Un rien qui contient tout

Le tout dernier roman de Daniel Poliquin, L’Historien de rien, ne compte guère plus de 180 pages. Mais quel concentré de vitalité et de spiritualité. Les personnages sont presque tous des Franco-Ontariens et leurs sentiments sont… universels. En ce sens, la plume de Daniel Poliquin demeure aussi éloquente que celle de Michel Tremblay.

Le narrateur de L’Historien de rien est Thomas Francœur, mais nous ne l’apprenons qu’au milieu du roman. L’ouvrage est divisé en trois parties: La petite mère, À l’ex et Rocky. J’ai commencé par la deuxième partie, car je savais que l’«ex» voulait dire l’Exposition du Canada central. Je me suis régalé, car j’ai retrouvé tous les lieux de mon adolescence: la Côte-de-Sable, le magasin Freiman, l’église Sacré-Cœur, l’Université d’Ottawa et l’école Garneau à deux pas de mon premier appartement à Ottawa.

Le narrateur de L’Historien de rien est Thomas Francœur, mais nous ne l’apprenons qu’au milieu du roman. L’ouvrage est divisé en trois parties: La petite mère, À l’ex et Rocky. J’ai commencé par la deuxième partie, car je savais que l’«ex» voulait dire l’Exposition du Canada central. Je me suis régalé, car j’ai retrouvé tous les lieux de mon adolescence: la Côte-de-Sable, le magasin Freiman, l’église Sacré-Cœur, l’Université d’Ottawa et l’école Garneau à deux pas de mon premier appartement à Ottawa.

En lisant la section «Rocky» je me suis aussi régalé dans les deux sens du terme. Il est fait mention du Dairy Queen dans le bout de Manor Park à Ottawa; cela m’a rappelé que j’ai souvent pédalé jusque-là pour savourer «un cornet de crème à glace molle». Saucé dans le chocolat, s’il vous plaît!

Thomas Francœur ou Tom visite l’ex avec deux autres gars. Il décrit que c’est là qu’il a commencé à se sentir un peu bum, à cesser de ressembler à ses frères. Tom en est fier, car, précise-t-il, «j’étais devenu quelqu’un d’autre. Quelqu’un, en tout cas.»

L’Historien de rien décrit le milieu franco-ontarien d’Ottawa et de sa banlieue. L’auteur raconte que, au milieu du siècle dernier, lorsqu’une personne disparaissait de la circulation, les gens disaient: «Pour moi, il doit être rendu à Toronto astheure…» Quand on dit ça, on a tout dit, ajoute-t-il.

Dans «Rocky», il est question du père Robitaille, aumônier des scouts. Je l’ai connu lorsque je vivais à la Résidence du Sacré-Cœur au début des années 1960. Il était vicaire à la paroisse Sacré-Cœur. Parlant des années 1960, Poliquin note que l’Église perdait alors ses fidèles, que «la communauté francophone [de la Côte-de-Sable] déménageait au Québec ou en banlieue, à Orléans par exemple.

Orléans, qui est maintenant intégré à Ottawa, fait l’objet d’un jugement critique dans ce roman: «Connaissez-vous Orléans? Je ne vous le souhaite pas.» Poliquin indique que c’est «plein de maisons toutes faites pareilles», de gazons bien tondus, de familles qui ont «tous les gadgets de la vie moderne, mais pas un livre». Les gens d’Orléans disent Orleenz; ils sont «tellement colons qu’ils ne savent pas que le nom de la ville est français».

À l’université, Thomas Francœur a l’œil sur une certaine Anna. Il s’inscrit à un cours d’allemand juste pour l’admirer. Mais lorsque Tom découvre qu’elle a un petit ami, il oublie tout l’allemand qu’il a appris et décide de ne jamais mettre «les pieds en Allemagne par rancune». Aussi autobiographique que soit L’Historien de rien, on sait que l’auteur a évidemment fait tout le contraire; il a obtenu une maîtrise en allemand avant de décrocher son doctorat en lettres.

L’éditeur Boréal écrit que «s’il vous est arrivé de douter que l’Ontario francophone est un pays de magie et de merveilles, il vous faut lire le nouveau Daniel Poliquin». Ce roman apporte la preuve que «la vie n’est jamais aussi riche que lorsqu’elle échappe aux grands bouleversements de l’Histoire».

Mais qu’est-ce que l’«historien de rien» peut alors raconter? «Il lui reste à faire l’inventaire des milliers de petites choses essentielles que contient ce rien.»

Le roman se termine sur cette phrase: «Je ne suis sûr que d’une chose: je n’ai pas dit mon dernier mot.» On est donc certain qu’Ottawa refera surface dans un autre ouvrage de Daniel Poliquin. Deo gratias.

Daniel Poliquin, L’Historien de rien, roman, Montréal, Éditions du Boréal, 2012, 184 pages, 21,50 $.

Javascript est requis pour voir les commentaires alimentés par Disqus.

+Récents

Mars: le rêve d’Elon Musk impossible sans fonds publics

astronaute_sur_mars-fbe9de7bcc273154ceaac84d51a954955224f248

Le gros bémol derrière le projet de colonisation de Mars présenté cette semaine par le milliardaire Elon Musk n’est pas la technologie: celle nécessaire à l’envoi de colons et à la construction d’une base sur Mars existe. Le problème est le financement. Le discours Faire de l’humain une espèce multiplanétaire, prononcé le 27 septembre, a […]


29 septembre 2016 à 14h16

Stef Paquette à la recherche du nouveau son franco

afficheBRBR

L’événement musical de la rentrée, dans les communautés francophones hors Québec, est le concours national Planète BRBR, de TFO, dirigé par le chanteur, musicien et «showman» sudburois Stef Paquette. BRBR (prononcé BARBAR) visitera 10 villes canadiennes cet automne pour ce premier concours destiné aux auteurs-compositeurs-interprètes canadien(ne)s francophones en milieu minoritaire. L’an dernier, une tournée BRBR […]


29 septembre 2016 à 12h47

Combo «Agri-Culture» autour de St. Catharines

Ruelle de grafittis et murales devant le FirstOntario Performing Arts Centre à St. Catharines. (Photo: Nathalie Prézeau)

Le seul spectacle en français que l’imitateur André-Philippe Gagnon fera cet automne lors de sa tournée ontarienne sera celui de St. Catharines le 20 octobre. On pourrait s’étonner qu’une ville de 130 000 habitants, dont environ 4 000 francophones, ait pris une telle initiative, mais le magnifique centre des arts FirstOntario Performing Arts Centre, géré […]


26 septembre 2016 à 23h32

Un avocat francophone accusé d’agressions sexuelles à Toronto

francoislesieur

Un avocat torontois de 32 ans, François Lesieur, fait face à quatre chefs d’accusation d’agression sexuelle contre des adolescentes.

Radio-Canada
29 septembre 2016 à 16h30

Renaissance de la culture des poires en Ontario

Pear-on-the-tree-web-1-07071ed1689ed37472bc5b4b514f01ec5c2ed350

Une nouvelle variété a redonné vie à la culture de poires, qui était en voie d’extinction, en Ontario. L’automne dernier, la poire Cold Snap a été lancée — une nouvelle variété résistante aux maladies qui demeure croquante et juteuse, même lorsque le fruit passe du vert au jaune, contrairement aux poires conventionnelles qui deviennent molles […]


29 septembre 2016 à 15h21

La lune aux geysers: pas d’eau, pas de vie

geyser_sur_europe-6d6ab25a0f3383c4f019fd1d87ec627a85ac1dc6

L’observation d’un geyser à la surface d’une lune de Jupiter, annoncée le 26 septembre, est encourageante pour les chasseurs de vie extraterrestre, mais loin de la preuve définitive qu’ils attendent: personne n’est capable d’affirmer hors de tout doute qu’il y a vraiment un océan là-dessous. Et s’il y en a un, s’il est durable. Europe, […]


29 septembre 2016 à 14h43

Le dernier fleuve sauvage d’Europe

fleuve_vjosa-aoos_grece-282b8679e45b18df020c0f255d47bc70a62f6504

Connaissez-vous la Vjosa? C’est le dernier fleuve d’Europe qui coule sans intervention humaine. Mais peut-être plus pour longtemps. Plus de 200 scientifiques de 33 pays ont écrit la semaine dernière au gouvernement Albanais, lui demandant de protéger le «dernier fleuve sauvage d’Europe» d’un projet totalisant huit barrages hydro-électriques. La construction du premier de ces barrages, […]


29 septembre 2016 à 14h14

Deux ans après l’Ebola: la lutte locale

9781783608584-c62b2ebf76db436f174ae5aba87b20a2eea2f827

Deux ans plus tard, quelles leçons retenir de la dernière crise d’Ebola? Réponse: à quel point l’importance des actions locales a été sous-estimée. C’est la thèse défendue par l’anthropologue Paul Richards dans son livre Ebola: How a People’s Science Helped End an Epidemic. Là où les reportages et les analyses des dernières années ont surtout […]


28 septembre 2016 à 17h03

Concours IDÉLLO pour transformer l’expérience en classe

TFO-idello

Depuis le 22 septembre, toutes les écoles primaires et secondaires de l’Ontario et du Québec peuvent s’inscrire au concours Votre école IDÉLLO de TFO. Deux écoles gagnantes seront transformées en un environnement d’apprentissage numérique «stimulant, interactif et collaboratif». «C’est la première d’une série d’initiatives éducatives qui seront déployées à travers le Canada», indique Glenn O’Farrell, […]


28 septembre 2016 à 14h16

Des produits ontariens qui rivalisent avec l’huile d’olive

Jason Persall

Devant la chute des prix des cultures, il y a une dizaine d’années, le producteur de céréales ontarien Jason Persall a dû chercher des moyens d’apporter une valeur ajoutée à sa ferme familiale du comté de Norfolk, au bord du lac Érié. Aujourd’hui, sa marque Pristine Gourmet est populaire tant auprès des chefs qu’auprès des […]


28 septembre 2016 à 12h31

Un «écolodge» de Village Monde en Indonésie

Le projet d'écolodge de Village Monde en Indonésie

Le fondateur de l’organisation québécoise Village Monde, Charles Mony, construira un «écolodge» en Indonésie, grâce à un partenariat avec Filaction via le fond Capital Équitable. Le gite touristique devrait ouvrir ses portes en juin 2017, a-t-il annoncé le 27 septembre, Journée mondiale du tourisme. Tourisme responsable Village Monde soutient des initiatives «améliorant les conditions de […]


28 septembre 2016 à 12h15
Voir tous les articles

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur