Tout quitter pour vivre (1)

Anciennes piastres du Sud-Vietnam avant la chute de Saigon.

25 août 2015 à 9h21

Lê-Phuong, sexagénaire native de Saigon, célèbre ses 40 ans de vie au Canada cette année. Notre premier pays, c’est notre mère. On immigre une première fois lorsqu’on sort d’elle, pour faire face à son propre destin. Voici leur histoire de réfugiée, de la mère à la fille.

La mère de Lê-Phuong est née en 1926 dans la petite province de Rach-Gia au Sud Vietnam. Nguyêt Anh vit une enfance heureuse au sein d’une famille aisée jusqu’en 1941 où «le Japon envahit le Vietnam en une seule nuit», raconte-t-elle dans ses mémoires.

Le Viet Minh, ligue pour l’Indépendance du Vietnam, voit le jour dans le but de lutter contre l’impérialisme français et japonais, générant une période de guerre civile incessante avec les guérillas. «La vie de tous les jours devient particulièrement périlleuse, non pas dans les grandes villes sous le contrôle des Japonais, mais dans les villages en milieu rural. Pour cette raison, mon père m’envoya vivre à Saigon», rapporte Nguyêt Anh.

Installée avec ses deux sœurs dans un couvent de la capitale vietnamienne, Nguyêt Anh connaît une seconde fois le chaos lorsqu’en 1942 les alliés des Nations-Unies entrent en guerre contre le Japon et l’Allemagne. La mère de Lê-Phuong doit encore se camoufler sous les bombes. Elle se marie à Saigon en 1950 en toute intimité.

«Il était très dangereux d’organiser tout événement social. La guérilla pouvait à tout moment lancer des grenades pour nous terrifier ou nous tuer.» Quatre ans plus tard, les Accords de Genève (1954) divise le Vietnam: Nord et Sud. La guerre civile éclate à nouveau: entre le communisme du Nord et le Sud Vietnam.

Malgré la guerre ininterrompue, Nguyêt Anh mène une vie familiale nantie grâce au statut de son mari, ingénieur civil promu conseiller technique auprès du Président du Vietnam. En cinq ans elle donne naissance à quatre enfants, dont Lê-Phuong, son unique fille.

En 1972 les militaires américains commencent à quitter le Vietnam petit à petit, bien que le conflit se poursuive encore durant trois ans. «Chaque province est tombée irréversiblement jusqu’en avril 1975, où le Président du pays annonçait par radio la perte totale du pays», cite Nguyêt Anh. Le 30 avril 1975, Saigon est tombée aux mains des troupes communistes nord-vietnamiennes.

Les Américains, contrôlant l’aéroport de Saigon, ont évacué en catastrophe leurs ressortissants de la capitale avec des milliers de Vietnamiens proches de l’ancien régime craignant pour leur vie dont Lê-Phuong et ses parents. «C’était le vaste exode sous les bombardements. Nous avons dû tout quitter, sans savoir ce qui nous attendait», témoigne Lê-Phuong. «On est rapidement montés à bord sans bagages ni nourriture, pêle-mêle, en troupeaux. Je me suis retrouvée entassée au milieu de centaines de rescapés, séparée de mes parents.»

Première destination: Subic Bay, sur la côte ouest de l’île de Luçon aux Philippines. Située en bordure de la mer de Chine du Sud, l’île fut le siège d’une importante base de la marine de guerre des États-Unis jusqu’en 1992. Puis ils ont continué jusqu’à Wake Island, petite île dans le nord de l’océan Pacifique sous la gérance des États-Unis, entre Honolulu et Guam. «C’est là que j’ai récupéré mes parents», explique Lê-Phuong.

Parmi des centaines de réfugiés, la famille poursuivit le voyage sous la protection du Comité international de la Croix-Rouge jusqu’en Californie. À leur arrivée, tous ont été placés dans les baraques du camp Pendleton. «La vie dans le camp était pénible. On dormait en groupe de 40 personnes par baraque. Les nuits étaient froides. Il y avait des douches communes et on devait faire la queue interminable à l’heure des repas» détaille Lê-Phuong.

«La première nuit à Pendleton, au milieu de nulle part, a été très difficile», se rappelle la réfugiée. «Tout le monde pleurait. On venait de perdre notre patrimoine, sans aucune idée du futur. Pour notre part, on avait laissé derrière nos chers ainés, une immense fortune, le souvenir de mon enfance choyée, entourée de 14 serviteurs au sein d’un grand domaine.»

Plusieurs mois après leur installation dans les camps, on demanda aux réfugiés de choisir leur nouveau lieu d’établissement. Les parents de Lê-Phuong décidèrent de rester aux États-Unis alors que leur fille, à l’esprit indépendant, prit la décision de partir à Montréal en milieu francophone.

Elle détenait un diplôme en pédagogie et un baccalauréat de l’enseignement secondaire en philosophie et lettres. Elle avait aussi enseigné le français au Collège Fraternité, institution privée à Saigon, durant un an et demi. En 1974, Lê-Phuong avait amorcé ses études de droit qu’elle avait dû abandonner pour fuir le danger suite à la chute de la capitale vietnamienne.

Au début des années 1970, la grande instabilité politique sévissant au Vietnam avait incité ses parents à envoyer ses trois frères étudier à l’étranger, l’un d’eux, Van, à l’École Polytechnique de Montréal; ce dernier parraina Lê-Phuong. La jeune femme de 22 ans arrive à Montréal vers la mi-octobre 1975, où elle commença à faire connaissance avec l’arrivée de l’hiver.

(À suivre)

* * *

Cette chronique est une série de petites histoires tirées de mon imaginaire et de faits vécus, dont j’ai été témoin au cours de mon long chapitre de vie parmi le monde des expatriés et des immigrants. Un fil invisible relie ces gens de partout selon les époques, les lieux, les événements, les identités et les sentiments qu’ils ont traversés. – Annik Chalifour

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Parlons chanson… avec Luc De Larochellière

Luc De Larochellière (Photo: Panneton-Valcourt)
Au fil des ans et des albums, Luc De Larochellière s’inscrit dans la durée en signant une œuvre qui se démarque tant par ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h48

Quand les Autochtones passent derrière la caméra

Kathleen Ivaluarjuk Merritt et Susan Aglukark pratiquent le chant de gorge dans les espaces du Grand Nord.
Quoi de mieux pour comprendre l’histoire, la culture et la créativité des Premières Nations qu’en les faisant passer derrière la caméra? C’est à travers une...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h44

Y a de la joie, y a de la création

Toronto, par Bruno Roux.
Quatre artistes et amis français de Toronto exposent leurs œuvres –des peintures et des sculptures qui éveillent la joie – depuis le 19 avril et jusqu’au...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h42

Le Cuba hors plages vous attend

L'hôtel Los Jazmines.
Selon le bureau du tourisme cubain, 98% des Canadiens qui voyagent à Cuba vont essentiellement dans des centres de vacances tout inclus. «Je rencontre...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h40

Winnipeg, la porte de l’Ouest

Le site historique La Fourche. (Photo: Sandra Dorélas)
On connaît Winnipeg, capitale du Manitoba, pour son équipe de hockey, les Jets, et pour son fameux personnage Winnie l’ourson. Mais Winnipeg, c’est évidemment...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h38

Molière reste d’actualité

Monsieur Jourdain interprété par François-Michel Pellequer.
La troupe des Anciens de l’Université de Toronto s’est attaquée au Bourgeois gentilhomme, les 21 et 22 avril au théâtre George Ignatieff. Mise en...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h36

Pas d’erreur pour les élèves du Collège français

La troupe de «Erreur des pompes funèbres en votre faveur», à l'issu de leur première.
Peut-être que les pompes funèbres se sont trompées sur le nom du défunt, mais le Collège français a eu raison de faire confiance à ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h34

La francophonie canadienne a souvent fait bon usage du Sénat

rep-francophoniecanadienne
«Les sénateurs des communautés francophones et acadienne du Canada (CFC) ont souvent mobilisé l’opinion publique sur les questions linguistiques, une tradition qui se poursuit....
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h32

La marijuana n’aurait jamais dû être illégale

marijuana-prison
Dans ses récentes communications, le gouvernement libéral de Justin Trudeau a confirmé vouloir «légaliser, réglementer et restreindre» l’accès à la marijuana d’ici l’été 2018....
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h30

Le «porte-parole de la Terre» à la TSF

Yann Arthus-Bertrand a visité le ravin de la TSF, un projet du club de l'environnement animé par Josette Bouchard.
Cette année, la célébration de la Semaine de la Terre a revêtu un éclat particulier et demeurera un événement dans la mémoire collective de...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h28

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur