Parlons chanson avec Dominique Denis

Un cours de conversation française pas comme les autres

Dominique Denis en action dans son cours de conversation française Parlons chanson offert deux soirs par semaine au 120 rue Carlton.
Photo: Sasha Furiani

Les meilleurs cours de conversation française sont ceux qui emploient du matériel et des situations «authentiques». Et quoi de plus réel et de plus directement associé à la culture que la chanson?

C’est ce principe qui sous-tend le cours Parlons chanson offert chaque semaine par Dominique Denis au centre-ville à des groupes de 10-15 adultes, des anglophones qui perfectionnent leur français en analysant et discutant d’une chanson populaire.

Son cours, l’ex-chroniqueur de musique de L’Express, ex-animateur à Radio-Canada et ex-directeur artistique de l’Alliance française de Toronto le développe et le rode depuis une douzaine d’années. Il l’exporte maintenant aux États-Unis et il vient de lancer son site dominiquedenis.ca, où on peut consulter et télécharger les cahiers d’activité.

«C’est le fruit de mes expériences journalistiques, musicales et pédagogiques», explique-t-il en entrevue à L’Express, au retour d’une seconde tournée américaine organisée par l’ambassade de France à Washington.

450 profs dans 18 villes

Pendant 11 jours au mois de mars, Dominique Denis a donné 10 ateliers Le français par la chanson à 250 enseignants dans 10 villes, d’Atlanta à Los Angeles, en passant par El Paso et San Juan de Porto Rico. L’an dernier, il avait montré sa méthode à 200 enseignants dans 8 villes, dont Washington, Chicago, Boston et Houston.

C’est Jean-Claude Duthion, l’ancien directeur de l’Alliance française de Toronto, aujourd’hui responsable de la coopération éducative au service de la promotion du français à l’ambassade, qui a gardé le contact avec lui et insisté pour qu’il puisse ainsi partager son savoir-faire avec les Américains.

«Aux États-Unis, on ne parle pas de français ‘langue seconde’ comme ici, mais bien de ‘langue étrangère’, en compétition avec l’espagnol ou le chinois», raconte Dominique Denis. «Mais il y a tout de même un engouement pour le français, associé dans l’esprit des gens à une grande civilisation, à une culture dynamique et à de beaux voyages.»

Interviews

À Toronto, son cours Parlons chanson avec Dominique Denis (deux sessions de 2h15 chacune par semaine, 135$ pour quatre semaines) emmène les participants au carrefour de l’apprentissage de la langue et du journalisme.

«Par exemple, on réalise des entrevues par courriel avec des auteurs-compositeurs (bientôt accessibles sur le site web). Jusqu’ici, on a interviewé Richard Séguin, Clémence Desrochers, Mario Chenart, Philippe Noireaut et Benoît LeBlanc, et on va interviewer Michel Rivard dans deux semaines.»

«Invariablement, les artistes sont heureux de participer à ces échanges», dit-il. «Ils sont souvent fiers que leurs chansons soient ainsi analysées par des francophiles de Toronto» et bientôt d’un peu partout en Amérique du Nord.

Brel, Brassens, Rivard

Dominique Denis a monté un répertoire d’environ 300 chansons d’une centaine d’artistes, qu’il a choisies pour la qualité du texte et la force du sujet abordé: «des chansons qui ont beaucoup à dire et qui le disent bien»… Brel, Brassens et Rivard reviennent souvent.

Chaque cours permet d’étudier une chanson en profondeur: son thème et les mots choisis, l’histoire et la culture dans laquelle elle baigne, la personnalité et la motivation de son auteur.

Les apprenants ont reçu et examiné au préalable le texte de la chanson et la biographie de l’artiste. Ils améliorent leur français presque sans s’en rendre compte, trop occupés à décortiquer le vocabulaire, écouter la chanson et en comprendre le message, son contexte et ses subtilités.

«La chanson est un document authentique. C’est une forme d’écriture orale: on chante comme on parle», explique Dominique Denis. Du point de vue pédagogique, «la chanson comble le gouffre entre la théorie et la pratique».

Quelques-uns de ses étudiants continuent d’assister à ses cours depuis dix ans. Leur enthousiasme est palpable et leurs résultats, bien que non quantifiés, le montrent bien selon leur professeur.

Réseau d’enseignants

Dominique Denis continue d’ajouter des fonctionnalités à son site web et souhaite pouvoir offrir son atelier à d’autres enseignants au Canada et aux États-Unis.

«J’aimerais entrer en communication avec d’autres professeurs de français basés à Toronto, des profs qui utilisent la culture – littérature, cinéma, arts culinaires, qu’importe – dans le cadre de leur enseignement, afin de créer un réseau d’enseignants qui pourraient ainsi échanger de bons procédés et, qui sait?, peut-être même se donner une démarche et une plateforme communes…»

Né à Ottawa, Dominique Denis habite à Toronto depuis 1988. Il enseigne depuis 26 ans et, en plus du journalisme, il fait aussi de la traduction et du traitement de texte, notamment ces temps-ci pour l’Institut de l’art canadien.

En 2012, il a été fait Chevalier des Arts et des Lettres de la République française pour ses contributions à la scène culturelle torontoise.

Javascript est requis pour voir les commentaires alimentés par Disqus.

+Récents

Deux écoles élémentaires catholiques ajoutent le secondaire et des programmes spécialisés

Croquis représentant la nouvelle école élémentaire-secondaire catholique de Peterborough.

Deux écoles élémentaires du Conseil de district catholique Centre-Sud (CSDCCS), Monseigneur-Jamot à Peterborough et Pape-François à Stouffville, accueilleront dès septembre des cohortes d’élèves de la 7e, 8e et 9e année, et ajouteront progressivement des niveaux jusqu’en 12e, pour devenir des écoles élémentaires-secondaires. C’est actuellement le cas de seulement 2 des 58 écoles du CSDCCS (16 […]


24 mars 2017 à 15h04

Le «Quebec bashing» de Maclean’s: plus grave qu’un pet de cerveau

macleans

Andrew Potter, l’auteur d’un article dans le magazine Maclean’s dénigrant la moralité des Québécois, qui a provoqué un tollé de protestations sur la place publique, jusqu’au bureau du premier ministre Philippe Couillard, s’est rapidement excusé sur Facebook, puis a démissionné cette semaine de sa chaire d’études canadiennes de l’Université McGill… maintenant accusée dans certains milieux […]


24 mars 2017 à 12h56

Décès du journaliste Adrien Cantin

Adrien Cantin

Journaliste, éditorialiste, animateur, grand communicateur, Adrien Cantin s’est éteint le 22 mars à l’âge de 68 ans. Il aura marqué la scène médiatique franco-ontarienne par son approche toujours franche et directe, notamment au journal Le Droit et à l’antenne de TFO. «Souffrant d’un double cancer des poumons et de la gorge, M. Cantin était hospitalisé […]


24 mars 2017 à 10h06

Le 2e budget Morneau: grand parleur…

Le ministre Bill Morneau place le budget fédéral sous le signe de la formation et de l'innovation.

D’abord les chiffres. De nos jours, ils sont presque superflus, voire encombrants, dans les discours annuels du budget comme celui que vient de livrer le ministre fédéral Bill Morneau, «la prochaine étape du plan à long terme du gouvernement pour créer des emplois et renforcer la classe moyenne»… En 2017-18, le gouvernement canadien se propose […]


23 mars 2017 à 18h01

Yann Perreau et Mehdi Cayenne en concert samedi soir

Yann Perreau et Mehdi Hamdad.

Drôles et décalés, les chanteurs et musiciens Yann Perreau (Québécois) et Mehdi Cayenne (d’Ottawa), bêtes de scène notoires, clôturent la Semaine de la francophonie torontoise ce samedi 25 mars à 20h à la salle Brigantine de Harbourfront. Yann Perreau propose des textes «surprenants, planants et créatifs», disent les critiques. Entre une atmosphère pop et électro, […]


22 mars 2017 à 14h19

Une tempête de neige qui a exposé un déficit de solidarité chez les Québécois?

Andrew Potter

L’ex-rédacteur en chef du Ottawa Citizen, aujourd’hui à l’Université McGill, s’excuse d’avoir insulté les Québécois dans son analyse de la tempête de neige sur l’autoroute 13. Mais le magazine Maclean’s persiste et signe.

Le Journal de Montréal
22 mars 2017 à 11h27

Notre cerveau préfère les fausses nouvelles

Contrairement à une nouvelle qui a circulé dans les médias sociaux l'an dernier, le pape n'a pas appuyé officiellement la candidature de Donald Trump.

La politique à l’ère des médias sociaux offre l’opportunité d’un cours accéléré en psychologie de la désinformation. Entre les biais de confirmation et les Facebookiens qui partagent un texte sans l’avoir lu, journalistes et communicateurs tentent de s’ajuster. Jusqu’à six personnes sur 10 ne liront que le titre d’un article, rappelle le psychologue Gleb Tsipursky dans […]

Présidence française: débat à cinq

debat France

Marine Le Pen, François Fillon, Emmanuel Macron, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélanchon, les cinq principaux candidats au premier tour de l’élection présidentielle française, le 23 avril, ont débattu à la télévision pendant plus de trois heures le 20 mars.

TF1
21 mars 2017 à 9h05

Des jeunes Franco-Ontariens veulent profiter de l’engouement pour l’humour

Neev, JC Surette, Chloé Thériault, Mickaël Girouard, Ilann Morissette, Brooke Jenicek et Jérémie Larouche.

L’industrie de l’humour est en pleine expansion au pays, et des jeunes francos sont bien placés pour en profiter. «Il a un boum dans l’humour, c’est une bonne période», confirme l’humoriste acadien J-C Surette, qui clôturait samedi soir le Gala des Rendez-vous de la Francophonie animé par un autre humoriste, Neev, à l’auditorium de l’école secondaire Saint-Frère-André […]


21 mars 2017 à 0h34

Des cohortes de Restavèks maltraités en Haïti

Gabriel Osson

«J’ai vécu à Haïti quand j’étais jeune. Un enfant, proche de ma famille, était resté chez nous. C’était un Restavèk», se souvient l’écrivain Gabriel Osson. L’écrivain aux multiples talents vient de publier son nouveau livre, Hubert, le Restavèk, une histoire fictive, mais portant si représentative de la réalité pour des milliers d’enfants de l’île. Il s’agit du […]


21 mars 2017 à 0h32
Voir tous les articles

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur