L’Ontario officiellement bilingue: poisson d’avril?

France Gélinas, Marie-France Lalonde, Gila Martow.

France Gélinas, Marie-France Lalonde, Gila Martow.


3 avril 2017 à 23h33

«L’année du 150e anniversaire de la fédération canadienne est une occasion particulière pour réfléchir au statut actuel et futur des langues officielles en Ontario.» C’est ce que la ministre déléguée aux Affaires francophones, Marie-France Lalonde, a déclaré ce samedi 1er avril en annonçant la mise en place d’un groupe tripartite sur le bilinguisme constitutionnel.

Co-présidé par Roy McMurtry (procureur général de l’Ontario, de 1975 à 1985) et Bernard Grandmaître (ministre de 1985 à 1989), le Comité constitutionnel ontarien sur les langues officielles est également formé de Charles Beer, John Baird, Gilles Pouliot et Noble Villeneuve, tous des anciens ministres délégués aux Affaires francophones de l’Ontario.

La coordination des travaux du Comité a été confiée au bureau du Commissaire aux services en français, François Boileau.

Le mandat du Comité est d’évaluer si notre province est maintenant prête à adhérer à des dispositions linguistiques de la Constitution et de recommander des initiatives visant à favoriser la progression vers l’égalité de statut ou d’usage du français et de l’anglais.

L’article 43 de la Loi constitutionnelle de 1982 prévoit que, dans le cas de dispositions relatives à l’usage du français ou de l’anglais dans une province, pour modifier la Constitution, il suffit d’adopter une résolution à l’Assemblée législative de la province concernée et de la ratifier au Sénat et à la Chambre des communes.

Faisant preuve d’une rare unanimité des partis politiques représentés à l’Assemblée législative de notre province, les porte-parole aux Affaires francophones conservateur et néo-démocrate se sont associées à cette annonce.

Heureuse de la présence de trois anciens ministres conservateurs au sein du Comité, la députée conservatrice de Thornhill, Gila Martow, a rappelé que, lors de la conférence constitutionnelle de 1971, le premier ministre John Robarts avait offert d’accorder aux citoyens de notre province le bénéfice d’une garantie constitutionnelle pour le statut et l’usage de la langue française et de la langue anglaise.

Le premier ministre Robarts acceptait que l’Ontario adhère à des dispositions linguistiques similaires à celles que le Nouveau-Brunswick a acceptées et qui sont maintenant inscrites au deuxième paragraphe des articles 16, 17, 18, 19 et 20 de la Charte canadienne des droits et libertés: le statut du français et de l’anglais dans la province, le droit d’employer l’une ou l’autre de ces deux langues dans les débats et travaux de la Législature, la publication des lois provinciales dans les deux langues, le droit d’employer ces deux langues devant les tribunaux provinciaux et le droit d’obtenir des services provinciaux dans ces deux langues.

Fière de constater la présence d’un ancien ministre néo-démocrate au sein du Comité, la députée NPD de Nickel Belt, France Gélinas, a souligné qu’en 1985, avec l’appui de son parti au gouvernement minoritaire de David Peterson, les circonstances ont pu être créées pour favoriser l’adoption l’année suivante de la Loi sur les services en français. Les progrès réalisés depuis ce temps dans la mise en œuvre de cette loi permettent maintenant d’envisager un statut constitutionnel pour nos deux langues officielles.

Il est inhabituel de faire, un samedi matin, une annonce d’une telle importance. Pour vérifier à quelle date le Comité doit soumettre son rapport, j’ai communiqué avec la personne responsable des communications au bureau de la ministre Lalonde. On m’a indiqué que, pour le moment, aucun renseignement n’est disponible à ce sujet.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Brampton l’été: à découvrir

Le Wet’N’Wild Toronto a rouvert ses portes en juin avec de nouveaux jeux d’eau pour petits et grands. (Photos: Sandra Dorélas)
La 4e plus grande ville de l’Ontario!
En lire plus...

17 juillet 2017 à 14h04

Aylmer: l’Outaouais aux tendances historiques

Le fameux hôtel British sur la patrimoniale rue Principale du Vieux-Aylmer. (Photo: Maude Poulin)
On entend rarement parler d'Aylmer. C’est pourtant le secteur le plus beau et le plus historique de Gatineau.
En lire plus...

17 juillet 2017 à 14h03

Planification des ressources: le logiciel qui pense à tout

erp
Sept raisons d’adopter un ERP pour votre organisation.
En lire plus...

17 juillet 2017 à 14h02

Bonnes notes pour les robots à l’école

Nao le robot (Photo: Johannes Wienke — Flickr — Creative Commons — http://bit.ly/2sS9ZtF)
Les élèves ont pris plaisir à faire chanter et danser un petit robot.
En lire plus...

17 juillet 2017 à 14h01

Calder, forgeron d’art

CALDER, forgeron de géantes libellules, Gallimard/Musée Soulages, 2017, relié, 28x22 cm, 125 illustrations, 208 p.
À l’honneur au musée de Pierre Soulages près de Toulouse.
En lire plus...

17 juillet 2017 à 14h00

Après Mossoul, Daech risque de perdre sa «capitale» Raqqa

Le centre de Raqqa avant qu'elle ne devienne la capital du groupe armé État islamique. (Photo:  Bertramz, https://commons.wikimedia.org)
Attaquée par des forces kurdes appuyées par les États-Unis.
En lire plus...

17 juillet 2017 à 13h30

Vers un gouvernement parallèle au Vénézuéla

Manif contre le régime Maduro à Caracas. (Photo: commons.wikimedia.org)
L'opposition croit que le vote du 30 juillet pour élire une assemblée constituante sera truqué.
En lire plus...

17 juillet 2017 à 13h09

Le vélo-boulot dégonfle le stress

Un stand de Bixi (Photo: Márcio Cabral de Moura — Flickr — Creative Commons — http://bit.ly/2tmGBPW)
Vélo, boulot, dodo serait un mode de vie à adopter pour lutter contre le stress, d’après une récente étude québécoise. Si les chercheurs n’ont...
En lire plus...

17 juillet 2017 à 11h45

Une loi contre la revente excessive des billets de spectacles

Woman giving tickets
Les billets pour la tournée d’adieu du groupe Tragically Hip se sont épuisés en quelques minutes.
En lire plus...

17 juillet 2017 à 11h38

Un 14 juillet sous le signe du renouveau

Le consul général de France en Ontario et au Manitoba, Marc Trouyet.
Vers une meilleure coordination des organismes français et francophiles de Toronto.
En lire plus...

16 juillet 2017 à 13h58

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur