Vive l’infonuagique 3.0

infonuagique

6 février 2017 à 20h18

En informatique, trois facteurs irritent particulièrement les administrateurs financiers et décisionnels d’organisations de toutes tailles.

  • Prévision difficile des investissements.
    Les investissements en ressources humaines et en serveurs (CPU, mémoire et disque) sont imprévisibles puisqu’ils surviennent fréquemment à la suite d’une nouvelle application ou d’une mise à jour. En réalité, il n’y a bien peu à faire puisque le besoin est urgent et nécessaire.
  • Stabilité, disponibilité et performance des applications.
    Chaque minute perdue, quand les employés ou pire, quand les clients attendent devant un écran qui ne répond pas coûte très cher à une entreprise.
  • Main-d’œuvre qualifiée et disponible.
    La disponibilité d’une main-d’œuvre spécialisée est très limitée et coûteuse. De plus, le maintien de la connaissance technologique dans une organisation est souvent ardu.

L’avènement de la virtualisation en informatique a permis trois grandes avancées et a mené les organisations à tirer avantage de bénéfices indéniables : redondance inhérente, mobilité, flexibilité pour croître ou consolider rapidement, sécurité accrue, et bien d’autres.

Virtualiser un environnement

La première vague du cloud: déménager le stockage et les serveurs physiques vers un environnement cloud virtualisé. L’équipe IT est nécessaire pour gérer les bases de données, la sécurité, les applications, etc.

Le premier objectif de l’infonuagique consistait à virtualiser un environnement sur une plateforme disponible par le réseau privé ou internet.

Ce changement a permis aux organisations de TI (technologie de l’information) de distribuer leurs services de façon plus efficace et de limiter les besoins en espaces physiques pour les disques et processeurs. Si les améliorations furent indéniables au niveau de la stabilité et de l’accessibilité, la réalité du support technologique et les investissements imprévisibles ne changeaient pas.

Une organisation devait avoir le même niveau d’expertise et devait régulièrement augmenter la performance des serveurs.

infonuagique

Simplifier l’accessibilité des ressources

Toujours en forte croissance, la deuxième vague importante au niveau de l’infonuagique consiste à utiliser des ressources virtuelles appartenant à des organisations spécialisées.

Essentiellement, une organisation de TI peut avoir accès à des serveurs (disques, CPU et mémoires) en fonction de leurs demandes afin d’y installer un système d’opération et des applications.

La simplicité d’accès aux ressources virtuelles améliore certainement la flexibilité, la disponibilité et la stabilité des services. Le flux d’investissements en capitaux est ainsi réduit et rend le budget opérationnel plus malléable.

Toutefois, l’un des trois irritants persiste: l’expertise interne est toujours la clé pour assurer une certaine évolution et stabilité.

Faciliter la gestion

La troisième vague correspond à l’infonuagique 3.0: amener les applications et tous les outils de gestion dans l’environnement cloud. L’équipe IT n’est plus nécessaire.

L’infonuagique 3.0 connaît une croissance impressionnante et est souvent référée a SaaS (Logiciel en tant que service ou Software as a service) et aussi utilisée pour (Sécurité en tant que Service ou Security as a Service), mais va bien au-delà. Elle permet aux grandes, moyennes, et maintenant, aux petites organisations de faciliter la gestion de l’informatique en utilisant, en tout ou en partie, une suite de services qui est facturée mensuellement ou selon les besoins.

  • Le réseau, l’accès, la redondance et le test de celui-ci continuellement gérés par les experts chez votre partenaire infonuagique.
  • Une couche de sécurité accrue qui non seulement agit en pare-feu, mais également qui supervise, rapporte et élimine les tentatives d’attaques et gère le trafic interne pour contrôler les accès par utilisateur ou groupe d’utilisateurs.
  • Les serveurs Microsoft, Linux ou autres. Adaptant constamment les ressources afin d’optimiser la performance et en appliquant les ‘patch’ de sécurité selon les meilleures pratiques sécuritaires.
  • Les prises de sauvegardes assurant ainsi une paix d’esprit puisqu’elles sont gérées et testées régulièrement.
  • Un plan de recouvrement de désastre intégré.
  • La suite de services peut même inclure les applications usagers, par exemple Office 365, courriel, téléphonie, communications unifiées, ERP (système de planification des ressources d’entreprise), etc.

Pour les organisations, les avantages de faire affaire avec un groupe d’experts en infonuagique sont nombreux puisqu’ils sont en constante évolution, à la fine pointe de la technologie et qu’ils offrent un niveau de services garantis. Les prévisions financières sont aussi facilitées et la sécurité, la mobilité ainsi que la disponibilité sont accrues.

Les experts technologiques des organisations peuvent ainsi se concentrer à créer de la valeur en améliorant les applications critiques, plutôt que de gérer un environnement difficile et souvent hostile.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Le Cuba hors plages vous attend

L'hôtel Los Jazmines.
Selon le bureau du tourisme cubain, 98% des Canadiens qui voyagent à Cuba vont essentiellement dans des centres de vacances tout inclus. «Je rencontre...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h40

Winnipeg, la porte de l’Ouest

Le site historique La Fourche. (Photo: Sandra Dorélas)
On connaît Winnipeg, capitale du Manitoba, pour son équipe de hockey, les Jets, et pour son fameux personnage Winnie l’ourson. Mais Winnipeg, c’est évidemment...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h38

Molière reste d’actualité

Monsieur Jourdain interprété par François-Michel Pellequer.
La troupe des Anciens de l’Université de Toronto s’est attaquée au Bourgeois gentilhomme, les 21 et 22 avril au théâtre George Ignatieff. Mise en...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h36

Pas d’erreur pour les élèves du Collège français

La troupe de «Erreur des pompes funèbres en votre faveur», à l'issu de leur première.
Peut-être que les pompes funèbres se sont trompées sur le nom du défunt, mais le Collège français a eu raison de faire confiance à ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h34

La francophonie canadienne a souvent fait bon usage du Sénat

rep-francophoniecanadienne
«Les sénateurs des communautés francophones et acadienne du Canada (CFC) ont souvent mobilisé l’opinion publique sur les questions linguistiques, une tradition qui se poursuit....
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h32

La marijuana n’aurait jamais dû être illégale

marijuana-prison
Dans ses récentes communications, le gouvernement libéral de Justin Trudeau a confirmé vouloir «légaliser, réglementer et restreindre» l’accès à la marijuana d’ici l’été 2018....
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h30

Le «porte-parole de la Terre» à la TSF

Yann Arthus-Bertrand a visité le ravin de la TSF, un projet du club de l'environnement animé par Josette Bouchard.
Cette année, la célébration de la Semaine de la Terre a revêtu un éclat particulier et demeurera un événement dans la mémoire collective de...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h28

Niagara Falls: l’école NDJ célèbre son 25e

Marquis Charrette, directeur de l’école Notre-Dame-de-la-Jeunesse, Roxanne Rees, présidente du conseil d’école, Anik Gagnon, surintendante de l’éducation, Melinda Chartrand, présidente du Conseil, Jean Chartrand, directeur fondateur de l’école, Kim Craitor et Victor Pietrangelo, conseillers municipaux à  Niagara Falls, Père William Derousie, curé de la Paroisse Saint-Antoine.
Plusieurs membres de la communauté scolaire de l’école élémentaire catholique Notre-Dame-de-la-Jeunesse à Niagara Falls se sont rassemblés ce vendredi 21 avril pour célébrer son...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h27

PanTech 2017 : nos jeunes au camp techno de Microsoft

Des jeunes dans leur élément.
Une centaine d’élèves de 6e année provenant des écoles élémentaires des Quatre-Rivières (Orangeville), Horizon-Jeunesse (Mississauga), Carrefour des jeunes (Brampton) et Félix-Leclerc (Toronto) ont participé...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h27

Une guerre nucléaire toujours possible?

Explosion nucléaire (Photo: The Official CTBTO Photostream - Flickr)
En lice pour le titre le plus déprimant de l’année: des experts contemplent la possibilité d’une guerre nucléaire. En décembre dernier, lors d’un colloque à Santa...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h26

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur