Le nouveau chic torontois: Montréal!

L’une des superbes créations d’Andy NGuyen.

Montréal, habille-moi, Toronto te le rendra. La semaine dernière, à l’occasion de Fashion Art Toronto (FAT), l’un des plus importants rassemblements mêlant art et mode au Canada, la créativité en provenance de la Ville-Marie était sur le devant de la scène.

FAT (Fashion Art Toronto). Trois lettres, cinq jours, 200 designers. De mardi à samedi dernier, créateurs émergents et reconnus venus du monde entier se sont retrouvés le temps d’un défilé, dans les locaux de Daniel’s Spectrum, au croisement entre les rues Sackville et Dundas.

Au programme: une cinquantaine de shows des plus fous, où textiles, accessoires et personnalités ont brillé au gré des flashs. Amateurs de mode, créateurs, fashionistas… ils ont été plus de 5000 a répondre à l’invitation de FAT, à la nuit tombée.

Chaque année pendant le mois d’avril, l’événement met en valeur des disciplines ancrées dans la mode, et leur exploration de l’habillement à l’heure d’aujourd’hui.

Plus que de simples défilés, FAT, c’est le fruit du mariage de plusieurs arts, à la croisée de la création de mode, de la performance, de la photographie, du film, de la musique ou encore de la danse. C’est une cohabitation intelligente entre la performance artistique et visuelle et la création, pour questionner, redéfinir et aiguiser notre perception de la mode et de l’art.

Et cette année, l’événement a joué avec nos sens et nos limites, à travers le thème Infashion-Unfashion. L’objectif? Questionner ce qui relève de la mode, de la tendance, et ce qui relève de la culture, de l’art, de l’industrie, de la nature…

Tous les soirs, deux idées en contradiction se rapprochent, s’affrontent, s’associent, pour rivaliser de créativité et n’en sortir que le meilleur. Et au cœur de tout cela, se trouve la touche franco. La francophonie s’est en effet offerte une place de choix, à la lumière des projecteurs. L’évènement zoomait cette année sur Montréal, à travers une sélection de 10 artistes de talent.

«Chaque année, nous sélectionnons un pays en particulier ou une ville d’intérêt. L’objectif cette fois était de ramener les projecteurs au Canada présentant une ville comme Montréal, connue pour son sens de l’esthétique, son goût pour l’expérimentation, qui repousse les limites», explique Vanja Vasic, directrice de la Fashion Art Week.

Tout au long de la semaine, plusieurs créateurs ont fait sensation. L’Express en a rencontré quelques-uns.

YDNA

À peine âgé de 24 ans, Andy Hoan Nguyen n’en est pas à son premier défilé. Au contraire, c’est le 12e!

Et à chaque fois, il fait sensation. Originaire de Montréal, il a étudié la mode à l’Université Lasalle et remporté le prestigieux prix Telio, la plus importante compétition de mode du Canada.

Habitué de la Fashion Art Week, il présentait cette année la collection YDNA: un ensemble de pièces faites principalement de cuir, de vinyle et de coton. Des créations assez futuristes, aux coupes classiques et urbaines.

La collection est inspirée notamment par les différences génétiques entre les deux sexes, a l’origine du nom de la collection.

«Après Yesterday, je présente la collection Today. Je garde le noir, mais j’ajoute aussi la couleur, la vie. C’est un nouveau commencement, un nouvel espoir. »

Toutes les collections de l’artiste sont en effet inspirées de ses mémoires. «C’est ce que je ressens à un moment de ma vie. C’est un journal de bord que je mets en vêtement.»

Et l’artiste ne laisse aucun détail au hasard. Perfectionniste, il pense à tout, jusqu’au décor. Pour lui, pas question de se reposer sur ses acquis. «On peut toujours être meilleur. Je souhaite que chaque nouveau défilé soit meilleur que le précédent. C’est un sentiment riche que je retrouve toujours après ces mois de travail.»

Brit Wacher

Inspirée par la visualisation optique, Brittany Wacher présentait PERSectIVUS.

Cette collection joue avec la notion de perspective: la perception est une chose personnelle, et l’objet est abordé différemment selon l’angle, la vision et l’état d’esprit de chacun, qui évolue au fil du temps.

Ses vêtements explorent le minimalisme, la forme, les lignes, tout en noir et blanc..

Melow Par Mélissa Bolduc

Mélissa Bolduc est inspirée par l’histoire des civilisations, dont on retrouve toujours une partie dans ses créations.

Participante de FAT en 2006, elle revient cette fois avec Melow, sa collection printemps-été: un ensemble de pièces inspirées de l’art minimaliste, du zen venu tous droit du Japon. «Ce n’est pas un copié-collé du Japon, mais des impressions que j’ai. Les civilisations anciennes m’inspirent énormément, c’est quelque chose où tu peux inventer, et qui me fait créer, c’est certain.»

Robes et T-shirts en wraps, vêtements qui s’enroulent, fermetures kimonos, dans des tons pastels avec quelques accents de rouge et de bleu nuit, sa collection réexplore le minimalisme des lignes, à travers une collection urbaine et sophistiquée, pour toutes les tailles.

Wallace Playford

Katherine Laird and Jennifer Murtagh ne sont pas francophones, mais Katherine parle quelque peu français pour avoir passé un peu de temps
à Montréal.

Et on en retrouve un peu, du français, dans leur collection La Dormette: un ensemble de pièces à la fois féminines et décontractées, riches en couleurs, ou rêve, imagination et confort sont les maîtres mots.

Leur collection s’inspire en effet du conte pour enfants et de la figure du Marchand de sable. «La collection met en avant l’idée d’une version française du marchand de sable.

«Mais nous voulions une femme, d’ou La Dormette», explique Katherine. «On a donc travaillé le concept du sommeil, de la nuit, de femmes qui se prélassent toute la journée dans leur lit.»

Les pièces ont d’ailleurs été créées entièrement à partir de matières que l’on peut retrouver dans une chambre, et via une démarche écoresponsable.

Javascript est requis pour voir les commentaires alimentés par Disqus.

+Récents

Deux écoles élémentaires catholiques ajoutent le secondaire et des programmes spécialisés

Croquis représentant la nouvelle école élémentaire-secondaire catholique de Peterborough.

Deux écoles élémentaires du Conseil de district catholique Centre-Sud (CSDCCS), Monseigneur-Jamot à Peterborough et Pape-François à Stouffville, accueilleront dès septembre des cohortes d’élèves de la 7e, 8e et 9e année, et ajouteront progressivement des niveaux jusqu’en 12e, pour devenir des écoles élémentaires-secondaires. C’est actuellement le cas de seulement 2 des 58 écoles du CSDCCS (16 […]


24 mars 2017 à 15h04

Le «Quebec bashing» de Maclean’s: plus grave qu’un pet de cerveau

macleans

Andrew Potter, l’auteur d’un article dans le magazine Maclean’s dénigrant la moralité des Québécois, qui a provoqué un tollé de protestations sur la place publique, jusqu’au bureau du premier ministre Philippe Couillard, s’est rapidement excusé sur Facebook, puis a démissionné cette semaine de sa chaire d’études canadiennes de l’Université McGill… maintenant accusée dans certains milieux […]


24 mars 2017 à 12h56

Décès du journaliste Adrien Cantin

Adrien Cantin

Journaliste, éditorialiste, animateur, grand communicateur, Adrien Cantin s’est éteint le 22 mars à l’âge de 68 ans. Il aura marqué la scène médiatique franco-ontarienne par son approche toujours franche et directe, notamment au journal Le Droit et à l’antenne de TFO. «Souffrant d’un double cancer des poumons et de la gorge, M. Cantin était hospitalisé […]


24 mars 2017 à 10h06

Le 2e budget Morneau: grand parleur…

Le ministre Bill Morneau place le budget fédéral sous le signe de la formation et de l'innovation.

D’abord les chiffres. De nos jours, ils sont presque superflus, voire encombrants, dans les discours annuels du budget comme celui que vient de livrer le ministre fédéral Bill Morneau, «la prochaine étape du plan à long terme du gouvernement pour créer des emplois et renforcer la classe moyenne»… En 2017-18, le gouvernement canadien se propose […]


23 mars 2017 à 18h01

Yann Perreau et Mehdi Cayenne en concert samedi soir

Yann Perreau et Mehdi Hamdad.

Drôles et décalés, les chanteurs et musiciens Yann Perreau (Québécois) et Mehdi Cayenne (d’Ottawa), bêtes de scène notoires, clôturent la Semaine de la francophonie torontoise ce samedi 25 mars à 20h à la salle Brigantine de Harbourfront. Yann Perreau propose des textes «surprenants, planants et créatifs», disent les critiques. Entre une atmosphère pop et électro, […]


22 mars 2017 à 14h19

Une tempête de neige qui a exposé un déficit de solidarité chez les Québécois?

Andrew Potter

L’ex-rédacteur en chef du Ottawa Citizen, aujourd’hui à l’Université McGill, s’excuse d’avoir insulté les Québécois dans son analyse de la tempête de neige sur l’autoroute 13. Mais le magazine Maclean’s persiste et signe.

Le Journal de Montréal
22 mars 2017 à 11h27

Notre cerveau préfère les fausses nouvelles

Contrairement à une nouvelle qui a circulé dans les médias sociaux l'an dernier, le pape n'a pas appuyé officiellement la candidature de Donald Trump.

La politique à l’ère des médias sociaux offre l’opportunité d’un cours accéléré en psychologie de la désinformation. Entre les biais de confirmation et les Facebookiens qui partagent un texte sans l’avoir lu, journalistes et communicateurs tentent de s’ajuster. Jusqu’à six personnes sur 10 ne liront que le titre d’un article, rappelle le psychologue Gleb Tsipursky dans […]

Présidence française: débat à cinq

debat France

Marine Le Pen, François Fillon, Emmanuel Macron, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélanchon, les cinq principaux candidats au premier tour de l’élection présidentielle française, le 23 avril, ont débattu à la télévision pendant plus de trois heures le 20 mars.

TF1
21 mars 2017 à 9h05

Des jeunes Franco-Ontariens veulent profiter de l’engouement pour l’humour

Neev, JC Surette, Chloé Thériault, Mickaël Girouard, Ilann Morissette, Brooke Jenicek et Jérémie Larouche.

L’industrie de l’humour est en pleine expansion au pays, et des jeunes francos sont bien placés pour en profiter. «Il a un boum dans l’humour, c’est une bonne période», confirme l’humoriste acadien J-C Surette, qui clôturait samedi soir le Gala des Rendez-vous de la Francophonie animé par un autre humoriste, Neev, à l’auditorium de l’école secondaire Saint-Frère-André […]


21 mars 2017 à 0h34

Des cohortes de Restavèks maltraités en Haïti

Gabriel Osson

«J’ai vécu à Haïti quand j’étais jeune. Un enfant, proche de ma famille, était resté chez nous. C’était un Restavèk», se souvient l’écrivain Gabriel Osson. L’écrivain aux multiples talents vient de publier son nouveau livre, Hubert, le Restavèk, une histoire fictive, mais portant si représentative de la réalité pour des milliers d’enfants de l’île. Il s’agit du […]


21 mars 2017 à 0h32
Voir tous les articles

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur