans. La comparaison des génomes a établi que son plus proche cousin est aujourd’hui l’éléphant d’Asie.

En théorie, il serait possible de modifier les gènes d’un embryon d’éléphant pour en faire un mammouth, ou du moins un hybride éléphant-mammouth, et d’implanter cet embryon dans l’utérus d’une éléphante. Mais tous les experts s’entendent pour dire que ça n’est pas aussi facile que ça en a l’air.

Deux ordres d’obstacles

Les obstacles sont de deux ordres: génétique et technologique.

Au plan génétique, l’éléphant d’Asie et le mammouth ont beau être de proches cousins, une recherche en 2015 n’en a pas moins recensé 2 020 différences — c’est-à-dire au moins 2 020 modifications qu’il faudrait apporter aux gènes d’un embryon d’éléphant.

Et le «au moins» est un euphémisme, parce que les généticiens ignorent la raison de la plupart de ces substitutions. Procéder par essais et erreurs voudrait dire s’engager chaque fois dans une gestation de 22 mois, chez une espèce qui, en plus, met des années à parvenir à l’âge adulte.

En réalité, même George Church ne parle pas de «faire naître» un mammouth, mais d’expérimenter sur des embryons aux premiers stades de leur développement.

Au plan technologique toutefois, on est encore plus loin de la réalité. Comme l’évoquait The Guardian au congrès de l’AAAS, le rêve de George Church serait de faire grandir ces embryons dans des «utérus artificiels» — afin de contourner la rareté des éléphantes capables de servir de mères porteuses.

Son argument ? Son laboratoire, et d’autres, testent d’ores et déjà cette technologie sur des souris.

Or, rappelle la journaliste Mary Beth Griggs dans Popular Science, les souris ont une gestation de 20 jours, les éléphants, de 22 mois. Et même avec seulement 20 jours, les spécialistes de la reproduction sont encore incapables d’amener une gestation de souris à terme dans un environnement artificiel. Imaginez 22 mois, écrit John Hawks, avec un appareillage pas mal plus gros que ce que nécessite un embryon de souris.

S’ils y arrivaient, dit-il, ce serait ça, la grosse révolution scientifique. «Si un utérus artificiel efficace était inventé, ce serait une histoire énormément plus importante que le projet de transfert de gènes de mammouth. Le défi technique est beaucoup plus grand, et les bénéfices pour les humains d’une telle technologie seraient énormes.»

Qu’en dit l’éthique?

Le congrès de 2013 sur la «désextinction» posait par ailleurs d’autres questions qui restent en l’air aujourd’hui: même si on en était capable, serait-il moralement acceptable de faire naître un mammouth dans un environnement qui n’est plus celui auquel il s’était adapté?

L’énergie et les fonds nécessaires pour y arriver ne devraient-ils pas être investis dans la sauvegarde d’espèces encore vivantes? Dans des expériences de clonage à des fins médicales?

Que ce soit au plan scientifique ou technique, il n’existe aucune raison pour prendre au sérieux la perspective d’un clonage de mammouth en 2019. À plus long terme, ce n’est pas impossible, mais se poseront alors d’autres questions, sur les priorités que la société voudra donner à ces recherches.


Il existe un livre de vulgarisation sur la question, par la biologiste américaine Beth Shapiro: How to Clone a Mammoth, Princeton University Press, 2016.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Parlons chanson… avec Luc De Larochellière

Luc De Larochellière (Photo: Panneton-Valcourt)
Au fil des ans et des albums, Luc De Larochellière s’inscrit dans la durée en signant une œuvre qui se démarque tant par ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h48

Quand les Autochtones passent derrière la caméra

Kathleen Ivaluarjuk Merritt et Susan Aglukark pratiquent le chant de gorge dans les espaces du Grand Nord.
Quoi de mieux pour comprendre l’histoire, la culture et la créativité des Premières Nations qu’en les faisant passer derrière la caméra? C’est à travers une...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h44

Y a de la joie, y a de la création

Toronto, par Bruno Roux.
Quatre artistes et amis français de Toronto exposent leurs œuvres –des peintures et des sculptures qui éveillent la joie – depuis le 19 avril et jusqu’au...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h42

Le Cuba hors plages vous attend

L'hôtel Los Jazmines.
Selon le bureau du tourisme cubain, 98% des Canadiens qui voyagent à Cuba vont essentiellement dans des centres de vacances tout inclus. «Je rencontre...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h40

Winnipeg, la porte de l’Ouest

Le site historique La Fourche. (Photo: Sandra Dorélas)
On connaît Winnipeg, capitale du Manitoba, pour son équipe de hockey, les Jets, et pour son fameux personnage Winnie l’ourson. Mais Winnipeg, c’est évidemment...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h38

Molière reste d’actualité

Monsieur Jourdain interprété par François-Michel Pellequer.
La troupe des Anciens de l’Université de Toronto s’est attaquée au Bourgeois gentilhomme, les 21 et 22 avril au théâtre George Ignatieff. Mise en...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h36

Pas d’erreur pour les élèves du Collège français

La troupe de «Erreur des pompes funèbres en votre faveur», à l'issu de leur première.
Peut-être que les pompes funèbres se sont trompées sur le nom du défunt, mais le Collège français a eu raison de faire confiance à ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h34

La francophonie canadienne a souvent fait bon usage du Sénat

rep-francophoniecanadienne
«Les sénateurs des communautés francophones et acadienne du Canada (CFC) ont souvent mobilisé l’opinion publique sur les questions linguistiques, une tradition qui se poursuit....
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h32

La marijuana n’aurait jamais dû être illégale

marijuana-prison
Dans ses récentes communications, le gouvernement libéral de Justin Trudeau a confirmé vouloir «légaliser, réglementer et restreindre» l’accès à la marijuana d’ici l’été 2018....
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h30

Le «porte-parole de la Terre» à la TSF

Yann Arthus-Bertrand a visité le ravin de la TSF, un projet du club de l'environnement animé par Josette Bouchard.
Cette année, la célébration de la Semaine de la Terre a revêtu un éclat particulier et demeurera un événement dans la mémoire collective de...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h28

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur