Trump: attendre avant de juger

Annie Demirjian, la modératrice; Juan Alsace, consul général des États-Unis à Toronto; Joan Ablett, consultante; Ron Pruessen, prof d’Histoire à l’Université de Toronto; Miloud Chennoufi, prof au Collège des Forces canadiennes à Toronto.

Annie Demirjian, la modératrice; Juan Alsace, consul général des États-Unis à Toronto; Joan Ablett, consultante; Ron Pruessen, prof d’Histoire à l’Université de Toronto; Miloud Chennoufi, prof au Collège des Forces canadiennes à Toronto.

Cet article a été réalisé dans le cadre d’un partenariat entre La Cité et L’Express.
Cet article a été réalisé dans le cadre d’un partenariat entre La Cité et L’Express.

 Thomson Birara est étudiant en journalisme à Toronto au collège d’arts appliqués La Cité.


Juan Alsace, le consul général des États-Unis à Toronto, participait au débat du 26 janvier à Glendon sur l’impact de la nouvelle administration Trump au Canada et à l’étranger. «Attendons quelques semaines, quelques mois, et nous verrons»… Sa déclaration prudente s’est avérée être le slogan de la soirée.

Autour du consul, l’École d’affaires publiques et internationales du Collège Glendon avait réuni dans son amphithéâtre un historien, un expert du Moyen-Orient, et une activiste qui a fait campagne pour Hillary Clinton.

La présidence Trump déplace les foules: près d’une centaine d’étudiants et de Torontois de tous horizons ont assisté au débat. Seulement une dizaine de sièges étaient vides.

Juan Alsace a tenu à revenir sur quelques mots de Donald Trump, prononcés pendant son assermentation. «Avantager le peuple américain dans les accords commerciaux, le système fiscal, les lois sur l’immigration et la politique étrangère.»

Les autres membres du panel ont été très critiques face à ces promesses. «Trump manque de curiosité intellectuelle», a jugé le prof Miloud Chennoufi, directeur du département des études sur la défense au Collège des forces canadiennes de Toronto.

«Serait-il une version réelle de Darth Vader?», s’est interrogé Ron Pruessen, prof d’Histoire à l’Université de Toronto, à court de mots assez forts pour décrire le président.

«Il n’y a pas que le président», a répondu M. Alsace à l’inquiétude d’une étudiante de voir reculer les droits des immigrants, des femmes et des minorités durant les quatre prochaines années. Aux États-Unis, il existe plusieurs «centres de pouvoir». Trump devra tenir compte de médias, de la société civile, du Congrès et des tribunaux.

Mauvais pressentiment

Il y a souvent un décalage entre «la poésie de la campagne électorale et la réalité de gouverner», a rappelé Ron Pruessen. Woodrow Wilson et Franklin Roosevelt étaient deux candidats pacifistes, mais ils ont marqué l’histoire pour leur implication durant les deux Grandes guerres.

Malgré sa perspective d’historien, M. Pruessen avoue avoir un sentiment «désagréable» face à la campagne qu’a menée Donald Trump et à sa première semaine aux commandes du pays.

Ériger des barrières protectionnistes pour créer des emplois, construire un mur pour empêcher l’immigration illégale, bannir les musulmans pour contrer le terrorisme. «Des solutions simplistes à des problèmes complexes. Ça démontre une immaturité politique», selon lui.

Le «Big Man»

Le mot «populiste» est revenu à plusieurs reprises durant le débat. C’est cette caractéristique qui aurait fait élire le candidat républicain.

Joan Ablett, une consultante en communication qui a fait campagne pour Hillary Clinton, a raconté son expérience en Floride. La stratégie des supporteurs de Clinton a été d’encourager les nouveaux Américains, souvent en provenance des Caraïbes ou d’Amérique latine, de s’enregistrer et de voter.

Résultat: une majorité de ceux qui ont voté n’ont pas opté pour Hillary Clinton! Beaucoup de nouveaux immigrants sont habitués aux candidats populistes et apprécient un «Big Man».

Mme Ablett fait sienne l’analyse de l’homme d’affaires Peter Thiel, qui a fait campagne pour Trump: «Pour les partisans de Trump, il a toujours été un candidat sérieux, mais il ne fallait pas le prendre au mot. Pour les médias, il n’a jamais été un candidat sérieux, mais il a toujours été pris au mot.»

Moyen-Orient

Et si l’arrivée de M.Trump à Washington était l’occasion de démêler les cartes au Moyen-Orient? La question a été posée à Miloud Chennoufi.

D’après lui, «il existe des forces à Washington qui sont tellement puissantes qu’elles vont toujours pousser l’administration américaine à rester aussi impliquée qu’avant au Moyen-Orient.»

Le nouveau président a donné l’impression de vouloir rompre avec la tradition militariste américaine au Moyen-Orient. Barack Obama aurait lui-même tenté de suivre cette voie, mais il aurait  «échoué lamentablement».

L’administration Trump aura toutefois une occasion diplomatique, lors de discussions formelles sur la Syrie en février. Le professeur Chennoufi croit que les États-Unis pourront tenter de  «jouer de leur poids» afin de stabiliser cette région.

Il s’agit là, encore, d’attendre avant de le juger.

Javascript est requis pour voir les commentaires alimentés par Disqus.

+Récents

Le 2e budget Morneau: grand parleur…

Le ministre Bill Morneau place le budget fédéral sous le signe de la formation et de l'innovation.

D’abord les chiffres. De nos jours, ils sont presque superflus, voire encombrants, dans les discours annuels du budget comme celui que vient de livrer le ministre fédéral Bill Morneau, «la prochaine étape du plan à long terme du gouvernement pour créer des emplois et renforcer la classe moyenne»… En 2017-18, le gouvernement canadien se propose […]


23 mars 2017 à 18h01

Yann Perreau et Mehdi Cayenne en concert samedi soir

Yann Perreau et Mehdi Hamdad.

Drôles et décalés, les chanteurs et musiciens Yann Perreau (Québécois) et Mehdi Cayenne (d’Ottawa), bêtes de scène notoires, clôturent la Semaine de la francophonie torontoise ce samedi 25 mars à 20h à la salle Brigantine de Harbourfront. Yann Perreau propose des textes «surprenants, planants et créatifs», disent les critiques. Entre une atmosphère pop et électro, […]


22 mars 2017 à 14h19

Une tempête de neige qui a exposé un déficit de solidarité chez les Québécois?

Andrew Potter

L’ex-rédacteur en chef du Ottawa Citizen, aujourd’hui à l’Université McGill, s’excuse d’avoir insulté les Québécois dans son analyse de la tempête de neige sur l’autoroute 13. Mais le magazine Maclean’s persiste et signe.

Le Journal de Montréal
22 mars 2017 à 11h27

Notre cerveau préfère les fausses nouvelles

Contrairement à une nouvelle qui a circulé dans les médias sociaux l'an dernier, le pape n'a pas appuyé officiellement la candidature de Donald Trump.

La politique à l’ère des médias sociaux offre l’opportunité d’un cours accéléré en psychologie de la désinformation. Entre les biais de confirmation et les Facebookiens qui partagent un texte sans l’avoir lu, journalistes et communicateurs tentent de s’ajuster. Jusqu’à six personnes sur 10 ne liront que le titre d’un article, rappelle le psychologue Gleb Tsipursky dans […]

Présidence française: débat à cinq

debat France

Marine Le Pen, François Fillon, Emmanuel Macron, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélanchon, les cinq principaux candidats au premier tour de l’élection présidentielle française, le 23 avril, ont débattu à la télévision pendant plus de trois heures le 20 mars.

TF1
21 mars 2017 à 9h05

Des jeunes Franco-Ontariens veulent profiter de l’engouement pour l’humour

Neev, JC Surette, Chloé Thériault, Mickaël Girouard, Ilann Morissette, Brooke Jenicek et Jérémie Larouche.

L’industrie de l’humour est en pleine expansion au pays, et des jeunes francos sont bien placés pour en profiter. «Il a un boum dans l’humour, c’est une bonne période», confirme l’humoriste acadien J-C Surette, qui clôturait samedi soir le Gala des Rendez-vous de la Francophonie animé par un autre humoriste, Neev, à l’auditorium de l’école secondaire Saint-Frère-André […]


21 mars 2017 à 0h34

Des cohortes de Restavèks maltraités en Haïti

Gabriel Osson

«J’ai vécu à Haïti quand j’étais jeune. Un enfant, proche de ma famille, était resté chez nous. C’était un Restavèk», se souvient l’écrivain Gabriel Osson. L’écrivain aux multiples talents vient de publier son nouveau livre, Hubert, le Restavèk, une histoire fictive, mais portant si représentative de la réalité pour des milliers d’enfants de l’île. Il s’agit du […]


21 mars 2017 à 0h32

Une supplémentaire à Toronto pour Louis-José Houde

Louis-José Houde (Photo: Yves Lefebvre)

Ayant déjà vendu tous les billets pour le spectacle de l’humoriste Louis-José Houde le jeudi 4 mai, Francophonie en Fête ajoute une supplémentaire le vendredi 5 mai, toujours au théâtre Randolph (736 Bathurst au sud de Bloor). Les billets sont en vente en ligne. C’est la première fois que Francophonie en Fête, qui organise plusieurs concerts et d’autres activités pendant […]


21 mars 2017 à 0h30

Parlons chanson avec… Richard Desjardins

Richard Desjardins (Photo: Michel Dompierre)

Quand il est question de Richard Desjardins, il est difficile – pour ne pas dire impossible – de faire la part entre l’artiste, l’homme, le citoyen et l’empêcheur de tourner en rond… Les étudiants de Parlons chanson ont donc choisi d’aborder toutes ces facettes de front lorsqu’ils ont questionné Desjardins au sujet de Notre-Dame des Scories, une […]


21 mars 2017 à 0h29

Les enjeux de l’évolution démographique pour la communauté franco-ontarienne

Mona Fortier (libérale) et Émilie Taman (néo-démocrate) sont candidates dans Ottawa-Vanier.

Affirmer que la circonscription d’Ottawa-Vanier est un bastion libéral n’a rien d’exagéré. Au fédéral, les libéraux sont les seuls à avoir détenu la circonscription depuis sa création en 1935. Au provincial, où elle existe depuis 1908, la circonscription a presque toujours été représentée par un député libéral, exception faite de quelques courtes périodes pendant lesquelles […]


21 mars 2017 à 0h28
Voir tous les articles

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur