La couronne de Noël

En cette période de Noël, il est de tradition de voir de nombreuses naissions décorées avec des couronnes de verdure et de fleurs, accrochées aux portes ou arborées aux fenêtres. Mais on peut se demander d’où vient une telle tradition qui ne semble guère avoir de lien avec Noël, la fête de la Nativité.

Le solstice d’hiver

Pour retrouver les sources de cette tradition, il faut remonter dans le temps, aux fêtes du solstice d’hiver, célébré dans le monde romain comme dans le monde germanique ou scandinave. Cette fête marquait l’espoir de la renaissance du soleil, qui cessait de décliner sur l’horizon et reprenait vigueur en prolongeant la durée du jour.

C’était le triomphe de la Lumière sur les Ténèbres, le temps de la renaissance après la mort, la fête de la Vie en somme.

De nombreux symbolismes servaient à concrétiser cette vision de renaissance de la vie. Les Romains décoraient déjà les maisons avec du feuillage vert, pou manifester la persistance de la vie, une tradition qui s’est maintenue longtemps.

Au XIe siècle, un évêque de Worms, en Allemagne, interdisait à ses ouailles de décorer leur maison «avec de la verdure prise sur les arbres», ce qui montre qu’une telle pratique était toujours répandue et considérée comme «païenne».

Roue symbolique

Certains peuples, comme les Germains, tressaient des roues de feuillage et leur faisaient dévaler les pentes, après les avoir enflammées. Ils réunissaient ainsi plumeurs symboles, la verdure, le feu, symbole de la lumière solaire, et la roue.

Car la roue est riche de symboles anciens: celui du cycle solaire, qui passe et repasse. C’est un signe de renouvellement, de nouveau départ. C’est la roue du temps qui s’écoule et donc du mouvement perpétuel, du devenir, du retour. La roue est ainsi étroitement associée à la renaissance.

Comme on l’a vu dans l’article de L’Express du 20 décembre 2005, Sous le soleil de Mithra, en 354, le pape Libère désigne officiellement le 25 décembre comme fête de la naissance du Christ. Mais, ce faisant, il y associe des traditions de la célébration du solstice d’hiver, comme la verdure (décoration, arbre), la lumière, le feu de la bûche, dont il a été question dans plusieurs articles. Et la roue se trouve aussi transposée sous la forme d’une couronne, un nom plus noble.

On la trouve sous deux formes, la couronne de l’Avent et celle de Noël.

La couronne de l’Avent est mentionnée au XVIe siècle. Elle reprenait les symboles de la roue: le déroulement du temps, le retour de Noël auquel il faut se préparer, en attendant le retour du Christ.

La couronne est faite de branchages de couleur verte, symbole de vie, d’espoir.

On la posait à plat ou on la suspendait avec quatre bougies marquant les quatre dimanches ou semaines de l’Avent. On en allumait une de plus à chaque fois, en retrouvant ainsi le vieux symbolisme du feu associé au solstice.

C’est une adaptation spécifique à la fête de Noël de la couronne de l’Avent, sans doute pour en prolonger l’esprit et le symbolisme. Au début, on les suspendait au plafond, tel un luminaire, ou on les déposait sur une table.

Les feuilles et le feu

Mais en Allemagne et dans les pays scandinaves, on a aussi utilisé de telles couronnes comme éléments décoratifs, en les suspendant aux portes ou aux fenêtres. Traditionnellement, ces couronnes de branchages ou de feuillage de couleur verte étaient nouées et suspendues par des rubans de couleur rouge, celle du feu et du soleil.

En passant, en Angleterre, la couronne suspendue à la porte des maisons s’est enrichie d’une nouvelle signification. Une couronne accrochée à la porte d’un domicile est signe d’hospitalité. Elle évoque l’accueil chaleureux que recevront ceux qui en franchiront le seuil.

Les Européens ont importé ces traditions en Amérique du Nord, au fil du temps, et elles y sont devenues populaires. La couronne de Noël a perdu le sens de ses origines, trop lointaines pour qu’elles soient encore très présentes.

La couronne d’épines?

De plus, on s’est efforcé de christianiser sa signification, comme ce fut souvent le cas avec des traditions trop ancrées dans les coutumes pour qu’elles soient déracinables. On a même évoqué une préfiguration de la couronne d’épines du Christ, en y attachant sans doute des feuilles vertes de houx, munies de piquants.

Les couronnes modernes, le plus souvent en plastique, n’évoquent plus guère la pérennité de la vie, que symbolisaient les feuillages toujours verts utilisés autrefois. Et le fait de parler de couronne nous éloigne de la roue et de ses riches symboles, évoqués plus haut.

Objet décoratif, la couronne de Noël n’en reste pas moins attachée à la célébration antique, qui persiste encore dans certaines régions, du solstice d’hiver, qui marque la renaissance de la vie et de l’espoir, avec la lumière et la chaleur du soleil.

Javascript est requis pour voir les commentaires alimentés par Disqus.

+Récents

Combo «Agri-Culture» autour de St. Catharines

Ruelle de grafittis et murales devant le FirstOntario Performing Arts Centre à St. Catharines. (Photo: Nathalie Prézeau)

Le seul spectacle en français que l’imitateur André-Philippe Gagnon fera cet automne lors de sa tournée ontarienne sera celui de St. Catharines le 20 octobre. On pourrait s’étonner qu’une ville de 130 000 habitants, dont environ 4 000 francophones, ait pris une telle initiative, mais le magnifique centre des arts FirstOntario Performing Arts Centre, géré […]


26 septembre 2016 à 23h32

Tintamarre de 1000 jeunes à Toronto pour le Jour des Franco-Ontariens

Les élèves de nos deux conseils scolaires se sont rassemblée en face de l'hôtel de ville de Toronto pour la levée du drapeau franco-ontarien.

Plus d’un millier d’élèves des écoles françaises laïques et catholiques de Toronto ont bravé la pluie pour se rassembler au centre-ville, vendredi midi, pour fêter le Jour des Franco-Ontariens (officiellement ce dimanche 25) et chanter Mon beau drapeau pendant qu’était hissé le drapeau vert et blanc au mat de l’hôtel de ville. À 10h, plusieurs […]


23 septembre 2016 à 21h34

Université franco-ontarienne: Dyane Adam présidera un Conseil de planification

Dyane Adam

L’ancienne commissaire aux langues officielles du Canada, Dyane Adam, ex-principale du campus Glendon de l’Université York, présidera un nouveau «Conseil de planification pour une université de langue française». Ce n’est pas encore la gouvernance d’une future université franco-ontarienne, réclamée par le mouvement associatif et le projet de loi privé de la députée néo-démocrate France Gélinas, […]


22 septembre 2016 à 16h46

Pas de nouveaux projets d’énergie renouvelable

eoliennes

Dans le but de réduire la facture d’électricité des Ontariens – un enjeu électoral de plus en plus sensible – le gouvernement provincial suspend la deuxième ronde de son processus d’approvisionnement pour les grands projets d’énergie renouvelable, mettant fin à l’achat de plus de 1000 mégawatts  d’énergie solaire, éolienne, hydroélectrique, de bioénergie et d’énergie produite […]


27 septembre 2016 à 17h44

La Cour suprême de Colombie-Britannique reconnaît des besoins spéciaux aux écoles francophones

cb

La Cour suprême de Colombie-Britannique accédé partiellement à la requête du milieu scolaire francophone. Le gouvernement devra financer du transport additionnel mais pas nécessairement la construction de nouvelles écoles.

TFO #ONfr
27 septembre 2016 à 16h41

Une majorité de résidents pour une ville d’Ottawa bilingue

OttawaBilingue

72% des résidents d’Ottawa appuieraient le bilinguisme officiel de la Ville si la démarche n’impose pas de coûts additionnels et ne cause pas de pertes d’emploi, selon un récent sondage publié ce mardi par le regroupement #OttawaBilingue. Une bonne majorité d’entre eux (68%) croient aussi que le bilinguisme officiel de la Ville aurait un impact […]


27 septembre 2016 à 11h58

Débat Trump-Clinton non concluant

Donald Trump, Hillary Clinton.

On n’a pas eu à éponger de sang sur la scène de l’université Hofstra (New York) après le premier débat télévisé Trump-Clinton lundi soir, les deux candidats présidentiels américains paraissant retenir leurs coups. Hillary Clinton et Donald Trump ont esquivé relativement facilement les allusions/allégations/accusations les plus dangereuses et sont même restés plutôt polis l’un envers l’autre. […]


27 septembre 2016 à 2h11

Une première croisière «French Touch» réussie

Embarquement sur le Empress of Canada.

La croisière French Touch du jeudi 22 septembre a rassemblé une centaine de personnes sur le bateau à trois ponts Empress of Canada. Cette première activité de Clink Toronto, l’entreprise d’Adra Berezintsev, a permis à ces curieux de manger, danser, réseauter et découvrir des jeunes professionnels franco-torontois et leurs projets. «Je veux promouvoir des entreprises […]


26 septembre 2016 à 23h22

Stefie Shock commence avec Gainsbourg et finit avec… Stefie Shock

Stefie Shock et Fanny Bloom sur la scène du théâtre Randolph le 24 septembre. (Photo: André Pilon)

Le concert des 12 belles dans la peau de Stefie Shock, un hommage à Serge Gainsbourg et à ses amours, a charmé le public du festival Francophonie en fête au théâtre Randolph, samedi soir. Le musicien et chanteur québécois, accompagné des chanteuses Fanny Bloom, Gaëlle et (en remplacement de Pascale Bussière) Émilie, avec des musiciens […]


26 septembre 2016 à 23h21

Michel Rivard, maître de la scène et de la foule

Michel Rivard sur la scène du théâtre Randolph le 23 septembre. (Photo: Nathalie Prézeau)

C’est à la veille de son 65e anniversaire de naissance (!) que Michel Rivard, superbement accompagné de deux musiciens, est monté sur la scène du théâtre Randolph du festival Francophonie en fête vendredi soir. Ça ne rajeunissait personne dans la salle, bien qu’on pouvait être encouragé de constater que l’ex-Beau dommage affiche toujours une forme […]


26 septembre 2016 à 23h19

«Je vais amener mon accent franco-ontarien partout»

Céleste Lévis au théâtre Spadina de l'AFT pour Francophonie en fête 2016. (Photo: Bianka Giuristante)

 Bianka Giuristante est étudiante en journalisme à Toronto au collège d’arts appliqués La Cité. Dans le cadre du festival Francophonie en fête de Toronto, la Franco-Ontarienne Céleste Lévis montait sur la scène du théâtre Spadina de l’Alliance française, jeudi soir. Accompagnée de son guitariste et d’un homme à tout faire, cette dernière proposait une soirée intime […]


26 septembre 2016 à 23h18

Michel Bénac: franco-unique!

Michel Bénac au 918 Bathurst pour Francophonie en fête 2016. (Photo: Thomson Birara)

 Thomson Birara est étudiant en journalisme à Toronto au collège d’arts appliqués La Cité. Pourquoi y a-t-il si peu de Franco-Ontariens dans l’univers musical canadien? Selon Michel Bénac, chanteur du groupe Swing, c’est une question d’acceptation de soi et d’appui de la communauté. Le festival Francophonie en fête accueillait Michel Bénac, mercredi dernier, au 918 Bathurst, […]


26 septembre 2016 à 23h18
Voir tous les articles

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur