Un rien qui contient tout

Le tout dernier roman de Daniel Poliquin, L’Historien de rien, ne compte guère plus de 180 pages. Mais quel concentré de vitalité et de spiritualité. Les personnages sont presque tous des Franco-Ontariens et leurs sentiments sont… universels. En ce sens, la plume de Daniel Poliquin demeure aussi éloquente que celle de Michel Tremblay.

Le narrateur de L’Historien de rien est Thomas Francœur, mais nous ne l’apprenons qu’au milieu du roman. L’ouvrage est divisé en trois parties: La petite mère, À l’ex et Rocky. J’ai commencé par la deuxième partie, car je savais que l’«ex» voulait dire l’Exposition du Canada central. Je me suis régalé, car j’ai retrouvé tous les lieux de mon adolescence: la Côte-de-Sable, le magasin Freiman, l’église Sacré-Cœur, l’Université d’Ottawa et l’école Garneau à deux pas de mon premier appartement à Ottawa.

Le narrateur de L’Historien de rien est Thomas Francœur, mais nous ne l’apprenons qu’au milieu du roman. L’ouvrage est divisé en trois parties: La petite mère, À l’ex et Rocky. J’ai commencé par la deuxième partie, car je savais que l’«ex» voulait dire l’Exposition du Canada central. Je me suis régalé, car j’ai retrouvé tous les lieux de mon adolescence: la Côte-de-Sable, le magasin Freiman, l’église Sacré-Cœur, l’Université d’Ottawa et l’école Garneau à deux pas de mon premier appartement à Ottawa.

En lisant la section «Rocky» je me suis aussi régalé dans les deux sens du terme. Il est fait mention du Dairy Queen dans le bout de Manor Park à Ottawa; cela m’a rappelé que j’ai souvent pédalé jusque-là pour savourer «un cornet de crème à glace molle». Saucé dans le chocolat, s’il vous plaît!

Thomas Francœur ou Tom visite l’ex avec deux autres gars. Il décrit que c’est là qu’il a commencé à se sentir un peu bum, à cesser de ressembler à ses frères. Tom en est fier, car, précise-t-il, «j’étais devenu quelqu’un d’autre. Quelqu’un, en tout cas.»

L’Historien de rien décrit le milieu franco-ontarien d’Ottawa et de sa banlieue. L’auteur raconte que, au milieu du siècle dernier, lorsqu’une personne disparaissait de la circulation, les gens disaient: «Pour moi, il doit être rendu à Toronto astheure…» Quand on dit ça, on a tout dit, ajoute-t-il.

Dans «Rocky», il est question du père Robitaille, aumônier des scouts. Je l’ai connu lorsque je vivais à la Résidence du Sacré-Cœur au début des années 1960. Il était vicaire à la paroisse Sacré-Cœur. Parlant des années 1960, Poliquin note que l’Église perdait alors ses fidèles, que «la communauté francophone [de la Côte-de-Sable] déménageait au Québec ou en banlieue, à Orléans par exemple.

Orléans, qui est maintenant intégré à Ottawa, fait l’objet d’un jugement critique dans ce roman: «Connaissez-vous Orléans? Je ne vous le souhaite pas.» Poliquin indique que c’est «plein de maisons toutes faites pareilles», de gazons bien tondus, de familles qui ont «tous les gadgets de la vie moderne, mais pas un livre». Les gens d’Orléans disent Orleenz; ils sont «tellement colons qu’ils ne savent pas que le nom de la ville est français».

À l’université, Thomas Francœur a l’œil sur une certaine Anna. Il s’inscrit à un cours d’allemand juste pour l’admirer. Mais lorsque Tom découvre qu’elle a un petit ami, il oublie tout l’allemand qu’il a appris et décide de ne jamais mettre «les pieds en Allemagne par rancune». Aussi autobiographique que soit L’Historien de rien, on sait que l’auteur a évidemment fait tout le contraire; il a obtenu une maîtrise en allemand avant de décrocher son doctorat en lettres.

L’éditeur Boréal écrit que «s’il vous est arrivé de douter que l’Ontario francophone est un pays de magie et de merveilles, il vous faut lire le nouveau Daniel Poliquin». Ce roman apporte la preuve que «la vie n’est jamais aussi riche que lorsqu’elle échappe aux grands bouleversements de l’Histoire».

Mais qu’est-ce que l’«historien de rien» peut alors raconter? «Il lui reste à faire l’inventaire des milliers de petites choses essentielles que contient ce rien.»

Le roman se termine sur cette phrase: «Je ne suis sûr que d’une chose: je n’ai pas dit mon dernier mot.» On est donc certain qu’Ottawa refera surface dans un autre ouvrage de Daniel Poliquin. Deo gratias.

Daniel Poliquin, L’Historien de rien, roman, Montréal, Éditions du Boréal, 2012, 184 pages, 21,50 $.

Javascript est requis pour voir les commentaires alimentés par Disqus.

+Récents

Xavier Guidis est là pour rendre service

Xavier Guidis, concierge à l'hôtel Trump de Toronto.

Que ce soit pour trouver un mode de transport original, des billets de concert ou de hockey de dernière minute, un vêtement ou un accessoire unique, aucune requête n’est trop grande ou trop petite pour Xavier Guidis, concierge à l’hôtel Trump de Toronto. «Ce ne sont pas tous les voyageurs qui réalisent qu’ils peuvent nous […]


23 août 2016 à 4h59

Les funérailles de Mauril Bélanger samedi

Mauril Bélanger 1955-2016.

Les funérailles du député Mauril Bélanger auront lieu ce samedi 27 août, à la basilique-cathédrale Notre-Dame d’Ottawa. De nombreux députés et personnalités publiques, notamment du mouvement associatif canadien-français, sont attendus pour la cérémonie. C’est le premier ministre Justin Trudeau lui-même, «le coeur lourd», qui avait annoncé le décès, le 16 août à l’âge de 61 […]


23 août 2016 à 4h58

Sault Sainte-Marie et son lac Supérieur

Benoit Legault apprend les rudiments de la pêche à la mouche dans les rapides de Sault Sainte-Marie.

Sault Sainte-Marie et son lac Supérieur: voici deux lieux bruts et rudes à apprivoiser. Un par sa culture, l’autre par sa nature. De bonnes surprises vous attendent, une fois les aspects farouches apprivoisés. C’est une région magnifique l’été, et formidable l’automne. Dès mon arrivée au Sault, on me fait enfiler des «waders», et je dois […]


23 août 2016 à 4h57

Pourquoi l’Italie a tremblé

Les dégâts du séisme en Italie vus par un drone.

Le tremblement de terre qui a tué mercredi au moins 250 personnes, dans le centre montagneux de l’Italie, s’est produit dans une zone géologiquement très complexe… et pour cette raison, très active. Deux frottements s’y croisent à la vitesse des plaques tectoniques. D’une part, la «micro-plaque» adriatique passe dans un axe est-ouest, sous la chaîne des monts […]


25 août 2016 à 2h21

3 morts à Scarborough: agression à l’arbalète?

arbalete

Trois personnes ont été tuées jeudi dans une agression armée, possiblement à l’arbalète, à Toronto.

Radio-Canada
25 août 2016 à 2h12

Une armée nano contre les tumeurs cancéreuses

nanorobots

Relâcher une armée microscopique pour s’attaquer à des tumeurs cancéreuses colorectales: la médecine a rejoint la science-fiction et vous risquez d’en entendre beaucoup parler. Comme dans Le Voyage fantastique d’Asimov, où un véhicule miniature circule dans le flux sanguin pour transporter dans un corps humain des médecins réduits à la taille de microbes, une équipe […]

Poursuite de 50 millions $ pour intimidation: l’école Saint-Joseph affirme avoir bien agi

StJoseph2

Le Conseil scolaire Viamonde nie avoir fait preuve de négligence envers une fillette qui aurait été victime d’intimidation à l’école Saint-Joseph de Penetanguishene. Sa famille poursuit le conseil pour 50 millions $.

Radio-Canada
25 août 2016 à 10h03

Zika: combattre le virus et la peur en même temps

zeka

Zika? Quel zika? C’est la question que certains athlètes doivent se poser, du moins ceux qui ont décidé de ne pas aller à Rio par peur du virus. Au Brésil, en dépit de toutes les rumeurs virales, athlètes et spectateurs des Olympiques n’ont pas du tout été troublés par les moustiques porteurs du zika. Il semble […]


24 août 2016 à 3h06

Burkini: les médias français remarquent la position de Justin Trudeau

Justin Trudeau

Justin Trudeau a défendu, lundi, les droits de libertés de cultes guarantissant le port du burkini.

Le Nouvel Observateur
24 août 2016 à 2h37

Suicide ou aide médicale à mourir?

La page d'accueil du site de Dignitas en Suisse.

Le 18 août 2016, après 45 ans de lutte contre la sclérose en plaques, ma sœur jumelle a choisi de mettre fin à ses jours. Pour ce faire, elle a dû se rendre chez  Dignitas – Vivre dignement – Mourir dignement, en Suisse, pour «un suicide assisté». Le Canada ne pouvait pas lui permettre de […]


24 août 2016 à 1h09

L’écosystème le plus diversifié du corps: l’intestin

La prof Emma Allen-Vercoe (en noir) de l’Université de Guelph, s'intéresse au microbiote intestinal humain.

La clé pour une meilleure santé passe par notre intestin. C’est du moins la conclusion à laquelle est parvenue la prof Emma Allen-Vercoe de l’Université de Guelph, à la suite de ses recherches sur l’écosystème du microbiote intestinal humain. Le microbiote est un terme qui peut paraître compliqué, mais il s’agit tout simplement d’un ensemble […]


24 août 2016 à 12h58

Stef Paquette met le cap sur la Planète BRBR

Stef Paquette en entrevue avec l'émissions Matin du Nord

Refuser un emploi d’animateur culturel dans une des écoles secondaires les plus prestigieuses d’Ottawa pour accepter d’animer une émission de télévision sur la chaîne TFO : voilà le choix déchirant qu’a fait cet été le Sudburois Stef Paquette.

Radio-Canada
24 août 2016 à 10h32

La moitié du financement des projets de transport en commun viendra du fédéral

train

Le gouvernement du Canada, l’Ontario et les municipalités accorderont un financement combiné de près de 3 milliards $ pour la réalisation de projets de transport en commun aux quatre coins de la province, dont environ le tiers dans le Grand Toronto. Les premiers ministres Justin Trudeau et Kathleen Wynne en ont fait l’annonce ce mardi […]


23 août 2016 à 1h13
Voir tous les articles

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur