Pour les immigrantes, l’émancipation passe par la littératie financière

Serge Paul, Dada Gasirabo, Fayza Abdallaoui et Mélanie Parent ont travaillé sur le projet de promotion de littératie financière.

Serge Paul, Dada Gasirabo, Fayza Abdallaoui et Mélanie Parent ont travaillé sur le projet de promotion de littératie financière.


21 mars 2017 à 0h27

Le revenu moyen des femmes est encore, au Canada, d’environ 30% inférieur à celui des hommes, même si, à travail égal, les femmes sont désormais payées autant que les hommes. Pour contribuer à effacer cette discrimination résiduelle ou systémique, l’association Oasis Centre des Femmes a lancé un projet de recherche sur la «littératie financière», en phase avec les pouvoirs publics qui souhaitent que tous les Canadiennes et Canadiens apprennent à mieux gérer leurs finances et à prendre de bonnes décisions au fil de l’évolution de leurs besoins et de leur situation.

Suivant sa ligne directrice originelle, Oasis a choisi de focaliser son action sur la situation des immigrantes francophones. Son projet de 24 mois, subventionné par Condition féminine Canada, vise à améliorer la préparation financière de ces femmes dans la grande région de Toronto. Il culminera par la publication prochaine d’un guide des bonnes pratiques financières à l’intention des femmes immigrantes.

«Nous souhaitons donner les outils et les ressources aux femmes qui ont besoin de refaire leurs vies après avoir subi la violence. 75% des femmes restent dans la violence, car elles ne savent pas s’en sortir financièrement, être autonomes», explique la responsable du projet, Fayza Abdalloui.

«Dans une relation violente, l’argent est un outil de pression. Il y a un manque d’opportunité de travail autonome pour les personnes immigrantes. Surtout pour les femmes», confirme Dada Gasirado, directrice d’Oasis. «Elles sont aussi victimes des idées que l’on se fait de leurs pays d’origine. Enfin, le manque de services en français freine les initiatives.»

Ainsi, l’association a créé un comité avec le Centre francophone de Toronto, le Collège Boréal, le Mouvement ontarien des femmes immigrantes francophones, le conseil scolaire Viamonde, les maisons d’hébergements pour femmes, le Réseau de développement économique et d’employabilité (RDÉE) et le conseiller financier Rajiv Bissessur pour «faire sortir la violence économique». C’est avec eux qu’Oasis a réalisé son étude.

Une quarantaine de questions ont servi à élaborer un contexte. «58% des répondantes avaient plus de 1000 $ de dettes, 22% avaient du retard dans le remboursement», a-t-on notamment découvert. «Pour l’instant, ces femmes sont éduquées par les banquiers, qui voient en elles un moyen de faire des bénéfices», blâme à demi-mot Fayza Abdalloui.

Dada Gasirabo reconnaît que ces femmes, nouvelles immigrantes pour la plupart, sont souvent bloquées par manque de confiance ou par habitude. «Elles sont habituées à une société patriarcale. Elles ne savent pas non plus commet monter un projet financier ou comment financer ces projets. Nous souhaitons donner de l’espoir aux femmes de poursuivre leurs rêves. De plus, pour que les femmes quittent la violence, il faut qu’elles soient autonomes et qu’elles puissent se prendre en main financièrement, économiquement et émotionnellement.»

L’étude d’Oasis, achevée l’automne dernier, sera remise en forme et bientôt diffusée, avec le guide, aux médias, aux écoles et aux entreprises de la place financière torontoise, dans le but de démystifier le tabou de l’argent et de permettre aux femmes d’apprendre à saisir des opportunités pour s’affirmer financièrement dans leur vie de tous les jours.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Les îles de Toronto toujours inondées

Les pluies des derniers jours n’ont pas aidé la situation des îles de Toronto où on lutte contre la montée des eaux.
En lire plus...

26 mai 2017 à 19h01

Le conflit entre Metrolinx et Bombardier s’envenime

Train Eglinton Crosstown
L’agence de transport ontarienne Metrolinx a fait appel de la décision d’un juge l’empêchant d’annuler un contrat de 770 millions $ accordé à Bombardier...
En lire plus...

25 mai 2017 à 12h35

Greffes, botox et piña colada

Injection de botox. (Photo: James Mutter - Flickr - Creative commons (http://ow.ly/zwY930bYc28 )
Cuba, Mexique et Costa-Rica. Ces destinations offrent bien plus aux touristes que leur cuisine ou leurs plages exotiques. Du traitement de canal à la...
En lire plus...

L’école Georges-Étienne-Cartier bouclée

eec-georges-etienne-cartier
L’école élémentaire catholique Georges-Étienne-Cartier a été bouclée vers 13 h 25 mardi, à cause de la présence d’un homme armé dans les environs.
En lire plus...

23 mai 2017 à 16h53

La viande artisanale fait sensation

viande
Il y a cinq ans, Mike Mckenzie, un passionné de salami et les viandes fumées, décidait de se lancer dans la production de ses propres...
En lire plus...

150 édifices de Toronto en accès libre

On pourra visiter le Centre des enfants et familles autochtones, rue College, le weekend des 27 et 28 mai.
Pas moins de 150 lieux et édifices historiques ou insolites, habituellement réservés à leurs seuls utilisateurs, seront ouverts au public à l’occasion de la 18e édition annuelle...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h30

Le printemps en musique dans la région du Niagara

Justin Kauflin.
Synergie musique et vin, combinée à la beauté et aux richesses historiques de Niagara-on-the-Lake, la 4e édition du festival Spring Into Music, de l’organisme Bravo...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h28

Une autre grosse FrancoFEST à Hamilton les 23 et 24 juin

Le concert du duo Whitehorse clôturera la FrancoFEST de Hamilton le soir du 24 juin.
La FrancoFEST de Hamilton continue l’exploit d’offrir le plus grand festival d’arts et de culture francophone de la péninsule du Niagara, tout en préservant...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h28

Un cabaret en plein air pour la 7e édition de Franco-Fierté

franco-fierte
FrancoQueer, l’organisme ontarien francophone «par et pour» les personnes LGBTQ, prépare la 7e édition de son festival Franco-Fierté, qui comprendra une demi-douzaine d’activités entre le...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h27

Ambiance jazz pour la chanson française

Suzie Bisaillon, Cyril Mignotet et Noémi Parenteau-Comfort.
Ce dimanche 14 mai, au Local Gest rue Parliament, se produisait le tout nouveau groupe Ambiance The Band, spécialisé dans la chanson française, réunissant Cyril...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h18

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur