Pour les immigrantes, l’émancipation passe par la littératie financière

Serge Paul, Dada Gasirabo, Fayza Abdallaoui et Mélanie Parent ont travaillé sur le projet de promotion de littératie financière.

Serge Paul, Dada Gasirabo, Fayza Abdallaoui et Mélanie Parent ont travaillé sur le projet de promotion de littératie financière.


21 mars 2017 à 0h27

Le revenu moyen des femmes est encore, au Canada, d’environ 30% inférieur à celui des hommes, même si, à travail égal, les femmes sont désormais payées autant que les hommes. Pour contribuer à effacer cette discrimination résiduelle ou systémique, l’association Oasis Centre des Femmes a lancé un projet de recherche sur la «littératie financière», en phase avec les pouvoirs publics qui souhaitent que tous les Canadiennes et Canadiens apprennent à mieux gérer leurs finances et à prendre de bonnes décisions au fil de l’évolution de leurs besoins et de leur situation.

Suivant sa ligne directrice originelle, Oasis a choisi de focaliser son action sur la situation des immigrantes francophones. Son projet de 24 mois, subventionné par Condition féminine Canada, vise à améliorer la préparation financière de ces femmes dans la grande région de Toronto. Il culminera par la publication prochaine d’un guide des bonnes pratiques financières à l’intention des femmes immigrantes.

«Nous souhaitons donner les outils et les ressources aux femmes qui ont besoin de refaire leurs vies après avoir subi la violence. 75% des femmes restent dans la violence, car elles ne savent pas s’en sortir financièrement, être autonomes», explique la responsable du projet, Fayza Abdalloui.

«Dans une relation violente, l’argent est un outil de pression. Il y a un manque d’opportunité de travail autonome pour les personnes immigrantes. Surtout pour les femmes», confirme Dada Gasirado, directrice d’Oasis. «Elles sont aussi victimes des idées que l’on se fait de leurs pays d’origine. Enfin, le manque de services en français freine les initiatives.»

Ainsi, l’association a créé un comité avec le Centre francophone de Toronto, le Collège Boréal, le Mouvement ontarien des femmes immigrantes francophones, le conseil scolaire Viamonde, les maisons d’hébergements pour femmes, le Réseau de développement économique et d’employabilité (RDÉE) et le conseiller financier Rajiv Bissessur pour «faire sortir la violence économique». C’est avec eux qu’Oasis a réalisé son étude.

Une quarantaine de questions ont servi à élaborer un contexte. «58% des répondantes avaient plus de 1000 $ de dettes, 22% avaient du retard dans le remboursement», a-t-on notamment découvert. «Pour l’instant, ces femmes sont éduquées par les banquiers, qui voient en elles un moyen de faire des bénéfices», blâme à demi-mot Fayza Abdalloui.

Dada Gasirabo reconnaît que ces femmes, nouvelles immigrantes pour la plupart, sont souvent bloquées par manque de confiance ou par habitude. «Elles sont habituées à une société patriarcale. Elles ne savent pas non plus commet monter un projet financier ou comment financer ces projets. Nous souhaitons donner de l’espoir aux femmes de poursuivre leurs rêves. De plus, pour que les femmes quittent la violence, il faut qu’elles soient autonomes et qu’elles puissent se prendre en main financièrement, économiquement et émotionnellement.»

L’étude d’Oasis, achevée l’automne dernier, sera remise en forme et bientôt diffusée, avec le guide, aux médias, aux écoles et aux entreprises de la place financière torontoise, dans le but de démystifier le tabou de l’argent et de permettre aux femmes d’apprendre à saisir des opportunités pour s’affirmer financièrement dans leur vie de tous les jours.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

À la défense du «Right fiers!» des Jeux de Moncton-Dieppe

La musique était l'une des 13 disciplines culturelles, sportives et de leadership des JeuxFC 2017 pour les 13 à 18 ans à Moncton-Dieppe.
«Nos jeunes ont joué et échangé en français... Leur français.»
En lire plus...

20 juillet 2017 à 16h38

Colis haineux à la mosquée de Québec: «répugnant»

Philippe Couillard et Kathleen Wynne à la réunion d'Edmonton cette semaine.
La tuerie de janvier avait été précédée de gestes semblables.
En lire plus...

19 juillet 2017 à 13h22

Le fameux missile de la Corée du Nord: pas encore «nucléaire»?

bombe
Le dernier engin testé serait en mesure de toucher l'Alaska, l'Australie, l'Inde ou la Russie.
En lire plus...

19 juillet 2017 à 12h26

Rencontres francos sur Bell Fibe TV

Mylène Thériault dans Rencontres.
La série met à l’honneur la diversité de la culture francophone à Toronto.
En lire plus...

17 juillet 2017 à 14h08

Il y a traductions et traductions

traduction
Dès que la phrase est plus métaphorique, les choses se compliquent.
En lire plus...

17 juillet 2017 à 14h05

Brampton l’été: à découvrir

Le Wet’N’Wild Toronto a rouvert ses portes en juin avec de nouveaux jeux d’eau pour petits et grands. (Photos: Sandra Dorélas)
La 4e plus grande ville de l’Ontario!
En lire plus...

17 juillet 2017 à 14h04

Aylmer: l’Outaouais aux tendances historiques

Le fameux hôtel British sur la patrimoniale rue Principale du Vieux-Aylmer. (Photo: Maude Poulin)
On entend rarement parler d'Aylmer. C’est pourtant le secteur le plus beau et le plus historique de Gatineau.
En lire plus...

17 juillet 2017 à 14h03

Planification des ressources: le logiciel qui pense à tout

erp
Sept raisons d’adopter un ERP pour votre organisation.
En lire plus...

17 juillet 2017 à 14h02

Bonnes notes pour les robots à l’école

Nao le robot (Photo: Johannes Wienke — Flickr — Creative Commons — http://bit.ly/2sS9ZtF)
Les élèves ont pris plaisir à faire chanter et danser un petit robot.
En lire plus...

17 juillet 2017 à 14h01

Calder, forgeron d’art

CALDER, forgeron de géantes libellules, Gallimard/Musée Soulages, 2017, relié, 28x22 cm, 125 illustrations, 208 p.
À l’honneur au musée de Pierre Soulages près de Toulouse.
En lire plus...

17 juillet 2017 à 14h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur