Parlons chanson avec Dominique Denis

Un cours de conversation française pas comme les autres

Dominique Denis en action dans son cours de conversation française Parlons chanson offert deux soirs par semaine au 120 rue Carlton.
Photo: Sasha Furiani

14 avril 2015 à 9h14

Les meilleurs cours de conversation française sont ceux qui emploient du matériel et des situations «authentiques». Et quoi de plus réel et de plus directement associé à la culture que la chanson?

C’est ce principe qui sous-tend le cours Parlons chanson offert chaque semaine par Dominique Denis au centre-ville à des groupes de 10-15 adultes, des anglophones qui perfectionnent leur français en analysant et discutant d’une chanson populaire.

Son cours, l’ex-chroniqueur de musique de L’Express, ex-animateur à Radio-Canada et ex-directeur artistique de l’Alliance française de Toronto le développe et le rode depuis une douzaine d’années. Il l’exporte maintenant aux États-Unis et il vient de lancer son site dominiquedenis.ca, où on peut consulter et télécharger les cahiers d’activité.

«C’est le fruit de mes expériences journalistiques, musicales et pédagogiques», explique-t-il en entrevue à L’Express, au retour d’une seconde tournée américaine organisée par l’ambassade de France à Washington.

450 profs dans 18 villes

Pendant 11 jours au mois de mars, Dominique Denis a donné 10 ateliers Le français par la chanson à 250 enseignants dans 10 villes, d’Atlanta à Los Angeles, en passant par El Paso et San Juan de Porto Rico. L’an dernier, il avait montré sa méthode à 200 enseignants dans 8 villes, dont Washington, Chicago, Boston et Houston.

C’est Jean-Claude Duthion, l’ancien directeur de l’Alliance française de Toronto, aujourd’hui responsable de la coopération éducative au service de la promotion du français à l’ambassade, qui a gardé le contact avec lui et insisté pour qu’il puisse ainsi partager son savoir-faire avec les Américains.

«Aux États-Unis, on ne parle pas de français ‘langue seconde’ comme ici, mais bien de ‘langue étrangère’, en compétition avec l’espagnol ou le chinois», raconte Dominique Denis. «Mais il y a tout de même un engouement pour le français, associé dans l’esprit des gens à une grande civilisation, à une culture dynamique et à de beaux voyages.»

Interviews

À Toronto, son cours Parlons chanson avec Dominique Denis (deux sessions de 2h15 chacune par semaine, 135$ pour quatre semaines) emmène les participants au carrefour de l’apprentissage de la langue et du journalisme.

«Par exemple, on réalise des entrevues par courriel avec des auteurs-compositeurs (bientôt accessibles sur le site web). Jusqu’ici, on a interviewé Richard Séguin, Clémence Desrochers, Mario Chenart, Philippe Noireaut et Benoît LeBlanc, et on va interviewer Michel Rivard dans deux semaines.»

«Invariablement, les artistes sont heureux de participer à ces échanges», dit-il. «Ils sont souvent fiers que leurs chansons soient ainsi analysées par des francophiles de Toronto» et bientôt d’un peu partout en Amérique du Nord.

Brel, Brassens, Rivard

Dominique Denis a monté un répertoire d’environ 300 chansons d’une centaine d’artistes, qu’il a choisies pour la qualité du texte et la force du sujet abordé: «des chansons qui ont beaucoup à dire et qui le disent bien»… Brel, Brassens et Rivard reviennent souvent.

Chaque cours permet d’étudier une chanson en profondeur: son thème et les mots choisis, l’histoire et la culture dans laquelle elle baigne, la personnalité et la motivation de son auteur.

Les apprenants ont reçu et examiné au préalable le texte de la chanson et la biographie de l’artiste. Ils améliorent leur français presque sans s’en rendre compte, trop occupés à décortiquer le vocabulaire, écouter la chanson et en comprendre le message, son contexte et ses subtilités.

«La chanson est un document authentique. C’est une forme d’écriture orale: on chante comme on parle», explique Dominique Denis. Du point de vue pédagogique, «la chanson comble le gouffre entre la théorie et la pratique».

Quelques-uns de ses étudiants continuent d’assister à ses cours depuis dix ans. Leur enthousiasme est palpable et leurs résultats, bien que non quantifiés, le montrent bien selon leur professeur.

Réseau d’enseignants

Dominique Denis continue d’ajouter des fonctionnalités à son site web et souhaite pouvoir offrir son atelier à d’autres enseignants au Canada et aux États-Unis.

«J’aimerais entrer en communication avec d’autres professeurs de français basés à Toronto, des profs qui utilisent la culture – littérature, cinéma, arts culinaires, qu’importe – dans le cadre de leur enseignement, afin de créer un réseau d’enseignants qui pourraient ainsi échanger de bons procédés et, qui sait?, peut-être même se donner une démarche et une plateforme communes…»

Né à Ottawa, Dominique Denis habite à Toronto depuis 1988. Il enseigne depuis 26 ans et, en plus du journalisme, il fait aussi de la traduction et du traitement de texte, notamment ces temps-ci pour l’Institut de l’art canadien.

En 2012, il a été fait Chevalier des Arts et des Lettres de la République française pour ses contributions à la scène culturelle torontoise.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Trois siècles de naufrages dans le lac Champlain

Le cannonier USS Spitfire a coulé dans le lac Champlain en 1776 après seulement deux mois de service contre les Britanniques. (Photo: Youtube - http://bit.ly/2rvxvvK)
On compte plus de 300 épaves au fond du lac Champlain, à cheval entre le Québec et les États de New York et du...
En lire plus...

22 juin 2017 à 14h36

La nouvelle école secondaire catholique de Scarborough: Père-Philippe-Lamarche

Le chantier de l'école secondaire catholique Père-Philippe-Lamarche à Scarborough, il y a quelques semaines.
Le père Philippe Lamarche est arrivé à Toronto il y a 130 ans, le 24 juin 1887.
En lire plus...

22 juin 2017 à 11h46

Mandat prolongé pour la commissaire aux langues officielles

Ghislaine Saikaley
Le mandat de Ghislaine Saikaley a été reconduit pour un nouvel intérim jusqu’au 17 octobre prochain ou jusqu’à ce qu’un nouveau commissaire soit nommé.
En lire plus...

21 juin 2017 à 15h37

Interpréter les rêves reste hasardeux

Les rêves fascinent les gens depuis longtemps. (Photo: AndrewCater – Flickr – CC)
Beaucoup de gens croient qu’il est possible de voir l’avenir dans nos rêves.
En lire plus...

Hymne national: des sénateurs veulent bloquer la modification des paroles pour le 150e

Le député Mauril Bélanger l'an dernier.
Les amendements en provenance des banquettes conservatrices s'accumulent au Sénat dans le débat sur le projet de loi de feu Mauril Bélanger.
En lire plus...

Token French à Queen’s Park

150-stories-recits
Seulement deux courts récits franco-ontariens dans le livre du 150e de la lieutenante-gouverneure... et pas un mot sur nos 400 ans.
En lire plus...

21 juin 2017 à 13h17

Jean Boisjoli et Pierre-Luc Bélanger décrochent le Prix Trillium

Jean Boisjoli et Pierre-Luc Bélanger.
Le romancier Jean Boisjoli et l’auteur jeunesse Pierre-Luc Bélanger ont remporté le Prix littéraire Trillium de l’Ontario 2017.
En lire plus...

21 juin 2017 à 13h04

La mère qui exige un médecin blanc: pas un cas isolé

medecin blanc
Le cas d’une mère qui insiste pour que son fils soit vu par un médecin blanc, dans une clinique de Mississauga, serait loin d’être...
En lire plus...

21 juin 2017 à 12h27

Cuisson au barbecue et cancer: évitez de carboniser

Il faut surtout éviter de carboniser la viande. (Photo: Max Pixel)
La cuisson des viandes longtemps à très haute température est associée à l’augmentation de certains cancers.
En lire plus...

21 juin 2017 à 10h16

Ressusciter le cerveau?

Un cerveau «réinitialisé» comprendra-t-il la mémoire du défunt?
 (Photo: Lara — Flickr — Creative commons — http://bit.ly/2t2zrxa)
Inspiré de Frankenstein: injecter des cellules souches et des protéines, puis stimuler au laser et aux chocs électriques...
En lire plus...

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur