Législation bilingue: se fier seulement à une version?

Frank Newbould, juge de la Cour supérieure de justice de l'Ontario.

Frank Newbould, juge de la Cour supérieure de justice de l'Ontario.

En rendant sa décision dans Re Emergency Door Service Inc., 2016 ONSC 5284, le juge Frank Newbould, de la Cour supérieure de justice de l’Ontario, a utilisé la version française d’une disposition de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité, LRC 1985, c B-3, pour interpréter un de ses articles.

Ce faisant, il a expliqué clairement comment la règle de l’égale autorité s’applique aux lois disponibles dans les deux langues officielles. Je vous invite à prendre connaissance des paragraphes 25, 26 et 38 de son jugement où on peut notamment lire: «Reliance on a single version is totally unacceptable for any official interpretation.»

Les lecteurs assidus de ma chronique se souviennent peut-être du texte Lire une seule version de la loi est à vos risques et périls. À moins d’un mois de la conférence sur 150 ans de bilinguisme législatif et judiciaire, le 5 mars prochain à Ottawa, notre capitale non encore officiellement bilingue, j’estime qu’il est utile de contribuer à mettre la table pour les participants appelés à débattre le passé, le présent et l’avenir du bilinguisme dans nos législatures et dans nos tribunaux.

Ayant signalé un exemple en provenance d’une province qui, à partir du mandat de Roy McMurtry au ministère du Procureur général, a accompli des progrès spectaculaires en matière de bilinguisme législatif et judiciaire, je me dois d’écrire quelques lignes sur une province qui, sous le régime conservateur, considérait le français comme s’il s’agissait d’une langue étrangère.

À cet égard, je vous invite à prendre connaissance de l’interprétation originale du droit de chacun d’employer le français et l’anglais devant les tribunaux albertains qu’un procureur a plaidé lors de l’audience du 18 décembre 2008 dans la cause de l’enfant R. O.-A., en Cour provinciale de l’Alberta.

Lisez entre autres les pages 10, 11 et 12 de la transcription. Malheureusement, cette plaidoirie, à l’opposé de la jurisprudence bien établie de la Cour suprême du Canada en matière d’interprétation des droits linguistiques, inspire encore plusieurs fonctionnaires du ministère de la Justice de l’Alberta.

L’évolution est possible

Dans le cadre du processus d’élaboration d’une politique albertaine sur les services en français, une rencontre de consultation avec des juristes d’expression française a eu lieu à Calgary, le 14 novembre dernier.

Après avoir  pris connaissance des documents de référence (document de réflexion; principes directeurs et exemples d’approches dans les autres provinces et territoires; aperçu des services en français fournis actuellement par le gouvernement de l’Alberta et profil statistique de la francophonie en Alberta), les participants ont pu discuter de paramètres pour guider la mise en œuvre d’une future politique sur les services juridiques en français, y compris la portée, la vision, les résultats escomptés et les principes clés qui s’y rattachent.

L’échéancier que s’est fixé le gouvernement de l’Alberta vise la fin de ce printemps pour la mise en œuvre de sa politique sur les services en français, notamment dans les domaines de la justice, de la santé, de l’éducation, de l’immigration, du tourisme, des arts et de la culture, de la petite enfance, des aînés, de l’emploi, du patrimoine…

Nous ne saurons donc pas à temps pour la conférence du 5 mars si justiciables et juristes de l’Alberta continueront encore longtemps d’être pénalisés financièrement, par exemple lorsqu’ils désirent utiliser le français dans une requête conjointe de divorce ou lorsqu’ils signent un testament rédigé en français. Cependant, en nous basant sur l’objectif énoncé par la première ministre Rachel Notley  d’améliorer l’accès à la justice et de promouvoir les services juridiques en français, tous les espoirs sont permis.

Javascript est requis pour voir les commentaires alimentés par Disqus.

+Récents

Yann Perreau et Mehdi Cayenne en concert samedi soir

Yann Perreau et Mehdi Hamdad.

Drôles et décalés, les chanteurs et musiciens Yann Perreau (Québécois) et Mehdi Cayenne (d’Ottawa), bêtes de scène notoires, clôturent la Semaine de la francophonie torontoise ce samedi 25 mars à 20h à la salle Brigantine de Harbourfront. Yann Perreau propose des textes «surprenants, planants et créatifs», disent les critiques. Entre une atmosphère pop et électro, […]


22 mars 2017 à 14h19

Une tempête de neige qui a exposé un déficit de solidarité chez les Québécois?

Andrew Potter

L’ex-rédacteur en chef du Ottawa Citizen, aujourd’hui à l’Université McGill, s’excuse d’avoir insulté les Québécois dans son analyse de la tempête de neige sur l’autoroute 13. Mais le magazine Maclean’s persiste et signe.

Le Journal de Montréal
22 mars 2017 à 11h27

Notre cerveau préfère les fausses nouvelles

Contrairement à une nouvelle qui a circulé dans les médias sociaux l'an dernier, le pape n'a pas appuyé officiellement la candidature de Donald Trump.

La politique à l’ère des médias sociaux offre l’opportunité d’un cours accéléré en psychologie de la désinformation. Entre les biais de confirmation et les Facebookiens qui partagent un texte sans l’avoir lu, journalistes et communicateurs tentent de s’ajuster. Jusqu’à six personnes sur 10 ne liront que le titre d’un article, rappelle le psychologue Gleb Tsipursky dans […]

Présidence française: débat à cinq

debat France

Marine Le Pen, François Fillon, Emmanuel Macron, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélanchon, les cinq principaux candidats au premier tour de l’élection présidentielle française, le 23 avril, ont débattu à la télévision pendant plus de trois heures le 20 mars.

TF1
21 mars 2017 à 9h05

Des jeunes Franco-Ontariens veulent profiter de l’engouement pour l’humour

Neev, JC Surette, Chloé Thériault, Mickaël Girouard, Ilann Morissette, Brooke Jenicek et Jérémie Larouche.

L’industrie de l’humour est en pleine expansion au pays, et des jeunes francos sont bien placés pour en profiter. «Il a un boum dans l’humour, c’est une bonne période», confirme l’humoriste acadien J-C Surette, qui clôturait samedi soir le Gala des Rendez-vous de la Francophonie animé par un autre humoriste, Neev, à l’auditorium de l’école secondaire Saint-Frère-André […]


21 mars 2017 à 0h34

Des cohortes de Restavèks maltraités en Haïti

Gabriel Osson

«J’ai vécu à Haïti quand j’étais jeune. Un enfant, proche de ma famille, était resté chez nous. C’était un Restavèk», se souvient l’écrivain Gabriel Osson. L’écrivain aux multiples talents vient de publier son nouveau livre, Hubert, le Restavèk, une histoire fictive, mais portant si représentative de la réalité pour des milliers d’enfants de l’île. Il s’agit du […]


21 mars 2017 à 0h32

Une supplémentaire à Toronto pour Louis-José Houde

Louis-José Houde (Photo: Yves Lefebvre)

Ayant déjà vendu tous les billets pour le spectacle de l’humoriste Louis-José Houde le jeudi 4 mai, Francophonie en Fête ajoute une supplémentaire le vendredi 5 mai, toujours au théâtre Randolph (736 Bathurst au sud de Bloor). Les billets sont en vente en ligne. C’est la première fois que Francophonie en Fête, qui organise plusieurs concerts et d’autres activités pendant […]


21 mars 2017 à 0h30

Parlons chanson avec… Richard Desjardins

Richard Desjardins (Photo: Michel Dompierre)

Quand il est question de Richard Desjardins, il est difficile – pour ne pas dire impossible – de faire la part entre l’artiste, l’homme, le citoyen et l’empêcheur de tourner en rond… Les étudiants de Parlons chanson ont donc choisi d’aborder toutes ces facettes de front lorsqu’ils ont questionné Desjardins au sujet de Notre-Dame des Scories, une […]


21 mars 2017 à 0h29

Les enjeux de l’évolution démographique pour la communauté franco-ontarienne

Mona Fortier (libérale) et Émilie Taman (néo-démocrate) sont candidates dans Ottawa-Vanier.

Affirmer que la circonscription d’Ottawa-Vanier est un bastion libéral n’a rien d’exagéré. Au fédéral, les libéraux sont les seuls à avoir détenu la circonscription depuis sa création en 1935. Au provincial, où elle existe depuis 1908, la circonscription a presque toujours été représentée par un député libéral, exception faite de quelques courtes périodes pendant lesquelles […]


21 mars 2017 à 0h28

Pour les immigrantes, l’émancipation passe par la littératie financière

Serge Paul, Dada Gasirabo, Fayza Abdallaoui et Mélanie Parent ont travaillé sur le projet de promotion de littératie financière.

Le revenu moyen des femmes est encore, au Canada, d’environ 30% inférieur à celui des hommes, même si, à travail égal, les femmes sont désormais payées autant que les hommes. Pour contribuer à effacer cette discrimination résiduelle ou systémique, l’association Oasis Centre des Femmes a lancé un projet de recherche sur la «littératie financière», en phase avec les pouvoirs publics […]


21 mars 2017 à 0h27
Voir tous les articles

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur