Quand la science inspire la fiction… et vice-versa

si la fiction peut inspirer la science, le contraire serait encore plus vrai.(Dessin: Tom Simpson / Chris Foss / Flickr / Creative Commons)

si la fiction peut inspirer la science, le contraire serait encore plus vrai.(Dessin: Tom Simpson / Chris Foss / Flickr / Creative Commons)


11 mai 2017 à 12h58

Il faut parfois des décennies aux scientifiques pour arriver à une technologie permettant à la science de surpasser la fiction.

Dès 1953 par exemple, l’écrivain Isaac Asimov imaginait les voitures du futur qui se conduiraient d’elles-mêmes. Encore aujourd’hui, «les scientifiques se servent régulièrement de la fiction pour inspirer leurs recherches», affirmait André Moreau, physicien au Conseil national de recherches du Canada, lors d’un panel organisé dans le cadre des récentes Journées internationales de la culture scientifique, à l’Université McGill à Montréal.

Reste que si la fiction peut inspirer la science, le contraire est encore plus vrai, comme en témoignaient les auteurs de science-fiction présents à ce panel.

Un avancement dans la recherche peut servir d’idée de départ d’une oeuvre littéraire, expliquait l’écrivaine québécoise Élisabeth Vonarburg. Elle rappelle que certains auteurs ont ce que les amateurs nomment de la Hard Sci-Fi: ils tiennent à ce que leurs histoires collent de près aux connaissances scientifiques.

L’auteur français Jean-Claude Dunyach est lui aussi d’accord pour dire que les avancements de la science servent souvent de canevas. Il raconte que ses premières oeuvres consistaient en des poèmes… expliquant des théories mathématiques.

Selon le romancier et journaliste José Rodrigues Dos Santos, qui complétait la discussion, la fiction peut également servir d’exutoire quand la science a encore besoin de preuves pour confirmer ou infirmer une théorie. «La science est l’instrument le plus puissant que nous avons présentement pour comprendre notre monde, mais elle a ses limites», dit-il. Au contraire de la science, la fiction n’est pas limitée par les lois de la nature…

Le gros avantage de la science-fiction, disent-ils tous, c’est que comme toute forme d’art, elle carbure à l’émotion. Cela permet de créer un contact entre la science et le grand public. «Ce qui rend l’art ou le sport si populaire, ce sont les émotions qu’ils suscitent. Il faut arriver à faire pareil avec la science», soutient M. Dunyach.

À cela, Mme Vonarburg répond que l’émerveillement et la fascination que peut susciter la science sont justement des émotions puissantes sur lesquelles miser. M. Moreau conclut en soulignant que la science offre une stimulation intellectuelle qui peut être renouvelée à l’infini.

 

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Un cabaret en plein air pour la 7e édition de Franco-Fierté

franco-fierte
FrancoQueer, l’organisme ontarien francophone «par et pour» les personnes LGBTQ, prépare la 7e édition de son festival Franco-Fierté, qui comprendra une demi-douzaine d’activités entre le...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h27

Ambiance jazz pour la chanson française

Suzie Bisaillon, Cyril Mignotet et Noémi Parenteau-Comfort.
Ce dimanche 14 mai, au Local Gest rue Parliament, se produisait le tout nouveau groupe Ambiance The Band, spécialisé dans la chanson française, réunissant Cyril...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h18

Une interprétation très libre du Petit Prince

Jonathan Séguin (le Petit Prince) et Sandra Uhlrich (le renard).
Une centaine d’élèves de l’école secondaire catholique Saint Frère-André, à Toronto, ont offert une adaptation libre et contemporaine des textes du roman Le Petit Prince...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h17

Un diplôme honorifique du Collège Boréal à Dada Gasirabo

Dada Gasirabo
Le Collège Boréal conférera un diplôme honorifique en Affaires et services communautaires à la directrice générale d’Oasis Centre des femmes à Toronto, Mme Dada...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h16

Remaniements aux directions des écoles de Viamonde

Des cadres du Conseil scolaire Viamonde avec (à l'avant au centre, costume bleu) Martin Bertrand, le directeur de l'Éducation.
Plusieurs directions et directions adjointes d’écoles du Conseil scolaire Viamonde relèveront de nouveaux défis lors de la prochaine l’année scolaire. L’ouverture des nouvelles écoles...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h15

Beau Dommage et Stéphane Venne au Panthéon

Beau Dommage
Le groupe Beau Dommage et l’auteur-compositeur Stéphane Venne font partie des artistes qui seront intronisés cette année au Panthéon des auteurs-compositeurs canadiens. Ils seront...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h14

Quand un mot innu devient une phrase en français

Anne-Marie Proulx
La jeune artiste Anne-Marie Proulx a parcouru une grande partie du Grand Nord québécois, dans le territoire du Nitassinan où vivent les Innus, intéressée d’abord...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h13

Visite de parlementaires marocains

La délégation de parlementaires marocains devant l'Assemblée législative de l'Ontario.
Une demi-douzaine de parlementaires marocains étaient de passage à Montréal et Toronto la semaine dernière, pour discuter d’échanges économiques et culturels avec nos gouvernements...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h12

Les droits linguistiques des minorités sont interreliés

Maître Michael Bergman
Si le déclin de la langue anglaise dans le système juridique québécois ne peut pas être arrêté, le raisonnement pour un accès réel à...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h11

Honneur à deux juristes

Me Danielle Manton et le prof Denis Boivin.
C’est lors du gala de son 38e congrès annuel, le 24 juin à Ottawa, que l’Association des juristes d’expression française de l’Ontario (AJEFO) décernera...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h10

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur